S’engager pour un nouveau souffle démocratique

Billet de blog
le 29 Août 2019
0

Propositions annexées au Pacte Démocratique pour Marseille

Nous proposons ainsi à tou·tes les acteurs et actrices de cette ville, du Sud au Nord, de discuter publiquement et en toute transparence du lancement d’une pré-campagne municipale qui permette à tou·tes les citoyen·nes d’être parties prenantes. Ces principes de campagne sont une façon de dessiner la future municipalité que nous défendrons et plus généralement les rapports entre pouvoir citoyen et pouvoir politique dans l’avenir de cette ville. Nous voulons une liste unique, d’union des différents appels, qui s’organise dès ces prochaines semaines autour d’un lancement de campagne électorale basée sur le rassemblement citoyen et populaire et des principes démocratiques clairs.

Pour cela, nous soumettons à la discussion les principes suivants :

Principes éthiques et politiques :

– La pluralité du rassemblement que nous devons construire est notre force. Nous ne croyons pas en la personnification de la politique et cherchons à élaborer de nouveaux principes de délibération, de rassemblement, de contrôle citoyen.

– Les quartiers populaires ont été un lieu d’exception et d’abandon démocratique, économique, sanitaire, écologique et social. Nous en ferons au contraire des territoires d’innovation. La réhabilitation politique des quartiers populaires doit articuler innovation démocratique, rattrapage du droit commun, égalité de traitement et des droits et travail mémoriel et symbolique pour tous les Marseillais, qu’ils soient de nationalité française ou
non.

– La future Mairie, même si elle n’est pas compétente sur tous les sujets, devra être un outil pour créer un rapport de force sur les sujets qui ne dépendent pas d’elle et être un outil pour les mobilisations sociales et écologistes, capable de s’opposer s’il le faut à d’autres institutions privées ou publiques. Elle sera notamment impliquée dans le lutte pour le changement climatique en créant des alliances internationales, nationales, territoriales autour d’un projet écologiste, démocratique et social.

– A la démocratie représentative doivent être associés le pouvoir citoyen et une démocratie citoyenne délibérative à rythmes réguliers. L’outil politique que nous construisons doit donc avoir pour principe d’être loyal et respectueux d’un pouvoir citoyen existant indépendamment et lui apporter son soutien. Notre façon d’exercer le pouvoir local sera donc basée sur la co-décision et la démocratie permanente.

– Une délégation à la démocratie locale, destinée à combattre les effets du clientélisme et de la stigmatisation que nous avons connu jusqu’alors, sera créée, pilotée par des citoyens et animée par un des premiers adjoints au Maire. Nous mettrons en place des référendum d’initiative citoyenne locaux pour faire participer le plus grand nombre aux décisions importantes qui nous concernent.

– Une telle démocratie permanente ne peut se faire sans une politique éducative et culturelle égalitaire, de lutte contre les préjugés, les discriminations, et une politique d’égalité réelle pour toutes les populations et territoires dans tous les domaines.

Une campagne de choc démocratique :

– Nous construirons la campagne électorale sans préalable. Pour cela, nous repartirons de l’existant, notamment de rencontres avec les forces citoyennes et du bilan des États Généraux de Marseille. Nous animerons des ateliers à échelle humaine pendant tout l’été et créons une plate-forme numérique et collaborative afin de faire remonter les propositions de chacune et chacun, coordonner, partager les décisions et les savoirs citoyens. Nous inventerons des formes souples et autonomes d’organisation, respectueuse des principes d’un rassemblement citoyen et des identités politiques de chacun.

– Une synthèse de ce travail sera soumis à une convention citoyenne et à des assemblées de territoire au mois de septembre afin de décider ensemble de l’ensemble des sujets qui nous concernent et lancer une campagne unitaire et citoyenne : mesures d’urgence / gestion démocratique de la ville / stratégie et organisation de la campagne. Nous mettrons en place pendant la campagne une plate-forme d’action politique sur tous les domaines, qui sera en constante évolution et débat pour permettre l’implication de chacun dans un système de démocratie permanente.

– Des assemblées mensuelles de territoire et ateliers thématiques définiront et décideront de chaque orientation de la campagne (programme, stratégie, organisation concrète…) en mobilisant les méthodes de l’éducation populaire afin que chacun·e puisse s’exprimer et décider. Ces groupes élirons des représentants – révocables – chargés de la coordination avec les représentant·es des partis politiques et des autres associations.  Elle se donneront notamment pour objectif de recenser les espaces (places, squares …) services et équipements publics (écoles, bibliothèques, piscines, stades…) existants (ou manquants) sur leur territoire, d’évaluer leur fonctionnement et de faire des propositions d’améliorations. La municipalité future devra faciliter la rencontre des usagers et des personnels de ces équipements afin de permettre l’invention d’une gestion démocratique de ces lieux, services et équipements.

– Ces délibérations seront organisées de façon transparente et ne pourront voter que les personnes qui auront participé à la préparation démocratique de cette campagne, afin d’éviter que celles-ci ne se transforment en arènes de rapports de force ou en primaires déguisées.

– Il faudra porter l’idée d’une possibilité de révocation des mandats, impossible pour l’heure légalement.

– Les élus doivent avoir des délais de réponse imposés aux demandes citoyennes.

Des candidat·es du peuple de Marseille

– Aucune annonce de candidature personnelle dans les médias. Nous devons quitter la démocratie d’opinion pour permettre aux assemblées de campagne de délibérer sereinement.

– Tous les candidats devront habiter, travailler ou être engagés de longue date dans une organisation citoyenne du secteur où ils sont candidats. Ils seront choisis pour leur connaissance des territoires ou de certaines thématiques et resteront actifs et présents sur le terrain pendant toute leur mandature. Ils devront refléter la diversité sociologique de leurs secteurs et de la ville (générations, origines, professions, genre…). Nos candidats ne doivent avoir été condamnés ou être sous le coup d’une procédure judiciaire pour des faits contraires à nos valeurs : détournements de fonds, affaires publics, malversations financières, propos et actes discriminatoires, violences faites aux femmes etc. . La seule exception concerne la répression des mouvements sociaux et des classes populaires.

– La liste unique et unitaire des candidats devra refléter avant tout la pluralité de la citoyenneté marseillaise.

– Pas plus de 2 mandats municipaux pour un élu et limitation dans le temps, pas plus de 3 mandats toutes fonctions confondues (signature d’une charte d’engagement) (débat sur le nombre de mandats et sur les façons de faire respecter ces engagements). Déclaration publique de patrimoine, d’intérêt et de parcours citoyen et politique exhaustif avant la désignation des candidatures, permettant aux assemblées de faire leurs choix en connaissance de cause. Non-cumul des mandats.

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire