« À Marseille, la culture punk est liée à la représentation de la ville rebelle »

Interview
le 11 Jan 2020
2

Ce samedi, la bibliothèque de l'Alcazar accueille une journée d'étude consacrée à la culture punk, dans le cadre d'un projet de recherche national. À cette occasion, Marine Schutz, historienne, décrypte avec Marsactu l'histoire marseillaise discrète, mais bien réelle, de ce mouvement aussi politique que musical.

Le groupe Nitrate sur les toits du Palais Longchamp en 1981 - Image PIND.

Le groupe Nitrate sur les toits du Palais Longchamp en 1981 - Image PIND.

La crête, l’épingle à nourrice, les Doc martens. Une trilogie qui, aux quatre coins du monde, est associée à la culture punk, tout à la fois genre musical, sous-culture et pensée politique. Qu’en est-il à Marseille ? Un projet de recherche porté notamment par le CNRS et nommé PIND – pour Punk is not dead […]

Contenu réservé aux abonnés au journal

Offre découverte 1 € le premier mois puis 6,99 €/mois JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. MaxG MaxG

    Un des lieux punk des années 80 était le Grand Domaine aux boulevard des Dames, où l’on pouvait louer des locaux pour répéter à coté des ateliers de fabrication de textile… les punks et les redskins de la Plaine c’était la défonce, et surtout l’héroïne pas la musique…

    Signaler
  2. mrmiolito mrmiolito

    Pour avoir assisté à 2 heures de ces conférences : hétérogène, un poil agité dans les débats (comme il se devait), mais intéressant. Bonne idée de finir sur les acteurs actuels (même s’ils n’étaient pas tous venus) : organisateurs de concerts, labels de disque, salles de concert…

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire