À Aix et Marseille, l’inscription sur les listes électorales c’est uniquement au guichet

Actualité
Julien Vinzent_
30 Déc 2016 14

Comme avant chaque élection présidentielle, les guichets des mairies enregistrent de nombreuses demandes d'inscription sur les listes électorales. Mais la complexité du système éloigne encore de nombreux électeurs potentiels. Dans le département, les principales villes permettent désormais l'inscription en ligne, sauf les deux plus grandes... 

"La commune que vous avez sélectionnée n’est pas reliée à notre service en ligne. Nous vous invitons donc à contacter votre commune pour connaître les modalités existantes d’inscription sur les listes électorales." Voilà le message que l'on reçoit lorsqu'on tente de s'inscrire sur les listes électorales de Marseille ou d'Aix-en-Provence depuis le portail service-public.fr. Contrairement à la quasi-totalité des métropoles françaises, les deux plus grandes villes du département n'ont pas mis en place ce système qui permet d'accomplir la formalité en quelques clics, pour peu que l'on ait scanné les documents demandés (pièce d'identité et justificatif de domicile).Les quelques 13 000 inscriptions ou mises à jour du mois de décembre, selon La Provence, ont donc été réalisées au guichet ou par courrier. "Nous avons effectué les démarches auprès des services de l'État. Cela sera possible en 2017", nous promet la ville de Marseille. Trop tard pour la séquence électorale majeure de la présidentielle et des législatives, qui donne lieu à un afflux important : la date butoir est fixée au 31 décembre...À Martigues, il n'aura pourtant fallu que quelques mois pour le mettre en place début 2015, le temps d'opérer la connexion avec le portail national et d'adapter le logiciel du service local des élections, explique son responsable Farid Guidoum. Après un démarrage modeste en 2015, le rythme monte en puissance pour atteindre "un gros quart des inscriptions. Cette année, nous avons reçu 500 demandes en ligne, dont une bonne partie au dernier trimestre. Cela va continuer à progresser car le portail Service public relie de plus en plus de services administratifs, avec même la possibilité de stocker des pièces justificatives dans un coffre-fort électronique."

Déménagements fréquents

L'enjeu démocratique est pourtant patent. "Nombre de citoyens ne connaissent pas ni ne comprennent cette procédure qui est automatique chez la plupart de nos voisins européens. Son calendrier, qui implique de s’inscrire plusieurs mois avant un scrutin alors que les campagnes électorales ne sont pas commencées, laisse de côté tous ceux qui ne sont pas passionnés de politique au quotidien, soit la majorité des électeurs potentiels !", soulignait en 2015 la politiste Céline Braconnier dans une interview à la Gazette des communes.On compte au niveau national 3 millions de non-inscrits, soit 6 % du corps électoral, mais aussi 6,5 millions de mal-inscrits. Il s'agit des citoyens inscrits dans un autre quartier, une autre commune voire une autre région que leur lieu de résidence effectif. Pas pratique pour voter... Selon le travail de Céline Braconnier et Jean-Yves Dormagen, cette mal-inscription est "une conséquence indirecte et largement non désirée de la mobilité résidentielle". Elle concerne notamment les cadres, très mobiles, mais aussi les étudiants et peut réduire le bénéfice de l'inscription d'office à 18 ans. Dans le département, 10 % des personnes interrogées lors du recensement 2013 avaient déménagé l'année précédente.Après un rapport parlementaire, qui s'appuyait largement sur leurs travaux, une loi a été adoptée cet été pour permettre l'inscription jusqu'à 30 jours avant le scrutin, mais ne sera effective qu'en 2019. En parallèle, pour simplifier cette démarche, l'inscription en ligne via le portail Service public a déjà été adoptée par les principales ville du département : Arles, Martigues, Aubagne, Salon, Istres, Miramas, Marignane, Gardanne, Port-de-Bouc, Les Pennes-Mirabeau... Cela fonctionnera donc pour ceux qui voudraient se rattraper le soir du réveillon avant d'aller faire la fête.

La barrière du guichet

En cette période de fêtes, impossible d'obtenir une explication sur l'absence d'inscription en ligne à Aix. Mais la mairie dit observer, comme chaque année avant une élection présidentielle, un rush de dernière minute. "On comptabilise 350 inscriptions par jour la semaine dernière, 500 cette semaine. Nous allons continuer à monter jusqu'à 1000 les derniers jours si l'on se réfère à la dernière présidentielle." Selon La Provence, 12 360 dossiers ont été enregistrés à Marseille ce mois-ci. Cette démarche nécessite toutefois de trouver un créneau compatible avec les horaires d'ouvertures des guichets (8 h - 12 h 15 et 13 h 15 - 16 h 30 à Aix)... Idem à Marseille, même si les plages ont été étendues, avec en prime une ouverture exceptionnelle ce samedi 31 décembre. À côté du "manque d'information" et de la "procrastination", la dépense de temps et d'énergie pour aller au bout des démarches administratives est un frein identifié. "[Il] est proportionnel à la distance que chacun entretient avec les institutions – géographiquement, lorsque les quartiers sont très éloignés du centre-ville, mais également et surtout, symboliquement, lorsque le « guichet » d’une institution apparaît comme un espace redouté, où l’on risque d’être mal compris, méprisé, voire insulté", lit-on dans un rapport de 2007.Marseille, avec son taux important de précarité, n'échappe sans doute pas à ce constat. On imagine mal comment l'inscription en ligne pourrait à elle seule faire sauter ce verrou. C'esttout l'intérêt des campagnes de porte-à-porte comme celle menée actuellement à la Busserine en permettant de finaliser la démarche en temps réel. 

Pratique

Le portail Service public vous permet de tester si votre commune est raccordée à l'inscription en ligne. Pour les informations sur Marseille, cliquez ici. Pour Aix, c'est là. https://twitter.com/afpfr/status/814476319056596992

A la une

Métro Gèze : la métropole sort les rames
Non, on ne verra pas les fameuses armoires électriques car "le métro fonctionne en ce moment". À l'origine du retard considérable de la livraison...
À l’hôpital Nord, les manifestants désespèrent de voir un jour arriver le métro
Le choix du parvis de l'hôpital Nord, pour une manifestation en faveur d'un métro dans les quartiers Nord, a la force de l'illustration. À...
Policiers « escortés » par des scooters, un clip de rap à l’origine de la vidéo choc
"Regardez comment les policiers sont traités, et j'en ai plein d'autres des vidéos comme ça. Ce que je veux dire, c'est que ce sont...
« On apprend aux filles à se méfier de l’espace public »
Prendre les transports, aller d'un point à un autre dans la ville, s'arrêter sur une place, rentrer tard le soir... Que l'on soit homme ou...
Des quartiers Nord à la Belle de Mai, elles veulent une ville pensée pour elles
"On est toutes des militantes. On ne voulait pas faire la cuisine, on voulait faire des projets !" Comme ses amies du groupe Passer'elles...
« Si l’outrage sexiste est dans le code pénal, on pourra agir »
Lorsqu'une femme victime de violences arrive dans un commissariat, l'expérience n'est pas toujours aisée. À Marseille, le bureau d'aide aux victimes, rattaché à la...

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire