À la Pointe-Rouge, la justice annule un projet immobilier trop gros pour son impasse

Actualité
le 2 Juil 2020
5

Contesté par un collectif de riverains, le permis de construire de la "Villa Azur" a été annulé par le tribunal administratif le 25 juin. À deux pas de la Pointe-Rouge, le projet prévoyait la construction de trois immeubles sur trois étages au cœur d’une zone pavillonnaire. Rassurés, les habitants restent néanmoins vigilants quant au devenir de leur petite impasse.

Devant l’usine d’armement Eurolink qui a prévu de déménager à Château-Gombert, le panneau du permis de construire est encore affiché : « contruction de 3 immeubles d’habitations ; hauteur de construction : 12 m ». Pourtant, le projet immobilier « Villa Azur », à deux pas de la plage de la Pointe-Rouge ne verra pas le jour. Jeudi 25 […]

Contenu réservé aux abonnés au journal

Offre découverte 1 € le premier mois puis 6,99 €/mois JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Electeur du 8e Electeur du 8e

    La question que tout le monde se pose : comment la mairie de Marseille a-t-elle pu délivrer un permis de construire aussi vérolé, entre l’étroitesse de la voirie locale et l’impossibilité d’accès pour les secours ? Y a-t-il encore un service pour instruire les demandes ?

    Signaler
    • Maurice Maurice

      Quand on sait que certaines demandes sont refusées pour des aspects purement superficiels et cosmétiques…

      Signaler
    • Jacques89 Jacques89

      Votre commentaire va encore plus loin. Si, comme l’article le laisse entendre, les services de secours et d’incendie ont probablement délivré un avis défavorable, le Préfet est également « mouillé » dans cette affaire. C’est lui qui aurait dû attaquer l’autorisation de construire au tribunal administratif sans que les riverains aient à engager la procédure. Si l’avis du SDIS était favorable, on se demande bien sur quels critères les pompiers ont raisonné. La photo du boulevard suffit pour se poser les bonnes questions. Rappelons aussi que les avis liés à la protection civile dans les actes d’urbanisme (au delà des règles d’un PLU) sont opposables aux tiers. Ceci dit ce ne serait pas la première fois que le Préfet des BdR laisse passer des autorisations (et même les délivre) au mépris de la règlementation.

      Signaler
  2. petitvelo petitvelo

    Le projet pourrait peut-être se faire si tous les pavillons réaménagent leurs garages en garages et ne laissent plus leurs véhicules sur la voirie, et que tous les riverains changent leurs habitudes pour des véhicules plus modestes (deux roues) et des transports en commun… et pour combler la citoyenneté des riverains, il ne restera plus qu’à requalifier le projet de « appartement d’exception » à « appartements accessibles au plus grand nombre » .

    Signaler
  3. PIANISTE PIANISTE

    L’article ne précise pas s’il s’agît d’une annulation totale ou partielle. Ce point est d’importance en matière d’urbanisme.
    En cas d’annulation partielle (accès litigieux), un permis modificatif bénéficiant de l’ancien PLU sera déposé par le promoteur, auquel cas la hauteur (12m) et la densité du projet ne varieront pas. La problématique subsistera et seul l’accès sera modifié. A noter que l’alternative d’accès par le Bd Richard est illusoire car il s’agit également d’une impasse sans aire de retournement.
    L’auteur de l’article peut-il nous éclairer?

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire