À la mairie de Marseille, la valse des cadres de l’administration se prépare

Enquête
par Jean-Marie Leforestier & Benoît Gilles
le 7 Jan 2021
38

La majorité municipale désormais conduite par Benoît Payan entend remanier les services de la Ville de Marseille et écarter plusieurs cadres jugés trop proches de l'équipe Gaudin.

La mairie de Marseille (Image LC)

La mairie de Marseille (Image LC)

“Ils vont dégraisser le mammouth. C’est pas tout à fait la chasse aux sorcières mais on sait qu’il va y avoir beaucoup de départs.” Dans les couloirs de la mairie, le mot est passé : dans le cadre de l’alternance politique et dans un contexte budgétaire contraint, la haute administration est sur le point d’être sévèrement réformée. Déjà, certains cadres se sont vus signifier que la nouvelle équipe ne comptait pas sur eux.

En coulisses, c’est en effet un “spoils system” à l’américaine qui se prépare, a-t-on appris auprès d’une dizaine de sources municipales. Toutes ont préféré rester anonymes dans l’attente d’une communication officielle dont l’heure n’est pas encore venue, précise la mairie. Selon nos informations, après l’arrivée cet été d’un nouveau chef de l’administration, le directeur général des services Benoît Quignon, les 14 postes actuels de directeurs généraux des services adjoints (DGA) sont sur le point d’être renouvelés. Ils sont chacun à la tête d’une part de l’administration de la Ville et pourront s’ils le souhaitent recandidater à leur poste, sans certitudes de le retrouver.

Le processus est classique en cas d’alternance politique mais il devrait cette fois être profond. “Le but est de diminuer drastiquement le nombre de ces DGA, explique un adjoint au maire. Il en restera au maximum la moitié.” Une autre adjointe l’assure : “Il en restera 5 ou 6.” Le but avoué est de réformer l’administration pour en faire un relais plus efficace des politiques municipales.  “La difficulté de notre installation c’est que certains adjoints ont des délégations qui ne correspondent à aucune direction. C’est très difficile de s’installer quand tu ne sais pas à qui tu dois parler. C’est aussi pour ça qu’il y a nécessité à refondre les services pour qu’ils correspondent à ce qu’on veut vraiment poser comme priorités”, explique une troisième adjointe.

Écarter les cadres de l’époque Gaudin

Il s’agit aussi de sceller le sort de certains hauts cadres de l’époque Gaudin. Plusieurs noms reviennent en boucle dont celui de Christophe Sogliuzzo, à la tête de la délégation “ville durable et expansion”. En tant que fils d’Henri Sogliuzzo, le DRH historique des précédentes mandatures, l’étiquette de fidèle du précédent maire lui colle au front. “Certains directeurs généraux relèvent clairement de l’ancien monde. Mais notre volonté est surtout de rationaliser l’organisation des services pour le rendre plus efficace et nous permettre de mettre en œuvre le programme pour lequel on a été élus”, tempère une quatrième adjointe.

Certains élus ont eu des difficultés avec les services, pas forcément avec les DGA d’ailleurs, mais aussi avec certains agents ou des cadres intermédiaires très marqués dans le soutien à l’ancienne majorité”, pointe un autre adjoint. Samia Ghali, la 3e adjointe, n’avait pas dit autre chose lors du conseil municipal du 21 décembre : “Nous avons une administration qui a pris de vieilles habitudes, qui s’est retrouvée seule face à des situations complexes, notamment en matière d’éducation et de logement. On a une certaine administration qui n’avait pas compris que la mairie de Marseille avait changé de majorité. C’est aussi cela qui nous a empêché ces mois-ci d’avancer.”

Dans le viseur de l’ancienne sénatrice, figuraient ainsi les délibérations sur la lutte contre l’habitat indigne qui, rédigées par les services, marquaient une continuité de l’action municipale “depuis 2017”. “Nous mettre dans cette posture-là, je suis désolée mais je n’ai jamais validé la politique de la majorité précédente en matière de logement”, s’agaçait-elle.

Inertie ou patinage

Les nouveaux élus, pour la quasi totalité peu habitués au fonctionnement des collectivités, fourmillent en effet d’anecdotes. Elles témoignent de l’inertie d’une administration forte de près de 12 000 agents titulaires et permettent aussi de se dédouaner d’un certain patinage au démarrage. “Certains élus ont découvert dans des réunions d’arbitrage des délibérations signées de leur main sans qu’ils les aient paraphées. Apparemment, cela se faisait beaucoup précédemment, il a fallu dire aux services que ce n’était pas possible”, grince un adjoint.

Un autre adjoint, pas encore cité, assure : “On a des décisions importantes prises dans le mandat précédent qui continuent d’être répercutées par les services alors qu’elles ne correspondent clairement pas à nos orientations.” L’adjointe à l’urbanisme Mathilde Chaboche en avait donné publiquement un exemple lors de la destruction entamée puis interrompue d’immeubles rue Bernard-du-Bois à Belsunce.

Le maire de Marseille Benoît Payan a déjà promis que le prochain conseil municipal, programmé début février, serait l’occasion d’un large chapitre sur la gestion de l’administration municipale. “Il me paraît primordial d’expliquer et d’imprimer la nouvelle politique municipale en matière de ressources humaines [et de favoriser] la compréhension de cette nouvelle équipe qui arrive et fonctionne profondément différemment de la précédente”, expliquait-il le 21 décembre quelques heures après son élection. Certains des cadres auront peut-être quitté le navire d’ici là.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Jean-Marie Leforestier
Journaliste
Benoît Gilles
Journaliste

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Vincent Squale Vert Vincent Squale Vert

    Il était temps. Aucun interlocuteur et surtout un organigramme des services datant de septembre 2019 non mis à jour… Il serait opportun de le faire rapidement, de le diffuser en le mettant sur le site de la ville pour tous les partenaires institutionnels qui peinent à trouver des correspondants depuis 6 mois…

    Signaler
    • Jacques89 Jacques89

      Si Rubirola a été une tête de liste par calcul électoral, on imagine bien que, dans le schéma final, c’était à Payan de dresser l’organigramme. Si en plus ils en mettent pas mal au placard, ça risque de nous coûter « un bras » et on n’est pas prêt d’avoir les lignes de contacts.

      Signaler
  2. marseillais marseillais

    Pourquoi ce dégraissage ne s’est pas organisé lors de la période Rubirola ? Comme si l’équipe qui l’entourait, n’avait pas joué le jeu de la soutenir pleinement . Dans équipe, je pense principalement au dir cab, DGS, et surtout Payan et Fortin qui main dans la main auraient pu épauler davantage a maire, ce qui manifestement ne s’est pas fait.
    Ce qui confirmerait qu’elle se soit sentie bien seule pour gouverner ce gros navire.
    On la joue collectif au Printemps Marseillais?

    Signaler
    • 236 236

      Le PM doit jouer collectif c’est son ADN. Finalement, il lui a fallu peu de temps pour prendre connaissance du fonctionnement et de l’organisation de la mairie, assurer la continuité (en mieux) des affaires en cours pour enfin dégraisser et réorganiser. Ça bouge !

      Signaler
    • Annnieday Annnieday

      êtes vous certain que ce sont Payan et Fortin qui n’ont pas voulu épauler la Maire? Et si c’était la Maire qui ne voulait pas le faire? Enfin, je dis ça, sans savoir ce qu’il en est mais juste pour qu’aucune hypothèse ne soit oubliée.

      Signaler
  3. Brallaisse Brallaisse

    Ne tournons pas autour du pot et ne jouons pas aux gazelles effarouchées, l’encadrement de la mairie est inféodée à Gaudin. Il faut donc en changer.

    Signaler
  4. Pirate Pirate

    Ouf ! On ne peut pas bosser !

    Signaler
  5. one live one live

    Mort de rire, les fameux dga n’étaient pas spécialement inféodés à l’équipe Gaudin, mais plutôt à leurs propres intérêts.
    Certains même étaient d’anciens adhérents du ps.
    Par contre ils étaient fo compatibles à deux exceptions près.
    ah ah ah!

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Même clique, mêmes combiné, mêmes incompétences.Cela s’appelait la co gestion FO/ Gaudin.

      Signaler
    • GlenRunciter GlenRunciter

      Quelles sont les intentions de Payan vis a vis de FO ?
      Rien ne dit qu’il ne va pas reprendre a son compte la cogestion.
      Une fois en place, il faut y rester, comme gaudin et deferre avant lui.

      Signaler
  6. Kaya Kaya

    On est pas très inquiet sur le fait qu’ils seront recasés. Il n’y a qu’à voir Olivier Gineste, repêché par Vassal qui l’a propulsé directeur de la Communication au Département…

    Signaler
  7. Hde mars Hde mars

    il était temps mais il y a besoin d’un travail en profondeur pour mettre des gens compétents aussi au poste intermediare et enleves les incompetents mis en place avec comme seul diplome ou capacité qu’être encarte FO ou du bon réseau villageois

    Signaler
  8. Kitty Kitty

    Voici enfin la première vraie transformation radicale qui se dessine et je ne peux qu’approuver. Ramener le nombre de DGA à 5 ou 6 correspond aux organigrammes des villes (ou métropoles) de taille comparable. Ce n’est qu’une fois cette restructuration réalisée que la municipalité pourra entamer la véritable politique de transformation que nous appelons de nos vœux.
    Donc, si tout ça est vrai, un grand bravo !

    Signaler
  9. Input Output Input Output

    Tant mieux, ça fait des inscrits potentiels pour jesuisauplacard.fr !
    A moins qu’ils ne soient satisfaits d’être payés à ne rien faire…

    Signaler
    • ruedelapaixmarcelpaul ruedelapaixmarcelpaul

      ne t’inquiète pas. Martine leur a réservé des places au chaud à la Metropole et au département, et Renaud à la région. Quelques maires amis de grandes villes pourront se dévouer aussi, à Toulon ou Nice.

      Signaler
  10. danielle di scala danielle di scala

    En revanche la rumeur persiste que certains proches du cabinet de l’ancien maire et qui pourtant n’ont ont pas été favorables à la nouvelle équipe durant la campagne électorale resteraient sous protection. De qui ? on se le demande. Peut etre que des anciens très hauts fonctionnaires continuent de tirer les ficelles en coulisses….

    Signaler
  11. Félix WEYGAND Félix WEYGAND

    @ruedelapaix à Toulon ou Nice bien qu’à droite ils ne s’encombrent pas de bras cassés et il y a des administrations qui fonctionnent… Tous ces gens là seront recyclés par Martine V qui a déjà démantelé l’administration départementale (héritée de l’époque JNG mais professionnelle et efficace car bien organisée par une décennie de directeurs généraux compétents) et qui a continué à développer le foutoir clientéliste et politisé de l’administration métropolitaine.

    Signaler
  12. BRASILIA8 BRASILIA8

    pour avoir un fonctionnement efficace il aurait déjà fallu ne pas désigner 30 délégations, il est vrai que chacun devait avoir droit à sa part de gâteau après s’être rallié,
    chaque DG va avoir à traiter avec 5 ou 6 élus qui ne seront pas nécessairement du même bord ou d’accord d’où la nécessité d’arbitrage de la part du maire
    et bien sur cela sera de la faute des fonctionnaires si les dossiers n’avancent pas

    Signaler
    • Jacques89 Jacques89

      Bien d’accord ! C’est à peu près le schéma qui se profile. Et s’il y a une chose que Payan devrait faire en priorité, c’est de cadrer les élus de sa listes pour éviter qu’ils ne tombent dans la cacophonie de la communication. A voir les prises de position sur les réseaux sociaux, on se demande bien s’ils ont une quelconque connaissance du fonctionnement d’une collectivité. Dommage que leur formation n’ait pas commencée avant les élections. Ils auraient gagné du temps.

      Signaler
    • jasmin jasmin

      Ils ont appris par Trump de communiquer via Twitter.

      Signaler
  13. Marble madness Marble madness

    Cette rationalisation était nécessaire, car il n’y avait plus de visibilité sur les missions de la collectivité (qui passaient au second plan) à cause du trop grand nombre de dg. De plus, ériger en dg des services supports tels que les rh, l’ informatique, le juridique…c’était vraiment pour promouvoir certain(e)s, alors qu’ailleurs tout ça est regroupé en une seule dg des ressources…

    Signaler
  14. gastor13 gastor13

    Certainement un bon moyen pour le nouveau maire de placer quelques socialistes supplémentaires !

    Signaler
  15. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Je vois passer sur les réseaux sociaux les mots “chasse aux sorcières”, comme s’il n’était pas naturel qu’après une alternance politique – quel que soit son sens – les nouveaux élus aient besoin de s’appuyer sur une haute administration qui partagent plus leurs objectifs que ceux de l’équipe précédente…

    Si l’administration municipale de Marseille était un exemple de compétence et d’efficacité, on pourrait évidemment s’étonner de ce projet de remaniement, mis à part son aspect politique. Mais on en est loin. Et par rapport à d’autres grandes villes, l’armée mexicaine des DGA que nous connaissons n’a aucune raison d’être. Je n’ai pas de mal à penser que le directeur général des services, qui a eu l’occasion, à Lyon, de diriger des collectivités qui fonctionnent correctement, sait exactement ce que doit être un organigramme cohérent.

    Signaler
    • GlenRunciter GlenRunciter

      Je propose une idée révolutionnaire : embaucher des collaborateurs sur la base de leur compétence ! Du style des gens qui auraient des diplômes, une formation, un savoir faire reconnu. Pas forcèment Didou le fils du colleur d’affiche.
      Car Didou deviendra un jour DGA (si si) et là, c’est franchement moins drole…

      Signaler
  16. Jacques89 Jacques89

    “Certains élus ont découvert dans des réunions d’arbitrage des délibérations signées de leur main sans qu’ils les aient paraphées… »
    Si les élus veulent tout signer et surtout que ça avance, va falloir qu’ils dressent la tente à la mairie. Fini les réunions, les sorties sur le terrain… Effectivement, on voit bien qu’ils ne sont pas habitués au rythme que certains imaginent « plan plan ».
    “On a des décisions importantes prises dans le mandat précédent qui continuent d’être répercutées par les services alors qu’elles ne correspondent clairement pas à nos orientations.” Les fonctionnaires ne sont pas là pour interpréter une ligne politique. Ils sont là pour exécuter des décisions sur la base de directives clairement exprimées. Il serait peut-être temps de réunir tout ce « beau monde » et faire un point sur les affaires en cours. Et si les services exécutent des délibérations du conseil Gaudin, faudra aussi penser à revenir devant le conseil Payan pour les faire annuler. Quand on voit ce type de remarques, il y de quoi s’inquiéter pour la suite. Heureusement le maire semble prendre le problème par le bon bout : le Conseil.

    Signaler
  17. didier L didier L

    Neuf mois pour se rendre compte de cela et commencer à agir … il était temps. Faudrait voir aussi combien de municipaux ( cadres ou pas ) se sont coulés, adaptés sans broncher aux les différentes périodes, Defferre, Vigouroux, Gaudin … si si il y en a, ils approchent ou ont dépassé la soixantaine, mais il en reste.
    Et puis il y a le cas FO, cogestionnaire de la mairie depuis, bien avant Gaudin, quel va être l’attitude du Printemps marseillais face à cette question qui est tout sauf secondaire à Marseille et qui dans plusieurs domaines paralyse la ville.
    Enfin la gestion PS grosso modo marque toujours Marseille, Gaudin n’a rien inventé, il a pratiqué le même clientélisme. Et dans le grand bateau bleu du conseil départemental, un certain Guérini à la manoeuvre a montré ses capacités, y a-t-il d’anciens guérinistes au Printemps marseillais. Cherchez un peu. Bref la révolution culturelle devra être profonde dans le microcosme politique marseillais pour bouleverser les pratiques et entrer dans une période un peu plus “moderne”. On peut espérer mais ce ne sera pas facile.

    Signaler
  18. Brallaisse Brallaisse

    Didier l , cela n’est pas bon pour votre bile , et vous n’êtes pas le seul à ressasser cette rengaine en remontant à Defferre et ses suivants dont le plus marquant est Gaudin. Le cabinet DELOITTE va tirer le bilan qui est catastrophique et le parquet financier et la justice vont tirer les leçons des pratiques de la gaudinie en matière de gestion municipale , de coups tordus , d’abus , de fraudes et d’incuries. en tous genres.
    Personnellement une enquête sur les permis de construire m’aurait bien plu.
    Tout cela pour vous dire que Payan risque de nous surprendre , il faut nettoyer les écuries d’Augias en nettoyant la mairie et couper le cordon avec FO qui n’a pas les “cuisses propres” dans cette co-gestion depuis des années. Payan risque de nous surprendre aussi car il sait exactement ce qu’il ne faut pas faire.
    Et puis à 42 ans souhaitons lui qu’il ne soit pas déjà un dinosaure politique , cela serait à désespérer de tout. Soyons confiants mais vigilants , tant d’autres se sont brulés les ailes .

    Signaler
    • 236 236

      Oui pour tout Braillasse . Je rajouterais qu’une enquête sur les expropriations initiées par le couple Mairie/Métropole me plairait bien aussi, la tentative de click en spoliet passe mal. Qui a cliqué à la Mairie Gaudin?

      Signaler
    • didier L didier L

      Pas de souci avec ma bile, Braillaisse, je gère … quant à la rengaine, cela n’en est pas une, c’est plutôt un court résumé de l’histoire politique de Marseille, depuis les années 1950 ! Si vous avez lu, je termine ce post en disant ” on peut espérer, mais ce sera difficile …” Espérons donc sans naïveté, ni angélisme excessif en souhaitant que Payan réussisse la révolution politique et culturelle dont le microcosme local qui tire les ficelles et les Marseillais ont besoin

      Signaler
  19. Manipulite Manipulite

    Un audit (cher payé) par le cabinet américain Deloitte pour dire l’état de la ville ? Une situation pourtant connue par tous et surtout par les services qui disposent de toutes les infos. Voilà qui sent le New Public Management qui nous inonde depuis 30 ans de doctrines néo libérales. Un ou une élue essaie d’appliquer ce qu’elle a dû entendre dans un colloque mal digéré. Merci le Printemps de gauche.
    Un directeur de cabinet remplacé mais nommé “Conseiller spécial” : tiens ça ne fait pas d’économie de salaire.
    Le maire est jeune ; certes mais il n’est pas obligé de venir à une conf de presse comme s’il était tombé du lit sans avoir eu le temps de se raser. Ceci dit, des goûts et des couleurs…

    Signaler
  20. 236 236

    Pardon, Brallaisse

    Signaler
  21. chouze chouze

    De la pédagogie et le message passera.

    Signaler
  22. SudOfMe SudOfMe

    Enfin !
    L’administration municipale est le principal levier de changement pour la nouvelle équipe qui ne peut pas compter sur la métropole, le département ou la région.
    La masse salariale de cette administration est la principale richesse « mobilisable » de la municipalité : elle est probablement supérieur à 500 millions d’euro annuel, soit 1/2 milliard.
    En dehors de l’incompétence de beaucoup de hauts fonctionnaires, en dehors de leurs proximités avec l’ancienne majorité et avec FO, il y a les problèmes de réalité du travail.
    Autour de 12 à 13 % d’absentéisme « officiel », plus l’absentéisme « non officiel » (que personnellement j’évalue à 10/12 % dans toutes les catégories de fonctionnaires (A/B/C), auquel s’ajoute les libertés sur les horaires (particulièrement sur la coupure de midi), et les pratiques misent en évidence par l’enquête de la brigade financière …
    On pourrait dire qu’autour de 25 à 30 % de la valeur de la masse salariale, soit entre 125 et 150 millions d’euro chaque année, sont à disposition de la Mairie soit pour être du travail effectif pour le bien des marseillais, soit pour être économisé et réaffecté à des projets prioritaires. Vraisemblablement, il faudrait faire les deux !
    Chiche ?

    Signaler
  23. jasmin jasmin

    Si quelqu’un a le bras long, merci de demander à Benoit Payan de garder un des six DGA sur les questions d’accessibilité de la ville aux handicapés. C’est un poste qui doit etre transversal et reporter directement à lui. On est la honte du pays.

    Signaler
    • Electeur du 4-5 Electeur du 4-5

      Ah mais alors là, d’accord à 200%.

      Astuce (chut) : en ne faisant que verbaliser tous les scooters et auto garés comme des entrons sur ou a cheval sur les trottoirs, on gagne en accessibilité sans aucun frais d’infrastructure.

      Et les valides pourront même en bénéficier, par exemple les jeunes parents avec poussette, les minots qui vont a l’école, etc.

      Truc de ouf, non ?

      Signaler
    • Electeur du 4-5 Electeur du 4-5

      Rectification “étrons” et non “entrons”

      Signaler
    • LN LN

      Il suffirait juste d’appliquer la loi sur le handicap de… 1974 !
      De ouf oui.

      Signaler
  24. Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

    Cette administration municipale est à l’image de son ancien patron. Obèse. Une cure d’amaigrissement s’impose.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire