À Marseille, même “la circonscription historique de Gaudin” pourrait basculer chez Macron

Actualité
le 14 Juin 2017
16

Dans les quartiers Sud, l'électorat de droite s'est considérablement démobilisé ouvrant la voie aux candidats macronistes. Avec respectivement onze et sept points de retard au premier tour, Dominique Tian et Guy Teissier, parlementaires de longue date, jettent leurs dernières forces dans la bataille.

Dominique Tian et sa suppléante Sabine Bernasconi

Dominique Tian et sa suppléante Sabine Bernasconi

Un à un, les bureaux de vote ont changé de couleur. Jusque dans les fiefs de la droite, dans les quartiers Sud. Les candidates macronistes Claire Pitollat et  Eléonore Leprettre l’ont emporté dans ce qui est considéré comme les fiefs de leurs adversaires respectifs, Dominique Tian et Guy Teissier. À l’arrivée, les retards accumulés par ces deux ténors locaux de la droite sont importants : sept points de retard pour Guy Teissier dans la 6e circonscription, onze pour Dominique Tian dans la 2e. “On sentait bien que l’écart allait se resserrer, on espérait peut-être leur passer devant mais jamais d’autant”, reconnaît Claire Pitollat.

Entre le premier tour de la présidentielle et dimanche, LR a perdu 10 213 voix, En Marche seulement 329, dans la seule deuxième circonscription. Dit autrement,  moins d’un électeur sur deux qui avait voté pour François Fillon s’est déplacé pour Tian. Guy Teissier lui a fait un peu mieux en en mobilisant les deux tiers. “On s’aperçoit que c’est davantage l’électorat de droite des quartiers aisés qui ne s’est pas déplacé alors que les scores sont plutôt meilleurs dans les quartiers populaires, note Lionel Royer-Perreaut. Chez nous comme chez Valérie Boyer, il y a ces différentes sociologies, ce  qui nous permet de ne pas trop descendre. Ce n’est pas le cas chez Dominique Tian et c’est là tout son problème.”

“Macron n’est pas que sur des thèmes de gauche”

Chacun dès lors y va de son analyse. “Nous nous sommes mobilisés pour que François Fillon soit président de la République. Notre électorat est déçu”, analyse Martine Vassal, la présidente du département et secrétaire générale de LR 13. “Macron a nommé un premier ministre de droite, pour nous concurrencer et nous passer devant, récapitule un cadre LR. Il a fait des démarches auprès des militaires et des policiers : toute une série de signes qui montrent qu’il n’est pas que sur des thèmes de gauche. Il donne des signes à tout le monde et on se dit « pourquoi ne pas lui donner sa chance ? »”.

Dominique Tian, premier adjoint de Jean-Claude Gaudin, est sans doute le plus mal engagé. Ce mardi, il a voulu montrer “l’unité de la famille” politique LR en recevant la présidente du département Martine Vassal, son homologue à la région Renaud Muselier ainsi que le maire de secteur, Yves Moraine. Battu dimanche dernier de “43 voix, con de ta mère” dans sa circonscription avec la dissidence de Maurice Di Nocera, celui-ci rappelle : “On paie le prix de la division et des ego boursouflés.” Demain, Jean-Claude Gaudin viendra lui aussi soutenir “petit Tian” – comme il le surnomme – dans sa quête d’un quatrième  mandat. Le tour des personnalités locales de droite sera ainsi complet. “Cela vise surtout à montrer à nos militants qu’ils sont bien présents et qu’ils se mobilisent”, décrypte un proche du député.

“Chacun appelle ses amis, sa famille”

Depuis dimanche, outre les habituels tractages, les équipes des deux députés marseillais les plus malmenés – Valérie Boyer a moins de retard que ses collègues – se concentrent sur les listes électorales. L’objectif ? “Identifier ceux qui n’ont pas voté et que l’on connaît. On sait qu’il faut en trouver en moyenne 34 par bureaux de vote pour refaire notre retard”, explique un acteur de la campagne de Guy Teissier. “Chacun appelle ses amis, sa famille prend les listes électorales pour faire du rattrapage voix par voix. C’est la circonscription historique de Jean-Claude Gaudin, on ne veut pas la perdre”, exhorte Yves Moraine. “Pour nous, l’élection référente c’est Valérie Boyer en 2012, reprend Lionel Royer-Perreaut, le suppléant de Guy Teissier dans l’autre circonscription. Ce duel était face à la gauche qui avait la vague. Au premier tour, elle avait 2500 voix de retard, elle a fini par l’emporter en gagnant 8500 voix quand le candidat de la gauche en gagnait seulement 5500.”

Le tract de Guy Teissier

Personne ne cache que le défi est de taille. Il faut grappiller des voix dans tous les camps. Renaud Muselier lâche : “J’entends certains dire qu’il faut que Macron ait une majorité, eh bien c’est fait. Il en a 400. Ceux qui n’ont pas voté pour lui doivent se rassembler au second tour sur celui qui reste.” Sur ses tracts, Guy Teissier n’hésite pas quant à lui à titiller la sensibilité des électeurs de la France insoumise, désormais première force de gauche. “Voulez-vous d’une majorité qui acceptera, complice, le démantèlement du Code du travail,  sans engager un véritable débat avec la représentation nationale et les syndicats ?”, interroge-t-il benoîtement. Après ce petit coup à gauche, le même document n’oublie pas l’électeur d’extrême-droite qui lira par exemple que Macron veut poursuivre la politique d’“immigration sauvage” du précédent quinquennat. Dans la journée de mardi, Laurent Comas, dissident du Front national éliminé au premier tour, lui a apporté son soutien pour “faire barrage à l’imposture Macron immigrationniste [et éviter] que nos quartiers Sud se transforment en quartiers Nord”. 

“Des candidats Adopteunélu.com”

Revient enfin la question de l’ancrage et de l’expérience, sur laquelle tous insistent pour contraster avec les candidats méconnus de LREM ou du Modem. “Ici, les candidats sont soit des recyclés du parti socialiste soit des candidats Adopteunélu.com qui sont des nouveaux. C’est bien qu’il y ait des nouveaux, nous l’avons montré à la mairie et au département mais on ne devient pas député du jour au lendemain comme ça”, pointe Martine Vassal. Le revers de la médaille est clair : “Sur le terrain, on me rappelle souvent que Guy Teissier est conseiller municipal depuis 1983, les gens en ont marre de cette classe politique, souligne sa concurrente Modem, la jeune (26 ans) conseillère régionale Éléonore Leprettre. Je note d’ailleurs qu’en France, la plupart des barons sont en difficulté.” Une analyse qui ne convainc pas Martine Vassal : “Je note au contraire que ce sont les sortants qui se qualifient alors que les nouveaux candidats Marie-Pierre Callet, Sandra Dalbin ou Bruno Genzana sont battus. C’est leur ancrage local qui les sauve.”

Sur son même tract, Guy Teissier rappelle la création du parc national des Calanques et des combats pour la sauvegarde des commissariats de quartier ou de l’hôpital Sainte-Marguerite. “Dans une majorité pléthorique, je suis à peu près certain qu’Eléonore Leprettre sera noyée dans la masse car elle n’a pas d’autorité politique et ne connaît personne. Pour le maintien du commissariat de Mazargues, Guy Teissier était dans l’opposition mais il l’a obtenu car il avait une légitimité politique propre”, avance Lionel Royer-Perreaut. Dans un fascicule, Dominique Tian souligne lui aussi sans fard son “action en circonscription” dont ses “plus de 1500 rendez-vous individuels”,  ses “782 interventions auprès des ministères, administrations et collectivités ou encore, mention plus ciblée, “la suppression de la taxe de mouillage que le gouvernement voulait imposer aux petits plaisanciers”. Son opposante LREM Claire Pitollat assume la différence d’approche : “Oui, les lois doivent s’adapter aux spécificités locales. Cela veut dire que ça démarre par un échange de terrain, pour pouvoir les percevoir. Ce n’est pas une logique descendante, c’est une approche par le terrain. Par contre, il y a des choses qui relèvent de la municipalité, du département ou de la région et il est évident qu’on ne va pas tenir ces rôles-là.” Cela ne répond pas à la hantise des sortants, que Dominique Tian résume : “être battu par une candidate que personne ne connaît”.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

+++

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Titi du 1-3 Titi du 1-3

    « être battu par une candidate que personne ne connaît ».
    ou “être battu parce que mes administrés me connaissent que trop” ?

    Signaler
  2. LaPlaine _ LaPlaine _

    A lire les commentaires de ces élus, on a clairement la sensation, ici plus qu’ailleurs, que ces individus n’ont rien vu venir, rien compris et ne comprennent toujours rien. On sent entre les lignes de leurs commentaires “mais pourquoi ce monde si bien installé depuis des décennies et si confortable s’effondre-t-il si brutalement?”. Au-delà du constat effectué, pas une remise en question sur le fond, notamment par rapport à leur contribution locale au délabrement de ce territoire. Alors, comme Gaudin pour les municipales, on se raccroche à ce à quoi “on” a contribué, un bien maigre inventaire dans le “panier” du marseillais moyen. La politique du club du troisième âge et des amis de la pétanque a-t-elle trouvé ses limites?

    Signaler
  3. patrick patrick

    de la droite vers la droite… seul points positifs teyssier et tian dehors pour le reste rien ne change

    Signaler
  4. Lecteur Electeur Lecteur Electeur

    Concernant Guy Teissier

    “Laurent Comas, dissident du Front national éliminé au premier tour, lui a apporté son soutien”.

    C’est parfaitement logique puisque Guy Teissier avant de rejoindre le « Part républicain » en 1978 qui fut d’abord membre du groupuscule d’extrême droite «Union nationaliste», s’inscrit au Parti des forces nouvelles (né de la dissolution du mouvement fasciste Ordre nouveau dont il intègre le comité central en 1976 aux côtés d’un certain François Brigneau, collaborateur, partisan des nazis pendant la seconde guerre mondiale.

    Sources :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Guy_Teissier
    http://www.france-politique.fr/wiki/Parti_des_Forces_Nouvelles_%28PFN%29

    Signaler
    • LaPlaine _ LaPlaine _

      C’est ce qui va peut-être le sauver et on continuera à toucher le fond à Marseille.

      Signaler
  5. Manipulite Manipulite

    Quelle indécence ! Ces vieux barons de la politique paniqués face au naufrage.
    Un peu de dignité messieurs dames. Les voilà qui appellent à la rescousse les parrains dans les collectivités : Muselier au conseil régional, Vassal au département, Gaudin…
    Délicieuse impression pour les Marseillais d’être vengés face à la morgue de ces gens à qui tout était dû. Le dégagisme a du bon !

    Signaler
  6. Tarama Tarama

    La seule petite satisfaction de ce 1er tour est de voir le piédestal des barrons locaux vaciller.
    Dommage que ce soit du fait de Macron.

    Signaler
  7. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Si la “suppression de la taxe de mouillage” est l’élément majeur du bilan de Tian après quinze ans de mandat, c’est qu’on a eu avec lui un représentant du peuple vraiment au coeur des enjeux sociétaux et économiques de notre temps.

    Bon, c’est pas tout ça, où ai-je mis les clés de mon yacht ?

    Signaler
    • Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

      Les clés du yacht sont avec celles de la Porsche Cayenne, grand étourdi !

      Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      Pas du tout : je les ai retrouvées dans la boîte à gants de la Ferrari Testarossa.

      Signaler
  8. Jean Peuplus Jean Peuplus

    Dommage que les campagnes électorales ne soient pas plus nombreuses, car les déclarations des candidats nous apportent de grands moments de divertissement. M. Teissier rappelle la création du parc des calanques où désormais pour les marseillais ramasser une asperge ou pécher une girelle relèvent d’un acte délictuel conduisant presque tout droit aux Baumettes, alors que le conseil d’administration du parc a voté à l’unanimité l’autorisation de poursuite des rejets par Altéo. Mme Vassal déclare “on ne devient pas député du jour au lendemain comme ça”et elle sait de quoi elle parle, car elle ne l’a jamais été. M. Moraine donne des conseils pour mobiliser l’électorat afin de gagner une circonscription. Et pour finir, le pompon, la suppression de la taxe de mouillage. M. Tian peut être fier de cette victoire, les électeurs de sa circonscription lui ont montré à quel point ils étaient en phase avec son engagement.

    Signaler
    • Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

      On ne peut pas devenir député du jour au lendemain “comme ça”, mais se transformer en présidente du Conseil départemental, par le seul fait du prince (à défaut d’embrasser un crapaud), cela reste possible.

      Signaler
  9. LaPlaine _ LaPlaine _

    Cet électrochoc montre à quel point tous ces individus (la basse-cours de Gaudin pour faire simple) règnent en leur petits fiefs (hors-sol quasiment), dans la quasi-nullité en terme d’action politique, dans la morgue la plus désagréable vis-à-vis de leurs opposants, dans la politique paternaliste du XX ème siècle vis-à-vis de leurs électeurs, dans la vacuité et l’incohérence de leur discours. Bref un des derniers bastions de la rente politique sans effort, mais ces gens-là savent-ils faire autre chose que dégoiser et dédaigner?

    Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      C’est sans doute intellectuellement compliqué, quand on a pour maître à penser un septuagénaire élu professionnel depuis 1965, de s’apercevoir qu’on est désormais au XXIème siècle ; que les réseaux sociaux existent et jouent aussi un rôle politique ; que le féodalisme marseillais basé sur le copinage et la flatterie s’use…

      Je me demande s’il faut avoir un peu de compassion pour ces politiciens dont le monde s’écroule. Mais le fait qu’ils n’aient rien vu venir, alors qu’ils sont chargés précisément de bâtir l’avenir – donc d’éviter de roupiller sur des “acquis” – montre l’étendue de leur compétence. Finalement, je vais réserver ma compassion pour d’autres occasions…

      Signaler
  10. corsaire vert corsaire vert

    apprécié particulièrement ” voulez vous que les quartiers sud deviennent des quartiers nord ” quelle honte pour un député de la république ! Lépénisme pur jus !
    Et en plus il ambitionne la Mairie ! quelle honte !

    Signaler
  11. LaPlaine _ LaPlaine _

    De la compassion pour ces individus aux abois, ce serait trop leur accorder, ils ont tellement profité depuis toutes ces années.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire