Journal de déconfinement N°4, jeudi 16 au matin, la rue parle

Billet de blog
le 17 Avr 2020
0

Voilà, il aura suffi que je rédige trois billets dans ce journal de déconfinement pour que les autorités nous annonce le déconfinement, le vrai. Je plaisante naturellement. Je plaisante et ne plaisante pas. On a reçu, envoyé, échangé, lu à fond ou simplement parcouru tant de vastes considérations sur cette crise sanitaire qu’elles ont fini par nous monter à la tête. Après être devenus en quelques jours à peine des experts en virologie, on s’est mis à regarder l’état et l’avenir de la nation et du monde avec la hauteur de vue des plus grand philosophes. Ou des plus bavards. Et on a fini par se croire membre de cette hétéroclite académie. Pour nous guérir de cette désastreuse prétention, écoutons la plus anonyme et la plus universelle des spécialistes. Voyons ce que dit la rue, le temps de quelques courses et de quelques photos prises à l’occasion.

Elle, la rue, reprend les slogans de toujours et les illustre au petit poil.

Elle, la rue, en invente de nouveaux, entre néologisme et jeu de mot.

Ou bien elle, la rue, préfère donner à ses banderoles de simples pensées.

Et la banderole voisine la remercie.

Elle engage, la rue, les cageots dans un grand mouvement de solidarité et leur apprend à parler deux langues.

Elle nous indique, à la boutique Emmaüs des réformés (ouverte tous les matins), ce que l’on peut fournir aux personnes qui n’ont qu’elle pour domicile, la rue.

A nous de faire !

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire