Nollywood Story

Idée de sortie
Journal Ventilo
10 Mai 2019 0

La Nollywood Week est un rendez-vous annuel, à Paris, consacré à l’extraordinaire vitalité du cinéma nigérian, baptisé Nollywood. Marseille accueille pour la première fois une extension de cette manifestation hors normes.

L’émergence du cinéma nigérian n’a, à l’époque, suscité qu’une vague indifférence, teintée d’un certain mépris, de la part d’une classe dominante culturelle européenne. Cette dynamique hors du commun, qui prit, sous forme de pied de nez, le nom de Nollywood, a pourtant rapidement gagné les cœurs et les esprits d’un vaste public aux quatre coins des pays d’Afrique. Jugée par l’élite cinéphile trop bricolée, pauvre et sans moyens, peu référencée, la production nollywoodienne allait pourtant prendre un essor extraordinaire, se faire l’écho de sujets ancrés dans une réalité commune, d’où le vif succès rencontré.

Plusieurs années plus tard, le cinéma nigérian se hisse au second rang mondial en terme d’opus produits (derrière l’Inde, mais devant les États-Unis), les films ont gagné en écriture, en moyens techniques et financiers, et touchent aujourd’hui près d’un milliard de spectateurs à travers le monde, de l’Afrique, bien sûr, jusqu’en Inde, en Europe ou aux Caraïbes, la langue utilisée, l’anglais, favorisant son exportation. Le plus comique, c’est que l’insupportable intelligentsia cinématographique commence à lorgner sur les dernières sorties nollywoodiennes, et de nombreux festivals s’en font désormais l’écho. Depuis sept ans, un festival du cinéma nigérian nous offre à voir, à Paris, un panorama de ce dynamisme cinématographique, rappelant que « fait par des Africains pour des Africains, Nollywood développe des points de vue, des thématiques, une vision du monde et de la modernité qui lui est propre, celle de son public ».

Bonne nouvelle pour les Marseillais : cette Nollywood Week s’exporte pour la première année à Marseille, et propose deux jours de projections et de rencontres fort passionnantes ! À commencer par la présence de la cinéaste Tope Oshin, qui a réalisé près de 350 épisodes du plus grand feuilleton télévisé d’Afrique, Tinsel, et qui présentera pour l’occasion son dernier opus, Up North. Suivie, le lendemain, par Kayode Kasum, réalisateur multi-primé en festivals, et dont le film présenté, Oga Bolaji, nous conte la rencontre entre une fillette et un musicien à la retraite. Nigerian Prince, la dernière production de Faraday Okoro, viendra ponctuer ce week-end hors normes, à la rencontre d’un autre cinéma, vivant, humain, sémillant, universel.

Emmanuel Vigne


Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire