Aix et Marseille sauvent Macron et les périphéries votent Le Pen

Décryptage
le 25 Avr 2022
1

Plus qu'en 2017, le département des Bouches-du-Rhône offre un paysage politique clivé entre les grandes métropoles, Aix et Marseille, qui portent le président sortant en tête et les périphéries ouvrières ou rurales où le vote RN fait basculer plus de 30 communes pour être dominant dans 80 sur 119.

Les bulletins du second tour de l'élection présidentielle. (Photo : Emilio Guzman)

Les bulletins du second tour de l'élection présidentielle. (Photo : Emilio Guzman)

Une digue a cédé. Là où, en 2017, le vote Macron dépassait les seules grandes villes pour déborder sur l’Est de Marseille. Lors de la précédente élection présidentielle, les Aubagnais votaient pour Emmanuel Macron comme Gardanne, La Ciotat, Gémenos et l’intégralité du pays d’Aix.

Cinq ans plus tard, dans une région où Marine Le Pen passe en tête à 50,5 %, le contraste est beaucoup plus violent : désormais la tache jaune des villes où Emmanuel Macron l’emporte a du mal à dépasser l’aire urbaine de Marseille et Aix. Elle s’étend jusqu’à Salon-de-Provence, ville dirigée par le LR Nicolas Isnard où le président sortant passe en tête avec 50,5 % des voix. À Marseille, Marine Le Pen n’est en tête que dans les 10e et 11e arrondissement où le RN fait régulièrement des scores très hauts. Elle frise les 50 % dans d’autres arrondissements voisins de la vallée du Jarret ou sur l’autre rive de l’Huveaune, mais sans renverser la tendance.

La vague bleue marine sur les terres ouvrières de l’Ouest

En revanche, dans le reste du département, la vague bleu marine est indéniable. 33 communes ont rejoint la tendance, déjà initiée en 2017. Elles sont 80 à porter Marine Le Pen en tête contre 39 qui offrent leurs suffrages au président sortant.

Le pourtour de l’étang de Berre, les berges du golfe de Fos offrent le même paysage uniforme : partout, Marine Le Pen est en tête. Seule la commune d’Arles place Emmanuel Macron à quelques voix derrière la candidate d’extrême-droite, avec 50,4 % des voix.

Dans la ville industrielle de Fos-sur-Mer, la candidate RN renforce son vote du premier tour. Elle était déjà en tête il y a 15 jours avec 3 653 voix devant Jean-Luc Mélenchon, 1896 voix. Au second tour, elle totalise 5 677 voix et progresse largement au-delà du petit matelas que lui offraient les 821 voix portées sur Éric Zemmour. Face à elle, Emmanuel Macron double son score avec 2671 voix mais le front républicain ne présente pas partout l’image d’une discipline sans faille.

Au contraire, Marine Le Pen progresse bien au-delà de son aire idéologique naturelle. Pour sa troisième élection et sa seconde finale, elle prouve dans les Bouches-du-Rhône que pour une partie de ses électeurs, il n’y a plus de frontière intangible.

De la Vendée provençale au pourtour de Fos

Ce paysage “mariniste” épouse des clivages déjà décrits ailleurs : on porte le RN en tête dans ce que le département compte de périphéries. Il y a les terres tout au Nord de la Vendée provençale où on vote à droite comme on a soutenu le Roi en des temps anciens. Dans les petits villages ruraux des Alpilles, le bleu marine domine. Mais c’est surtout dans les anciennes villes dortoirs du pourtour de l’étang que le franchissement des digues paraît le plus marquant.

Dans ces territoires où, il y a 70 ans, l’État français avait décidé d’implanter une métropole nouvelle dans des villes reliées au bassin industriel du port de Marseille, on vote désormais Marine Le Pen. C’est ancien à Marignane et Vitrolles où jadis des maires portant les couleurs du FN ou du MNR, un parti dissident, ont été élus. Cela l’est un peu moins dans les communes de l’ancienne agglomération du SAN Ouest Provence qui comprend Istres, Fos et Miramas.

Plus de ceintures rouges autour des métropoles

Là où les maires étaient soient communistes, soient socialistes, les électeurs votent Le Pen sans barguigner. À Istres, Marine Le Pen convainc 12 343 électeurs, là où au premier tour ils étaient 7670 à glisser un bulletin à son nom. Le maire d’Istres, François Bernardini a longtemps été un cacique du PS avant de rallier Martine Vassal et d’appeler à voter pour Emmanuel Macron.

Cette tendance est tout aussi sensible dans les villes dirigées par des élus communistes. À Martigues, chez Gaby Charroux, Le Pen est en tête avec 12 460 voix et 54,9 % des suffrages. Au premier tour, elle était déjà en tête avec 7700 voix. Elle prend plus de 5 % des inscrits entre les deux tours. C’est à Port-Saint-Louis-du-Rhône, ancienne ville communiste que sa progression est la plus forte avec 10,6 % des inscrits.

La même tendance est à l’œuvre dans les communes de l’ancien pays minier des communes autour de Gardanne. Le Pen y progresse là encore de 5 % des inscrits. Sans pouvoir établir de corrélation certaine entre les deux tours, on observe que Marine Le Pen progresse le plus dans des communes où Jean-Luc Mélenchon étaient en seconde position. C’est le cas à Port-Saint-Louis, à Fos, à Saint-Chamas, à Port-de-Bouc où il était en tête, à Gignac, Sénas ou Miramas… Impossible de dire si ces progressions sont dues à un report des voix insoumises. En revanche, cela accrédite l’existence d’un vote populaire pour le RN, ancré dans un département périphérique où tout se vit en voiture sans offrir les services de santé ou de culture des grandes métropoles voisines. Dans une métropole où certains projettent une élection au suffrage direct, cette donnée sera dans toutes les têtes.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Tarama Tarama

    L’implantation du FN dans le sud (et en France) est plus liée aux rapatriés d’Algérie qu’autre chose. C’est le terreau initial.

    Ce serait bien d’avoir ces mêmes cartes avec les “suffrages non exprimés” (blanc, nul, abstention).

    C’est compliqué de faire des analyses sociologiques de votes. Les facteurs sont multiples. Il y a quelque chose autour de la voiture en effet, de le vie repliée sur soi, mais ça ne suffit pas.
    Plus dans les terres il y a des campagnes “vertes-rouge”.
    Il est certain que les bassins industriels, parfois déclassés, sont le substrat moderne du FN (voir son implantation dans le nord de la France).

    Mais bon, l’aménagement du territoire est une chose, les médias en sont une autre.
    Il y aurait plus de Marsactu et moins de CNews/BFM, il y aurait moins de FN.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire