À Marseille, des brigades anti-squat au service des propriétaires

Enquête
le 20 Oct 2021
10

À Marseille, un entrepreneur affirme avoir eu une idée unique en Europe en montant sa société : la Brigade anti squat. Loin d’être si originale, cette vitrine officielle met en lumière une pratique officieuse. En toute illégalité, des propriétaires recrutent des gros bras pour se débarrasser de squatteurs.

Évacuation d'une maison squattée en présence de "gros bras". Photo : DR.

Évacuation d'une maison squattée en présence de "gros bras". Photo : DR.

“À Paris maintenant ils filent de l’argent aux squatteurs pour qu’ils se tirent, à Marseille, c’est plutôt des coups de barres de fer”, déplore Julien Poireau de l’association Nouvelle Aube spécialisée dans la réduction des risques auprès des squatteurs. Depuis quelques mois, l’information circule dans le milieu des squats : une milice propose aux propriétaires […]

Contenu réservé aux abonnés au journal

Offre découverte 1 € le premier mois puis 6,99 €/mois JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

+++

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Andre Andre

    Maladroit et peu courtois, mais où sont les propos racistes? Les injures seraient plutôt du côté de ceux qui auraient qualifié l’élu de fasciste, une méthode trop souvent employée pour clore le débat en essayant de disqualifier son interlocuteur.
    En parallèle, il est intéressant et d’ailleurs affligeant de signaler qu’ a contrario certains invoquent la couleur de peau au nom du ” racialisme’ ( pour moi, mot édulcoré pour désigner une autre forme de racisme) et s’en servent comme ressource sociale.

    Signaler
    • Zumbi Zumbi

      Ce serait bien d’apprendre à lire Marsactu pour troller au bon endroit.

      Signaler
    • Andre Andre

      On peut se tromper cher ami.
      Mais je constate que quand on n’est, probablement, par d’accord avec vous on est un troll.
      Retournez donc dans cet univers, vous qui vous qualifiez de zombi.

      Signaler
  2. petitvelo petitvelo

    Lenteur & lourdeur de justice => déni de justice => banditisme & milice, du côté occupant comme propriétaire , le squat étant souvent géré de façon très pro, et le droit au logement opposable surtout en théorie.

    Signaler
  3. Andre Andre

    Tout cela est dangereux.
    Mais force est de constater l’inaction des pouvoirs publics qui ne font plus respecter la loi, que ce soit pour les propriétaires qui ne sont pas tous des richards cupides ou pour les personnes vraiment dans le besoin.
    Car il y a bien évidemment squat et squat.
    D’une part des occupants démunis qui n’avaient pas d’autre choix et auxquels on aurait dû proposer un logement décent.
    D’autre part des voyous sans aucun scrupule. Début 2019, après le drame de la rue d’Aubagne, de nombreux immemubles ont été vidés de leurs habitants pour cause de péril imminent et, dans bien des cas, des squatteurs s’en sont emparés en cassant les portes. J’ai alors pu visiter des appartements complètement saccagés, les meubles et les équipements détruits, les matelas éventrés, des ordures accumulées partout, à vomir. Et tout cela dans des quartiers et des appartements occupés par des gens modestes qui ont eu droit à la double peine dans l’indifférence générale.
    Je ne suis pas étonné que certaines structures douteuses essaient de prospérer sur le marasme et l’incurie.
    Que les pouvoirs publics fassent donc leur boulot si on veut éviter que far-west s’installe dans notre ville. La mafia s’est toujours installée là où l’Etat est défaillant.

    Signaler
  4. LOU GABIAN LOU GABIAN

    faudrait peut être penser a pénaliser le squat ca règlerait beaucoup de problème , mais bon le squat ca rapporte aussi beaucoup a beaucoup trop de monde, et paradoxalement ca prive aussi de moyen les squatter en matière d’aide sociale

    Signaler
  5. Tyresias Tyresias

    Ça a toujours existé, mais en effet créer une société avec pignon sur rue, c’était innovant :;

    Signaler
  6. pm2l pm2l

    Je m’étonne toujours de ces discours angéliques qui évitent soigneusement de qualifier le squatt pour ce qu’il est : du vol ! C’est d’ailleurs l’un des rares cas où le voleur est protégé par la loi et le volé risque d’être condamné si il veut récupérer son bien … Avec un tel système, il ne faut pas s’étonner si certains cherchent à contourner une loi qui est d’ailleurs piétinée sans vergogne par ceux qui s’en réclament.

    Signaler
  7. A13xandra A13xandra

    Quand on voit les activités de ces personnes et les commentaires on se demande si il reste encore un peu d’humanité sur terre… Les personnes qui occupent illégalement des logements vides sont principalement des personnes très précaires, parfois des familles, parfois des réfugiés, en bref des personnes fragiles qui méritent d’être accompagnés pour s’en sortir, pas de se faire menacer, casser la gueule et reloger dans des logements indécents.

    Signaler
  8. didier L didier L

    Le squat est illégal … vider un squat est illégal ( sauf quand la préfecture donne le feu vert, mais les procédures sont lentes, lentes,lentes… et puis où reloger des familles précaires et s’ il y a des enfants ?) Le manque de logements sociaux ou dédiés manquent cruellement., la faute à qui ? Nous sommes dans une société à plusieurs vitesses qui jette de plus en plus de gens à la rue, sans parler des migrants et de ce qui se passe dans certaines cités où les squateurs sont plus nombreux que les locataires. Les pouvoirs publics et les politiques sont défaillants sur ces sujets depuis des années, on arrive au bout d’un processus. Alors le système D de la population se mets en marche. Imparable mais terriblement dangereux … et que fait la République ?

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire