À la rencontre des nouveaux paysans marseillais

Reportage
le 30 Août 2021
9

Dans le cadre du plan lancé par la métropole, cinq maraîchers se sont installés récemment dans les quartiers Nord et Est de Marseille. Tous sont en reconversion professionnelle, ils se tournent vers une pratique biologique, locale et durable.

Florence a commencé à planter ses légumes en juillet à Sainte-Marthe. (Photo SL)

Florence a commencé à planter ses légumes en juillet à Sainte-Marthe. (Photo SL)

Sous le ciel orageux de cette fin de mois d’août, Florence Schlottke a disposé ses concombres, courgettes et salades sous un abri. C’est la deuxième vente qu’elle organise depuis qu’elle s’est installée comme maraîchère à Sainte-Marthe dans le 14e arrondissement de Marseille. “Nourrir ses voisins, c’est génial“, s’enthousiasme-t-elle. Elle fait partie des cinq lauréats d’un […]

Contenu réservé aux abonnés au journal

Offre découverte 1 € le premier mois puis 6,99 €/mois JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. yvann pluskwa yvann pluskwa

    une nouvelle manière d’habiter s’institue et peut être l’opportunité de projet globale et local simultanément, a la manière de l’approche Territorialiste et bio régionale . il aura fallut donc 70ans pour avancer dans cette voie ce qui est une bonne chose pour nous tous et le vivant mais ne faisons pas l’apologie de l’un et exclusion du reste car en effet, sauf milieux et site particulier la sanctuarisation risque d’être pour ma part un forme de relation au territoire dual, voir mortifère.

    Signaler
  2. hugouf hugouf

    “Si elle ne doit pas être considérée comme une solution durable pour nourrir les citadins” ah bon pourquoi pas ?
    Sinon c’est très bien mais c’est évidemment encore trop peu, surtout quand dans d’autres quartiers on continue à faire pousser des immeubles-bureaux à tour de bras sur des zones libres. Dans mon quartier, le jardin potager/fruitier (à vue de nez 2000m2) d’un papi vient d’être rasé pour faire pousser une résidence. C’est triste.

    Signaler
  3. Richard Mouren Richard Mouren

    C’est simple: la Linéa, voie directe imaginée après la guerre pour relier Allauch et les Aygalades (raccordement à la sortie d’autoroute en passant le long du canal à St Joseph) était accompagnée de projets d’urbanisation soi-disant paysagère. Ce projet de route, nouvel aspirateur à voitures, a été abandonné et avec lui les programmes immobiliers. Tous ces terrains sont des terrains agricoles et ils retournent à leur destination première; il ne s’agit pas de “sanctuarisation dualement mortifère”. Si l’ensemble de l’emprise de la Linéa était mis en culture, ça ferait certainement un apport important de production maraîchère pour la ville pour un coût ridiculement bas pour la communauté.

    Signaler
  4. Helene Goldet Helene Goldet

    C’est charmant. Une prof de math, un ingénieur, une conductrice de travaux “en reconversion professionnelle”…
    Marseille, ville nourricière me fait penser, en beaucoup moins sérieux, à la ferme expérimentale de Marie Antoinette à Versailles.
    Personnellement, j’aurai préféré qu’on fasse des parcs et jardins où les enfants puissent jouer que des potagers pour petits bourgeois. A vous dégouter des légumes.

    Signaler
    • Richard Mouren Richard Mouren

      Le Larzac, qui était considéré comme un désert humain par les pouvoirs publics (armée), a été repeuplé par des gens en reconversion (quelquefois bien diplômés, appelés maintenant bobos) qui en ont relancé l’agriculture. .

      Signaler
    • jean-marie MEMIN jean-marie MEMIN

      Et pourquoi l’un n’irai pas sans l’autre.
      Hélène, méfiez vous de la pensée binaire, le soi/soi, le noir ou le blanc.
      Mais c’est juste, nos journalistes ont bien ciblés nos ”nouveaux agriculteurs” avec un ”équipement symbolique”+++…!

      Signaler
  5. Calufa Calufa

    Bonjour à tous,

    Merci pour cet article pédagogique sur la situation des projets agricoles dans la ville de Marseille. Je voudrais, si possible, participer à une de ces expérimentations, raison pour laquelle je voulais vous demander, aurez vous des coordonnées ou sites internet pour rejoindre les responsables de ces projets ?
    Je pose la question car après avoir recherché je n’ai pas réussi à trouver des infos. Merci et bonne journée. Continuer le bon travail que vous faites!

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire