Alexandre Guérini, l'heure de vérité

À la une
le 1 Déc 2010
4

C’est à l’évidence l’heure de vérité pour Alexandre Guérini. Placé en garde à vue depuis maintenant 48 heures dans le cadre de l’instruction confiée au juge Charles Duchaine pour « corruption active, trafic d’influence, détournement de fonds publics, prise illégale d’intérêts, atteinte à l’égalité des candidats et aux conditions d’accès aux marchés publics », le frère du président PS du Conseil Général Jean-Noël Guérini saura ce matin à quelle sauce judicaire il sera mangé.

Et les recettes mitonnées par les magistrats marseillais sont à l’évidence variées. Elles dépendent  à la fois des explications fournies par le suspect  et des éléments à charge recueillis durant leurs deux années d’investigations par les limiers de la section de recherche de la gendarmerie chargés de l’enquête et des auditions.  On le sait ici, les questions sont nombreuses :  les conditions d’obtention par les sociétés d’A.G. ou celles de ses affidés de marchés de traitements de déchets , son rôle occulte ou non au sein du conseil général présidé par son frère, ses interventions au sein de la Communauté Urbaine et ses liens avec les Barresi considérés comme des caïds du milieu du sud-est.

Plusieurs options s’offrent à la justice. La première, le laisser libre et le convoquer ultérieurement devant le magistrat instructeur. Plus logique d’après nos sources, un défèrement devrait intervenir ce matin devant le juge Duchaine qui pourrait lui signifier dans un premier temps sa mise en examen. La question se posera alors de l’opportunité ou non d’un placement en détention. Ce dernier est requis par le parquet,  puis laissé à l’appréciation du juge d’instruction. Si Charles Duchaine estime que cette mesure peut être justifiée, notamment pour éviter toutes concertations et contacts entre les protagonistes de cette affaire,  il saisira alors le juge des libertés et la détention ( JLD). Si le JLD  estime que l’incarcération n’est pas nécessaire, il demeure  libre de décider d’un placement sous contrôle judiciaire et le cas échéant de fixer un cautionnement pénal. Le cas de figure est tout à fait envisageable compte tenu de la surface financière du mis en cause. Dans les faits, il demeure fort rare qu’un JLD qui par essence ne connait pas le dossier aille à l’encontre de la volonté du magistrat instructeur.

Si le JLD estime que la détention est opportune il se doit alors de procéder à un débat contradictoire en présence des avocats . Ces derniers peuvent demander de différer ce débat afin d’organiser la défense, mais ce report ne pourra excéder quatre jours. Dans l’intervalle le justiciable est alors placé sous écrou provisoire. Réponse dans quelques heures.

Jean-Michel Verne

Actualisation à 9h35 : Les 48 heures de garde à vue d’Alexandre Guérini ont pris fin à 8h30. Il sera présenté ce mercredi devant le juge Charles Duchaîne. Mardi déjà, quatre personnes ont été mises en examen : sa compagne Jeannie Peretti, qui a récemment pris le relais à la tête de ses sociétés, Michel Karabadjakian, directeur général adjoint chargé de la propreté à la communauté urbaine de Marseille, ainsi que deux fonctionnaires de l’agglo d’Aubagne, Mireille Duval et Christophe Bringuier.

Un lien Retrouvez tous les protagonistes de cette enquête dans notre carte interactive, que nous tenons régulièrement à jour

Cet article vous est offert par Marsactu

Cet article vous a plu ?

Vous seul garantissez notre indépendance

JE M’ABONNE À PARTIR DE 1€

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. jexprime jexprime

    “Le cas de figure est tout à fait envisageable compte tenu de la surface financière du mis en cause”.
    Et dire que la famille GUERINI occupe un HLM dans le 7ème arrondissement de Marseille pendant que des gens meurent de froid dehors.
    Quel scandale.
    Ca me rappelle cette tirade de Jean Noel il y a deux ans: ” j’annule la cérémonie de voeux à la population du Conseil Général, car c’est déplacé de dépenser tant d’argent pedant que des gens meurent de froid dans la rue”!!!!
    Quel CYNISME !

    Signaler
  2. prapin prapin

    tous en taule + votons à nouveau (municipales,régionales,cantonnales et mpm) pour élire des honnêtes gens,ce qui l’air d’être en voie de disparition en paca…

    Signaler
  3. Ginetto Ginetto

    @jexprime : qu’il fait plus doux être Renaud Muselier et organiser la fuite des capitaux de ses amis millionnaires dans les paradis fiscaux : http://www.belleriviere.com
    Vous avez dit cynisme ?

    Signaler
  4. Thomas Thomas

    Je viens de lire dans le Canard Enchaîné d’aujourd’hui qu’Alexandre Guérini, qui avoue un revenu annuel de 470 000 euros (c’est dans sa poche qu’elle va ma taxe pour les ordures ?!), a confié aux enquêteurs bénéficier d’un logement HLM alloué par la Ville de Marseille dont le loyer est de 474 euros mensuels ! L’ENC !

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire