Au conseil de territoire Marseille-Provence, la droite confirme sa métropole des maires

Actualité
le 16 Juil 2020
23

Le conseil de territoire Marseille-Provence, instance rattachée à la métropole, élisait mercredi son président. Là aussi, la droite est parvenue à se maintenir grâce à l'appui des maires de petites communes, malgré la victoire de la gauche à Marseille.

« Il n’y aura aucun représentant de la majorité marseillaise au conseil de territoire. C’est un scandale démocratique. » La gauche vient de quitter l’hémicycle ce mercredi après-midi et Étienne Tabbagh, écologiste élu sur les listes du Printemps marseillais semble sonné. Lui emboîtent le pas tous les nouveaux représentants de la majorité municipale de Marseille qui siègent […]

Contenu réservé aux abonnés au journal

Offre découverte 1 € le premier mois puis 6,99 €/mois JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. michel michel

    Voilà la conséquence de l’absurde décision prise dans le 7ème secteur avec le retrait des listes de gauche qui a laissé le champ libre à un duel RN-LR avec à la clé 12 sièges pour le général Galtié . Ce sont ces voix qui ont permis le grand chelem pour LR à la tête du conseil de territoire .
    Michel

    Signaler
    • Patrick Magro Patrick Magro

      En arrivant 3ème le printemps n’avait pas d’autre choix sauf à reproduire 2014. On ne peut occulter la responsabilité de la liste «  unir la mal nommée » qui fait 5% et qui prive le printemps de la deuxième place. Cela aura des conséquences indirectes sur la réflexion métropolitaine bloquée entre le printemps et Aix en partage et aussi sur le deuxième tour des 15-16. Je peux développer si besoin. Patrick Magro

      Signaler
    • Assedix Assedix

      @Patrick Macro: Vous pouvez effectivement développer autant que vous voulez, la conduite de J.Bacchi dans le 7e secteur n’en demeure pas moins une faute politique et morale. Et de grâce ne nous rejouez pas l’antienne du « traumatisme de 2014 », nous n’en avons que trop soupé. Comme si les secteurs de Marseille étaient des îles…
      Si vous tenez absolument à voir des points positifs dans ce retrait, il aura permis de mettre au jour à temps la façon de faire pour le moins particulière de l’intéressé qui prend sans prévenir personne une décision aberrante qui engage toute sa liste puis se mure dans la langue de bois (« mon grand-père était résistant », et autres sornettes).
      Il nous aura aussi permis de constater à quel point la tâche de rassembler l’électorat de gauche à dû être ardue pour ceux qui s’y sont attelés, vu les individus et les appareils avec lesquels ils ont dû composer.

      Signaler
    • ruedelapaixmarcelpaul ruedelapaixmarcelpaul

      Les électeurs de gauche du 13/14 (qui au 1er tour totalisent plus de voix que le RN) ont été abandonnés. Le Printemps Marseillais le paye au conseil de secteur par son absence, au conseil municipal en se privant de majorité absolue, au conseil de territoire et au conseil metropolitain.
      La stratégie du « parti perdant » a gagné : liste politique (PCF+PS en TdL) en contradiction avec le 50/50 politiques-citoyens proné par le PM, TdL débutant qui a accumulé les erreurs (la « rencontre » avec Andrieux par exemple) et qui a été imposée au détriment de tout dialogue avec les autres forces de gauche du secteur.
      Quant au « traumatisme » de 2014, cela suffit. On nous a aussi fait le coup en 2015 aux régionales. La politique de la chaise vide est la pire solution. Que dire des résultats du 2nd tour dans le 13-14 ? 10% des votants ont voté nul ou blanc, l’abstention est la plus haute de Marseille. Ce secteur était gagnable, surtout après la panique covid qui a concerné essentiellement les électeurs RN et l’affaire des procurations dans le secteur voisin qui a décridibilisé les candidats Vassal.

      Signaler
  2. michel michel

    Voilà la conséquence de l’absurde décision prise dans le 7ème secteur avec le retrait des listes de gauche qui a laissé le champ libre à un duel RN-LR avec à la clé 12 sièges pour le général Galtié . Ce sont ces voix qui ont permis le grand chelem pour LR à la tête du conseil de territoire .
    Michel

    Signaler
  3. MarsKaa MarsKaa

    « On vient d’ouvrir le metro Geze »… de quoi être autosatisfait, c’est sûr…
    Vassal tient sa revanche, elle garde les rênes. Il n’empêche que leur bilan est mauvais à Marseille, et que les LR se sont pris une claque. Le système électoral local n’est pas démocratique, les LR et notamment des anciens élus prennent ou gardent des postes clés. Ce n’est pas normal. Mais ce n’est pas grave. Ils n’ont plus les coudées franches.
    Le PM est dans une configuration difficile pour mener à bien certains projets, mais nul n a pensé que ce serait facile. Les bulots étant bien incrustés dans les rochers.

    Signaler
  4. Electeur du 8e Electeur du 8e

    La métropole d’Aix-Marseille a une caractéristique rare : elle est conçue pour dégoûter même les plus convaincus de la nécessité d’un véritable échelon métropolitain. Elle n’a de métropole que le nom.

    Entre le mode de désignation de son assemblée qui permet d’éviter tout débat sur les projets prioritaires à son échelle, au profit de la démagogie communale, et celui de ces absurdes « conseils de territoire » qui permet d’écarter la majorité municipale de la principale ville, on assiste à un beau déni de démocratie : les battus ont été battus, mais ils s’en foutent. Même celles et ceux qui ont perdu le 6-8, secteur « imperdable », sont revenus par la fenêtre, comme si de rien n’était. Sans honte ni respect des électeurs.

    Signaler
  5. LAYE LAYE

    le PM peut remercier Mr Payant et ses amis du PS grâce aux quels nous avons ces métropoles très technocratiques et très peu démocratiques

    Signaler
  6. Pitxitxi Pitxitxi

    En plus de cette loi PLM scélérate, il faut que l’on se farcisse une métropole au fonctionnement anti-démocratique (il n’y a qu’à comparer avec Lyon, et ses représentants désignés au suffrage universel), assortie d’un conseil de territoire, ce machin inutile servant juste à être un verrou supplémentaire pour ceux qui ont été confortablement élus au détriment de ceux qui ont été largement battus.

    Ainsi donc, on a des maires de petites communes, qui ont déjà tout et dont l’ultra-majorité des administrés travaillent dans la ville-centre, faire la loi et imposer leur vision étriquée et nombriliste qui se fera au détriment de Marseille, bien évidemment.

    Bref, il faut au moins espérer qu’en 2021, le département tombe dans l’escarcelle de la gauche pour contrer un peu l’omniprésence de la droite vassaliste et de ses alliés, qui feront tout leur possible pour empêcher le développement de la 2e ville de France et bafouer le choix qui a été fait par les électeurs d’un véritable changement, et d’une politique plus égalitaire.

    Signaler
  7. Tarama Tarama

    Les Bouches-du-Rhône du Rhône, Aix en tête et avec la complicité des « élites » marseillaises, se repaissent sur le dos de Marseille depuis toujours.

    Le problème est que même avec un suffrage direct, c’est la droite rance qui domine ici (et dans tout l’arc méditerranéen sauf Montpellier peut-être).
    On peut épiloguer sur les erreurs tactiques du PM, mais tant qu’Aix sera sous la coupe de Joissains, et que les anciennes villes rouges comme Aubagne se donneront à la droite, Marseille sera au mieux un îlot progressiste.

    Signaler
  8. pascal pascal

    Une métropole à l’image de nos élus locaux, aucune hauteur de vue.
    le PM devra bien communiquer sur les compétences dépendantes de Martine Vassal (métropole et CD). Par exemple ce matin métro bondé car on vient de passer en mode vacances….un métro toute les 6 minutes! heureusement qu’elle pense à notre santé…

    Signaler
  9. jasmin jasmin

    Par quel mécanisme, Marseille peut quitter la métropole? Aura t elle les moyens financiers pour être autonome?

    Signaler
    • Assedix Assedix

      Peut-être un soulèvement du type Commune de 1871…
      Sinon, a priori, aucun.

      Signaler
  10. Gentiane Gentiane

    Pour le moment savourons la victoire du PM à Marseille et souhaitons bien du courage à nos nouveaux élus pour redresser les finances, rénover les écoles, assurer la sécurité des logements, organiser l’accès à un toit , à l’eau , à l’alimentation des plus démunis. Sans oublier d’ouvrir tous azimuts espaces verts et sportifs, piscine , etc, etc…
    Ils peuvent compter sur nous . Investissons cet espace enfin libéré pour illuminer Marseille de nos actions éclatantes d’innovation, solidaires et festives , faisons briller Marseille pour tous!

    Et soyons patients… le temps viendra où d’autres instances seront gagnées!
    Ce n’est que le début que la chute du monstre.

    Signaler
  11. Kitty Kitty

    On paye très cher l’accord PC – Vassal qui a conduit à donner le 7ème secteur à M. Vassal et a empêché le PM de fusionner avec S. Ghali dans le 8ème secteur (ce qui aurait affaibli cette dernière).
    Une seule solution maintenant : que la nouvelle majorité invente un modèle de développement qui ne nécessite pas de lourds appuis financiers. Et, pour çà, les collectifs ont plein d’idées. Marseille n’a pas besoin ni de la métropole (dont il faut se retirer), ni de conseils des territoires qui ne servent à rien. Marseille a besoin de 2 choses : l’intelligence collective de ses habitants d’un côté et la réorganisation complète de son administration de l’autre (en réduisant le nb des directions à 5 comme dans les grandes villes comparables). Tout ça ne demande pas beaucoup d’argent, simplement du courage. C’est ce qu’on attend du PM, rien de plus, rien de moins. Et s’ils arrivent à faire ça, alors ils sont au pouvoir pour très longtemps. Dans le cas contraire, ils seront balayés par la droite mafieuse.

    Signaler
    • LAYE LAYE

      c’est un peu le principe du « y ka faut kon  » malheureusement Marseille est dans la Métropole et dépend de la Métropole entre autre pour le financement de ses projets

      Signaler
  12. Collapso-marseillologue Collapso-marseillologue

    Je partage les propositions de Kytia et Gentiane.
    1er étape et ce n’est pas rien: que sur ce qui reste de compétences à l’échelon communal, on est des objectifs stratégiques clairs et soutenables (au regard des moyens alloués), une organisation et des pratiques adaptées et efficaces.
    Ce n’est pas rien quand on a des services municipaux qui sont dans la maltraitance des administrés, des usagers et du vivant dans sa globalité.
    2ème: construire un partenariat avec l’Etat local (Préfet) sur la base d’une gestion efficiente et une vision politique des objectifs stratégiques à contrario de ce que l’on observe à l’échelle métropolitaine (absence de pilotage politique et à fortiori technique et stratégique, désorganisation, démotivation et mal être des collaborateurs)
    Retroussons nos manches ! Avanti popolo!

    Signaler
  13. Bertrand LAVILLE Bertrand LAVILLE

    Beaucoup d’espoir, beaucoup de belles intentions dans les commentaires ci dessus.
    Peut être faudrait-il revenir à du concret: le taux d’absentéisme du personnel municipal.
    S’il diminue, la nouvelle équipe aura réussi, s’il augmente, ou même s’il reste le même, ce sera un échec.

    Signaler
    • Kitty Kitty

      C’est pour ça que j’écrivais plus haut qu’il fallait en tout premier lieu rationaliser l’organigramme de la Mairie afin de réduire à 5 le nombre de direction (13 aujourd’hui). Chacune des directions, dotées des pouvoirs et compétences nécessaires pourra alors s’atteler à la gigantesque tâche de remobiliser l’encadrement et derrière la totalité des agents. Comme vous le dites, sans cela l’échec sera patent. La ressource nécessaire : du courage politique, c’est tout.

      Signaler
  14. ruedelapaixmarcelpaul ruedelapaixmarcelpaul

    « Ce serait ridicule si c’était un bras de fer. J’aimerais juste un peu plus d’objectivité de leur part [de la nouvelle équipe marseillaise] : on ne peut pas dire qu’on n’a rien fait pour les quartiers Nord, le tram rue de Lyon sera livré en 2023 et on vient d’ouvrir le métro Capitaine Gèze. »
    Ah ben oui, en 4a et demi, une station de métro et un proet de tram, ce n’est pas rien.
    Cette Caradec soit se fout de la gueule des électeurs de tous bord, soit a beaucoup d’humour.

    Signaler
    • ruedelapaixmarcelpaul ruedelapaixmarcelpaul

      un projet*

      Signaler
  15. Alain PAUL Alain PAUL

    Il y a aussi l’erreur des oppositions aixoises qui auraient pu gagner en s’unissant et ce n’était pas « contre nature » ! Notamment en terme de logement social.
    Enfin la métropole et les communes littorales vont pouvoir s’unir pour prendre possession du grand port de Marseille et de l’aéroport.
    Il est temps d’assurer l’assise économique des collectivités de notre pays en lieu et place de l’Etat qui n’a pas fait la preuve de son dynamisme pour le développement de ces équipements (Marseille est au bas déclassement des ports européens).
    De plus la crise a fait baiser les prix, il est temps d’acquérir ces biens communs.

    Signaler
  16. Alain PAUL Alain PAUL

    « au bas du classement »

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire