L’attaque des clowns

Idée de sortie
Journal Ventilo
10 Mai 2019 0

Du rire dedans comme dehors, avec ou sans nez rouge : le Daki Ling nous emmène, pour le quatorzième printemps de Tendance Clown, à la découverte des clowns contemporains, ces personnages qui, derrière des a priori caricaturaux, demeurent un formidable reflet de l’âme humaine. En piste !

La cuisinière, de la Compagnie tout en vrac.

« Le clown est lié à quelque chose qui relève de l’enfance, de l’animal. C’est un être non consciencieux, instinctif. Il fait appel au rire, aux viscères, tout en étant innocent. Il peut choquer en étant sauvage, mais garde une dimension très fragile. » Bonaventure Gacon (Le Figaro, 2014)

Il a troqué son nez rouge, sa marguerite farceuse et ses grandes chaussures au profit de la pluralité d’expressions. Jadis digne et sérieux (le clown blanc originel), puis grotesque (l’auguste), suscitant la peur (la « coulrophobie », popularisée par le roman Ça de Stephen King) ou les moqueries, le clown s’est émancipé de son image archaïque et évolue encore aujourd’hui pour rayonner bien au-delà de son cadre circassien traditionnel. Car à l’opposé de notre monde quelque peu aseptisé, le sien peut tout se permettre : l’absurdité, la folie douce (ou pas), la provocation, la transgression, la singularité. En révélant son intimité et ses faiblesses, la partie la plus originale et sensible de chacun, il est à la fois l’autre et nous-mêmes, et nous tend un miroir pour observer notre propre réalité. Jouant avec cette identité multiple et paradoxale, Tendance Clown jongle entre les différentes facettes du personnage et fait le grand écart d’une forme à l’autre, d’un lieu à l’autre, dedans comme dehors.

Difficile de mentionner toutes les attractions de ce cirque moderne qu’est le festival, qui se déploiera du nord au sud de la ville pendant plus de deux semaines, de la maison-mère rue d’Aubagne au Parc Bagatelle, de la Friche au Parc François Billoux, en passant par… les Baumettes.

Sans véritable fil conducteur, cette édition — dont la moitié des représentations seront gratuites — semble placée sous le signe du grand n’importe quoi. Un joyeux bordel qui nous emmènera notamment bivouaquer avec la compagnie Entrechocs (Debout là-dedans), décoller avec la fusée réfrigérateur de Nicolas Ferré (Frigo [Opus 2] par la compagnie Dis bonjour à la dame) ou assister au carnage culinaire et féministe de la compagnie Tout en vrac (La Cuisinière).

On y retrouvera aussi, et avec plaisir, des têtes connues, du déjanté polymorphe Arnaud Aymard, alias Olaph Nichte, pour une improbable conférence sur l’astrophysique du quotidien, aux Chiche Capon pour leur Opus Ultimus, que les quatre joyeux drilles qualifient eux-mêmes de « crétinerie flamboyante », en passant par le Boucan explosif du Cirk Biz’Art.

Pour finir en beauté sur la place des Halles Delacroix, la compagnie italienne Luigi Ciotta nous fera voyager dans l’espace-temps, avec un séjour dans un hôtel imaginaire des années 30 (Tous en valise). Une manière pour le Daki Ling de saluer son quartier d’implantation, Noailles, près de six mois après le drame de la rue d’Aubagne, “l’occasion de montrer la vivacité du quartier et de tous ceux qui l’animent”.

CC

Tendance Clown : du 10 au 26/05 à Marseille. Rens. : 04 91 33 45 14 / www.dakiling.com


Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire