LE MUSULMAN EST UN FRANÇAIS COMME LES AUTRES

Tribune
le 3 Oct 2019
5

Les ancêtres d’Eric Zemmour, lointains prédécesseurs des migrants fuyant l’Espagne et ses persécutions, furent accueillis par les peuples musulmans du Maghreb. Cela ne l’a pas empêché de lancer récemment un véritable appel au meurtre complaisamment relayé par une chaîne d’information.

Ces discours ont pour les marseillais une résonance encore plus particulière.
Outre qu’ici une partie significative de la population est visée par ces diatribes haineuses, les plus anciens se souviennent qu’en 1973, une campagne de presse menée par le quotidien «Le Méridional» et son directeur Gabriel Domenech, basée sur les mêmes «arguments», avait provoqué une flambée de violence sans précédent dans Marseille conduisant à des ratonnades d’algériens qui firent plusieurs dizaines de morts, et dont les coupables n’ont à ce jour pas été identifiés.

N’en déplaise aux tenants du choc des civilisations, des populations non musulmanes ont-elles aussi subi le déferlement de la violence raciste, à l’instar de ces immigrés italiens noyés avant guerre dans le Vieux Port.

Face à la violence inouie de l’attaque de Zemmour, on est frappé par la faiblesse et le côté convenu des réactions qu’elle a provoquées.
Passons sur l’hypocrisie complice de ceux qui cautionnent de tels propos au nom d’une liberté d’expression à géométrie variable selon que l’on soit puissant ou misérable, marginal ou bien en cour.

En réalité, beaucoup de ceux qui sont à juste titre heurtés par les propos ignobles de Zemmour commettent la même erreur d’analyse, qui est d’essentialiser les français de confession ou de culture musulmane, les mettant ainsi inconsciemment en marge de la communauté nationale.
Or, les français musulmans sont… français.

Leurs préoccupations quotidiennes ne portent pas sur la charia mais sur le pouvoir d’achat, la sécurité, le logement décent, la qualité de l’enseignement, la lutte pour assurer un meilleur avenir à leurs enfants. Bref, selon l’expression du regretté Bruno Étienne, les musulmans sont «anormalement normaux»!

Il y a en France des musulmans de gauche, de droite, de(trop) nombreux abstentionnistes, des croyants et des athées, des pro et des anti pma, des écolos et des qui fument des clopes et roulent au diesel, et même des supporters de l’ OM et du PSG!
En d’autres termes, ils partagent les mêmes aspirations, les mêmes craintes, les mêmes doutes, sont traversés par les mêmes contradictions que l’ensemble de leurs compatriotes.

C’est pour cela que le meilleur moyen de lutter contre les discours de haine et d’exclusion ne consiste pas à défendre «les musulmans», mais à refuser qu’on s’en prenne à des concitoyens français et ce au nom des principes républicains d’égalité et de fraternité.

Ce changement de paradigme est déterminant, car si nous y parvenons, alors nous pourrons, tous ensemble, exiger que la justice passe avec la même sévérité contre tous les prêcheurs de haine d’où qu’ils viennent, obliger les médias à faire preuve de responsabilité, et surtout, à redonner du contenu au fameux vivre ensemble, dont les ennemis se font de plus en plus entendre, parce que ses partisans les laissent faire.

Lutter contre Zemmour et ses séides, ce n’est pas combattre une opinion ou simplement faire preuve de tolérance, c’est défendre la république, c’est faire preuve d’un véritable patriotisme, car celui qui appelle à la guerre civile ne peut prétendre aimer son pays.

Pour lancer un tel mouvement de reconquête républicaine et de réconciliation de tous les français, Marseille est le lieu rêvé.
Ce ne sera pas facile, mais pour réussir, il faut commencer par le vouloir.

C’est toujours quand il côtoie l’ abîme que notre pays montre le meilleur de lui-même.
Il y a plus de deux siécles, une troupe de volontaires marseillais s’est engagée pour défendre la république, gravement menacée par ses ennemis intérieurs et extérieurs. En chemin, ils ont adopté un chant qui est devenu l’hymne national.

Le moins que nous puissions faire, nous, lointains successeurs, est de rester fidèle à leur message.

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Jean Pierre RAMONDOU Jean Pierre RAMONDOU

    Eric Zemmour ce définit comme Berbère converti au judaïsme.
    Dans ce cas il y peu de chance qu’il descende de Juifs chassés d’Espagne.
    Ce détail n’enlève rien à la pertinence de la tribune.

    Signaler
  2. Laurent MALFETTES Laurent MALFETTES

    Madame, je suis d’accord avec tout ce que vous écrivez, sauf peut être sur ce point : « C’est toujours quand il côtoie l’ abîme que notre pays montre le meilleur de lui-même ». Au bord de l’abîme, notre pays est aussi capable du pire…

    Signaler
  3. Brallaisse Brallaisse

    Votre article est plein de bon sens , mais une petite remarque qui me fait sans doute mettre les pieds dans le plat,comment un catholique, un musulman ,un juif ou un protestant peuvent t êtres un athéistes ?

    Signaler
  4. Alain PAUL Alain PAUL

    On sait que ce sont les berbères qui ont conquis l’Espagne, j’imagine qu’ ils ont du en être expulsés,
    Merci Nassera pour ton article qui redonne un peu de vérité dans le débat
    J’observe qu’il n’y a – heureusement – pas de commentaire virulent
    Je suis arrivé à Marseille dans les années 70 qui ont été pourries par le Méridional
    Heureusement Marseille s’est reprise ensuite
    Il ne lui reste plus qu’a dominer son avenir économique et donc social, YAKA !!!
    Son avenir c’est notamment, avec les communes voisines, de prendre en main son port et son aéroport. à la place de l’Etat qui a tout de même créé la zone industrielle et portuaire de Fos, mais depuis …
    Le port d’Anvers est propriété de la ville et c’est un conseiller municipal qui le dirige !
    Il en est de même de pôle emploi et autres services qui devraient être dirigés par les gens sur place.
    Et que l’on ne parle pas de clientélisme : quand l’économie marche la clientèle se transforme et producteurs et clients
    Ouf …

    Signaler
  5. barbapapa barbapapa

    Il en va des religions comme de leur degré d’acceptation de l’athéisme. En France, il y a 2 siècles et quelques années, il a fallu brûler des églises, tuer pas mal d’écclésiastiques, confisquer les biens, bouter hors de la vie sociale les cathos qui s’arrogeaient le pouvoir et les consciences.
    Dès que des ultra religieux judaïques ont un peu de pouvoir, voir en Israël, c’est la cata, l’intolérance, la guerre.
    Aujourd’hui, dès qu’un musulman ou pire une musulmane fait profession d’athéisme, danger de mort dans les pays dits musulmans et anathème, fatwa et compagnie en France ou en Europe…
    Plus il y aura de « musulmans athée » (pléonasme, mais il faut comprendre nés de parents de confession musulman) plus le musulman sera un français comme les autres

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire