Routes et déroutes

Idée de sortie
Journal Ventilo
23 Nov 2018 0

Welcome to Paristan - Mohamad Reza Sahibdad

Entre Martigues et Port-de-Bouc, la manifestation « Routes et déroutes, résistances afghanes », initiée par l’équipe de la Maison des Jeunes et de la Culture de Martigues, investira divers lieux du territoire, pour un panorama passionnant consacré à l’un des plus fascinants pays d’Asie, et à son peuple tout entier.

Si le sujet est de toutes les voix médiatiques et politiques, souvent jusqu’à l’absurde et à la caricature, la question d’un accueil digne et humaniste de celles et ceux qui ont dû fuir leurs terres, échappant aux drames de conflits meurtriers, se pose concrètement, chaque jour, sur nos territoires. Gênés aux entournures — pour d’obscures raisons électorales ? — par la prise en charge fondamentale de femmes, d’enfants, d’hommes dont même la sémantique obscurcit l’horizon lorsque l’on mélange les mots de migrants, réfugiés, exilés, les pouvoirs publics peinent à apporter les réponses qui s’imposent, et l’on constate que le champ associatif reste le plus actif, le plus efficace en ce domaine.

À quelques encablures de Marseille, les villes de Martigues et Port-de-Bouc s’inscrivent, inversement, dans une réelle dynamique d’accueil et de soutien à celles et ceux qui ont traversé des continents, dans l’espoir de poursuivre leur récit de vie, dans la mesure du possible. À commencer par la formidable équipe de la MJC de Martigues, dont le travail et l’intelligence humaine sont exemplaires.

Parallèlement à cette implication quotidienne et stakhanoviste, la structure propose un événement culturel d’envergure — Routes et déroutes —, croisement de disciplines artistiques et de réflexions, rencontres propices à s’interroger sur l’exil, les migrations et la guerre, bien loin de la praxis indigeste des mass médias. Après s’être penchée sur la Syrie et le Soudan, l’équipe de la MJC met en lumière l’Afghanistan et le peuple afghan, dont la richesse de l’histoire est infiniment considérable : « Routes et déroutes, résistances afghanes » associera ainsi de nombreux partenaires des deux villes — la MJC, bien évidemment, mais également la médiathèque Boris Vian, les cinémas Jean Renoir et Méliès, la cinémathèque Gnidzaz —, pour une série de rendez-vous de haut vol.

La soirée de clôture, le 30 novembre, mettra l’accent sur la condition féminine en Afghanistan, autour de la rencontre avec l’artiste performeuse Kubra Khademi. Autre temps fort, la Médiathèque Boris Vian propose quant à elle l’exposition photographique Simplement afghanes, en partenariat avec Afghanistan Libre, et la rencontre avec l’auteure Chekeba Hachemi, pour son ouvrage L’Insolente de Kaboul, qui sera suivie au Méliès de la projection du film de Roya Saddat, A Letter to the President. Le cinéma qui a, dans cet événement, une place capitale, avec la séance, au Renoir, du magnifique Sonita, accompagnée d’un entretien filmé avec la réalisatrice Okhsareh Ghaem Maghami, et les rendez-vous de la cinémathèque Gnidzaz autour des films Afghanistan, un État impossible d’Atiq Rahimi, La Nuit remue de Bijan Anquetil et l’incontournable Nothingwood de Sonia Kronlund.

Emmanuel Vigne

Routes et déroutes, résistances afghanes : du 17/11 au 30/11 à Martigues et Port-de-Bouc.

Rens. : 04 42 07 05 36 et sur le site du festival. Programme complet sur Ventilo.


Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire