ZOOM

A Paris, le rêve d’une ville inclusive s’écroule. [Chicane#10]

Billet de blog
le 15 Jan 2020
0

Pionnière en France, la mairie de Paris lutte pour une ville plus inclusive mais ses actions sonnent creux.

« Inclusive et apaisée » : c’était l’ambition, en 2015, d’un plan de réaménagement urbain à Paris. Depuis, sept places emblématiques de la capitale ont été rénovées, pour un budget total de 30 millions d’euros. « Dans le cahier des charges la prise en compte du genre était obligatoire », explique Christine Guillemaut, chargée de projets au Service Égalité Intégration Inclusion.

Place du Panthéon, un travail de mémoire a été entrepris par le groupement d’urbanistes militants Les MonumentalEs. Celles-ci mettent à l’honneur les noms de femmes célèbres et de victimes de féminicide, gravés sur les nouvelles installations. Place de la Nation, carrefour parisien symbolique, les marches exploratoires avec des habitantes du quartier ont permis de créer un espace « convivial, adapté à leurs besoins, végétalisé, avec des coins à la fois discrets mais visibles de tous pour plus de sécurité ». Un succès, donc ?

Pas vraiment. Même si les intentions sont là, et depuis longtemps. En 2002, l’arrivée de Bertrand Delanoë à la mairie de Paris marquait un tournant dans la lutte contre les discriminations sexistes à l’échelle de la ville. En 2014, son ancienne première adjointe à l’égalité des genres, Anne Hidalgo, lui succédait à la tête de l’administration et faisait fait de cet enjeu une des priorités de son mandat.

De nombreuses désillusions.

Mais derrière cet affichage volontariste, la sociologue Marylène Lieber pointe du doigt le décalage avec une réalité souvent décevante. Sans désavouer le mérite du travail entrepris, la sociologue souligne les « désillusions » d’acteurs de premier plan. Les urbanistes militantes de Genre et Ville, pourtant partenaires du projet, auraient été « écartées du processus décisionnel » et ont dû « batailler » pour faire entendre leur cause.

Si Paris a bien un rôle d’impulsion en France, la taille de l’organisation publique – où se croisent plus de 53 000 agents – et la nature même de la ville « historique, avec des bâtiments intouchables à chaque coin de rue », limitent les ambitions progressistes affichées par la municipalité. « Dans des plus petites villes comme Gennevilliers on observe des actions plus concrètes et novatrices avec des ateliers participatifs comme les marches urbaines ou les cartes mentales », conclut Marylène Lieber.

 

Camille Thomaso

 

 

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire