Alternative au tout-routier, la gare de triage de Miramas attend toujours d’être sauvée

Décryptage
le 1 Oct 2020
4

Un rapport des services de l'État indique que la gare de triage de Miramas sera obsolète en 2022 si des investissements ne sont pas réalisés. Élus et syndicats se mobilisent pour organiser une table ronde avec les différents financeurs potentiels. Le gestionnaire du site, SNCF Réseau, attend lui qu'une décision soit prise par sa société mère.

La gare de triage de Miramas. ©SNCF Reseau

La gare de triage de Miramas. ©SNCF Reseau

“J’avais anticipé que l’on parle du ferroviaire, mais j’avoue qu’à ce point je suis un peu surpris”. Hervé Martel, président du Grand Port Maritime de Marseille (GPMM), ne cache pas son étonnement à l’issue de l’un des débats publics sur la liaison routière entre Fos et Salon qui a eu lieu lundi soir à Miramas […]

Contenu réservé aux abonnés au journal

Offre découverte 1 € le premier mois puis 6,99 €/mois JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. BRASILIA8 BRASILIA8

    On nous rebat tous les jours les oreilles avec la transition écologique
    Mme Pompili s’en préoccupe beaucoup qui vient de nous annoncer la fin des animaux dans les cirques, pourrait peut être lire les rapport de la DREAL qui dépend de son ministère ou elle va bientôt devoir nous annoncer la fin de la gare de triage à moins que l’on puisse la faire classer dans la liste des espèces en voie de disparition.

    Signaler
  2. jasmin jasmin

    C’est assez pénible de voir que personne ne comprend rien à ce dossier et que chacun tire la couverture à soi. On voit bien que la SNCF n’est pas bonne en stratégie et elle ne sait pas comment évolue l’économie mondiale et la politique de l’Etat francais vis a vis de l’environnement et de l’économie. La crise du COVID au milieu a changé les données (l’économie étant déstabilisée et se restructurant), et d’autres virus immobiliseront les personnes et les marchandises.
    D’autre part, le commercialisation et la gestion du parc ferroviaire étant déstructurés, il n’y a plus de vision globale de ce qu’il faut. Il reste le maire de Miramas qui veut juste sauver les emplois locaux et le préfet qui s’en va dans deux ans et qui veut la paix des ménages. En plus la décentralisation a affaibli les décisions centrales et donné une plateforme marketing à des partis politiques qui gèrent la métropole locale. C’est dingue.
    Le citoyen lambda qui n’y comprend rien regarde ça et se dit, certes le cout du fret routier est moins cher que le fret ferrovier, mais c’est aussi beaucoup plus polluant. D’autre part, si on regarde la France depuis en haut, il faut bien des noeuds de transfert et de chargement de marchandises dans plusieurs coins stratégiques dont la region de Fos. A moins que le train disparaisse partout en tant que moyen de transport au profit de la teleportation qui n’est pas pour demain, la raison voudrait qu’on maintienne correctement ce site et son savoir-faire sur les différents types de tri par gravité, à plat, etc., et qu’on prévoit d’y inclure de nouvelles technologies pour que les commanditaires ne perdent pas trop de temps dans les arrêts comme ils le souhaitent. On regrette tous les jours la SNCF d’autrefois, qui entretenait ses lignes et qui avait une vision d’avenir.

    Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      Il ne faut pas trop charger la SNCF, même si le découpage en multiples rondelles qu’elle a subi durant l’ère Pépy lui a fait perdre beaucoup de vision stratégique.

      Au dessus de la SNCF, il y a son actionnaire, le fameux “État stratège” supposé voir loin, faire des arbitrages dans l’intérêt général et fixer les priorités d’investissement à long terme. Cet État stratège démontre tous les jours qu’il ne l’est plus, et qu’il est surtout préoccupé de logique comptable à court terme.

      C’était à lui de dire à la SNCF où investir et selon quel calendrier. Au lieu de quoi, il est plus empressé à essayer de refiler le bébé aux Régions ou à assommer la SNCF d’injonctions contradictoires qu’à clarifier le rôle du rail par rapport à celui de la route.

      Cela fait des années qu’on sait que le triage de Miramas est vieillissant. Cela fait aussi des années qu’on sait que le port de Marseille-Fos est mal relié à son hinterland. Mais il faut un Nième rapport pour que certains fassent mine de le découvrir.

      Signaler
  3. Haçaira Haçaira

    Si la route est moins coûteuse que le rail, c’est, je pense, qu’il n’est pas tenu compte de tous les paramètres

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire