À la Belle de Mai, un changement à la tête du centre d’animation qui ne passe pas

Actualité
Lisa Castelly
9 Jan 2018 7

L'annonce de la mutation de la responsable du centre d'animation et de loisirs de la Busserade, dans le 3e arrondissement, dont le travail est salué par des usagers, a donné lieu à une pétition ainsi qu'à une première manifestation. La maire de secteur assure qu'il s'agit d'une simple mutation "pour des besoins de service".

Le centre d'animation et de loisirs de la Busserade. (Capture Google street view)

Le centre d'animation et de loisirs de la Busserade. (Capture Google street view)

“Je suis choquée de l’ampleur que prend cette décision du directeur de l’animation, c’est un simple changement de poste …”. Pour la rentrée, Lisette Narducci, maire des 2e et 3e arrondissement a fait face à une mobilisation à laquelle elle ne s’attendait pas. À 8 heures ce lundi, une quinzaine de mères de famille ont décidé de bloquer l’entrée du centre d’animation et de loisirs (CAL) de la Busserade, situé dans le quartier de la Belle-de-Mai. Leur revendication : obtenir des explications sur la mutation jugée soudaine de l’actuelle responsable de la structure.

Selon l’une des manifestantes, Hinda Bennour, une usagère du lieu et responsable associative, celle-ci aurait appris son changement de poste quelques jours auparavant. “Mercredi, on lui a annoncé qu’elle devait partir prendre un poste dans un autre centre, pour la semaine suivante, explique Hinda Bennour. On ne comprend pas l’urgence. Ici, c’est un CAL qui tourne bien, les enfants ont fondu en larmes en l’apprenant, c’est le seul lieu d’accueil de tout le quartier, et elle, elle a su se mettre au service des personnes. C’est un retrait brutal, sans raison légitime”.

Une quinzaine d’usagères ont manifesté devant le centre. Crédit : DR.

“La brutalité de la décision” dénoncée

Le CAL de la Busserade est un lieu géré par la mairie de secteur, avec des équipements sportifs récents, avec une dizaine d’associations conventionnées pour leur utilisation. S’y déroulent aussi des activités pour les familles – aide au devoir, permanence d’écrivains publics, etc. Rachida H., agent et animatrice de métier y occupait depuis près de quatre ans le poste de responsable de la structure. “La responsable n’est pas cadre, détaille Lisette Narducci, un appel à candidature a été publié il y a presque six mois. Elle savait bien qu’à un moment, il y aurait un cadre pour la remplacer. Les animateurs tournent sur les structures, ce n’est pas nouveau.”

Chez les familles d’usagers, un sentiment d’accumulation de couacs dans les échanges avec la mairie est pourtant présent, notamment après d’autres changements dans l’équipe survenus récemment. “On déshabille Pierre pour habiller Paul, peste Hinda BennourNous ne sommes pas des irréductibles, on sait bien que les agents doivent bouger, mais c’est la brutalité de la décision qui est incohérente. On a le sentiment qu’ils veulent déloger les familles de ce lieu qu’on s’est approprié avec le temps.” Les manifestants demandent à être reçus en mairie. Une pétition en ligne recueillait lundi soir 349 signatures. “Rachida a su créer la cohésion chez les usagers impliqués et investis”, peut-on notamment y lire.

“Les familles ne devraient même pas s’en rendre compte”

“Je veux rassurer tout le monde, tempère Lisette Narducci. Il n’a jamais été question de revoir les activités ou le fonctionnement de la structure, dans l’absolu, les familles ne devraient même pas s’en rendre compte”. Quant à la suite du parcours de l’agent, celui-ci semble avoir pris un tour nouveau dans le courant de la journée de lundi.

Alors que, lundi matin, ses soutiens évoquaient la prise d’un poste de responsable de centre identique au sien dans un autre CAL, en fin de journée, ils annonçaient que c’est finalement un poste de bureau au sein des services de l’animation en mairie de secteur qui l’attend. Information confirmée par Lisette Narducci. “Elle n’est pas sanctionnée, elle va sur un poste pour des besoins de service”, explique la maire, ajoutant que cette dernière “n’a jamais fait l’objet d’aucun rappel”. “C’est un placard”, une représailles à la contestation, se désespère Hinda Bennour. Les familles comptent sur une intensification de la mobilisation, en manifestant ce mardi soir devant la mairie des 2e et 3e arrondissements.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

1 € LE 1ER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.


A la une

Martine Vassal paye de nouveaux vestiaires à 1,8 million au Cercle des nageurs
Combien coûtent des vestiaires de champions olympiques ? Si l'on en croit le rapport qui sera soumis au vote vendredi en commission permanente du...
17 ans plus tard, le tramway vers la place du Quatre-Septembre fait son grand retour
À Marseille pour que les choses bougent, il faut parfois prendre un peu d'avance. Il en est ainsi du tronçon de tramway qui doit...
« Notre préjudice s’élève à près d’un million et demi d’euros de marchandises volées »
"C’était open-bar pour tout le monde. Même les gens installés à la terrasse d’à côté sont venus se servir !" Samedi en fin d’après-midi,...
Vice-président LR du département, Thierry Santelli loue un taudis à Saint-Mauront
"Péril grave et imminent", "interdit à toute occupation". Ces mots, devenus récurrents, frappent un logement loué par Thierry Santelli, conseiller municipal Les Républicains et...
Manifestants cherchent maire, désespérément
Huit cercueils de carton noir avancent lentement vers l'hôtel de ville marseillais, au son d'une marche funèbre jouée par un saxophone, un tuba et...
Euroméditerranée se projette jusqu’en 2030, avec de nombreuses zones d’ombre
Il est de ces documents complexes aux nombreux acronymes qui découragent d'y plonger le nez. C'est le cas du "Protocole-cadre de partenariat n°V pour l'extension...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire