À deux jours du vote pour le poste de maire, Rubirola et Ghali vont enfin se rencontrer

Actualité
par Jean-Marie Leforestier & Lisa Castelly
le 2 Juil 2020
18

Les huit sièges de l'équipe de Samia Ghali constituent la clef du vote pour le nouveau maire de Marseille samedi 4 juillet. Le Printemps marseillais comme l'équipe de Martine Vassal tentent de la convaincre.

Photo Margaïd Quioc

Photo Margaïd Quioc

“Depuis dimanche, je suis ghaliste. D’ailleurs je l’ai toujours été.” “Ça va coûter deux bras et une demi-jambe mais pour gérer la Ville de Marseille, ça vaut le coup.” “Je préfère avoir un peu de cambouis sur les mains et gérer la Ville que garder les mains propres et passer six ans dans l’opposition.” Depuis dimanche, les conseillers municipaux fraichement élus du Printemps marseillais multiplient les formules pour dire qu’ils sont prêts à beaucoup offrir à Samia Ghali. Samedi 4 juillet, il leur faudra trouver une majorité pour concrétiser leur avance dans les urnes au second tour des municipales. Et les 8 sièges de l’équipe Samia Ghali pourraient constituer un solide marchepied pour y parvenir. Avec les 42 sièges du Printemps marseillais, cet attelage n’aurait plus qu’à trouver un vote supplémentaire pour obtenir la majorité absolue, soit 51 conseillers municipaux sur 101.

Pendant plusieurs jours, le mutisme de Michèle Rubirola a bloqué les négociations, Samia Ghali ne souhaitant pas d’intermédiaire dans les discussions. La cheffe de file du Printemps marseillais s’est enfin décidée à écrire à la sénatrice, vainqueur de l’élection dans les 15e et 16e arrondissements. Comme l’a révélé Le Monde, un texto a bien été envoyé à Samia Ghali par Michèle Rubirola mercredi matin. De sources concordantes, une rencontre devrait avoir lieu ce jeudi entre les deux élues alors qu’une première réunion de groupe du Printemps marseillais est aussi prévue.

“Plein de canaux” de discussion

Depuis le début de la semaine, les approches se sont multipliées entre les colistiers du Printemps marseillais et Samia Ghali et son entourage. “Il y a plein de canaux, note une nouvelle conseillère municipale. Tout le monde vient en disant qu’il a de l’influence sur l’une ou sur l’autre.” Ces premières discussions ont permis de connaître la demande de l’élue : un poste de première adjointe et quelques mesures symboliques pour les quartiers Nord. “Samia Ghali ne demande pas les sénatoriales comme beaucoup s’y attendaient”, explique un interlocuteur régulier. “Qu’elle demande le poste de première adjointe plutôt que le Sénat, ça a surpris tout le monde”, reprend la conseillère municipale du Printemps déjà citée.

Selon plusieurs sources, quelques figures politiques nationales tentent de faciliter le rapprochement entre les deux élues. L’ex ministre écologiste Cécile Duflot, qui conseille Michèle Rubirola, s’implique au même titre que plusieurs hiérarques socialistes, pour faciliter un accord. Le PS ne devrait ainsi pas sanctionner ses membres qui se sont engagés sur la liste Ghali plutôt que sur celle du Printemps marseillais.

Rubirola vante “une même volonté”

Du côté du Printemps marseillais, Michèle Rubirola a tendu une perche dans un communiqué :

“Personne ne souhaite rajouter une crise démocratique à la crise sociale, environnementale et sanitaire que connaît Marseille. Personne ne peut trahir cette attente et cet espoir exprimés par les Marseillais dimanche. Samia Ghali et ses colistiers ont exprimé cette même volonté et je souhaite qu’ils travaillent avec nous dans cette direction en partageant avec le Printemps Marseillais un projet qui assure un rééquilibrage de Marseille et de ses politiques publiques dans tous les secteurs.”

Dans un même élan, la plupart des élus que nous avons interrogés affichent leur confiance. “Je suis optimiste pour samedi, je vois bien qu’à droite ils continuent à se déchirer. Samia Ghali, si elle veut faire une alliance de retournement, avec qui elle discute ? Je ne l’imagine pas discuter avec [le député] Guy Teissier. Il faut faire en sorte que ça passe. Je ne peux pas imaginer que le choix des Marseillais soit bafoué”, estime ainsi Sophie Camard, vainqueure dans les 1er et 7e arrondissements. Les plus confiants espèrent un accord officialisé avant le vote dans l’hémicycle de samedi matin. “Ce serait beaucoup moins stressant si c’était réglé avant”, reconnaît une cadre du Printemps marseillais.

Depuis lundi, les anciens membres de la liste écologiste s’impliquent particulièrement pour “créer des ponts” avec la sénatrice. “Son intention c’est bien de faire avec nous. S’il y a un vrai pacte de gouvernance, elle est OK. On a gagné, il faut faire ce qu’il faut faire. Si on ne scelle pas ça maintenant, ça veut dire qu’à chaque dossier on devra céder aux caprices de Samia Ghali”, note un élu EELV, dont le parti a soutenu Samia Ghali au second tour contre le Printemps marseillais dans le 8e secteur, tandis qu’il participait aux listes du Printemps marseillais sur le reste de la ville.

Au sein de cette formation hétérogène, les anciens candidats des 15e et 16e arrondissements restent les plus difficiles à convaincre. La campagne de second tour a laissé de lourdes traces. En coulisses, les anciens colistiers du Printemps jurent qu’ils auraient de quoi faire invalider l’élection de secteur, qui s’est jouée à moins de 400 voix entre les deux listes.

La droite mise sur “les relations compliquées” entre Ghali et le PS

L’élue des quartiers Nord maintient un silence médiatique et a esquivé les questions de France 3 ce mercredi, renforçant les doutes sur ses choix. “Samia Ghali n’a pas envie de rejoindre Martine Vassal, elle ne discute pas avec elle”, assure-t-on dans son entourage. Mais il est clair que des discussions existent entre son entourage le plus proche et celui de Martine Vassal et ce, de longue date. Le retrait du candidat LR à son profit entre les deux tours dans son secteur a renforcé cette relation.

Samia Ghali répète à ses interlocuteurs que les socialistes l’ont régulièrement méprisée au fil de son parcours politique et ne digère pas le maintien de la liste de Jean-Marc Coppola dans les 15/16 au second tour. Ce que l’ancien secrétaire national d’EELV qui s’est impliqué dans les négociations, David Cormand s’applique à comprendre : “Samia Ghali est une femme arabe des quartiers Nord. Et pour cela, elle a évolué dans un milieu de mâles blancs assez machiste qui l’a méprisée. Elle leur a survécu politiquement, il faut le prendre en compte, d’autant plus que s’y ajoute une réalité électorale qui fait qu’elle a gagné son secteur.”

Suffisant pour faire pencher la balance ? Dans un communiqué, David Galtier, vainqueur dans les 13/14 et qui connaît Samia Ghali de longue date a tendu à nouveau la perche à un accord avec l’équipe Vassal – quel que soit son représentant :

“Je suis persuadé que Samia Ghali et ses colistiers ne seront dupes de ces manœuvres et des véritables intentions qui animent ceux qui, hier encore, leur promettaient de les expulser de leur mairie de secteur et des quartiers pour lesquels nous partageons une ambition commune.”

Un élu expérimenté de droite résume leur position : “On sait qu’il y a une liste de courses et elle est présentée aux deux. On n’est pas sans ignorer les relations compliquées entre Samia Ghali et les socialistes. La question, c’est quand même de gérer la mairie de Marseille, ça mérite d’être tenté.”

L’ex socialiste peut-elle travailler avec une mairie qui serait menée par Lionel Royer-Perreaut ou Guy Teissier – tous deux issus de la droite dure – si l’un de ces deux élus prenait finalement le leadership à droite ? Dans les rangs de la gauche, beaucoup veulent croire que dans le cas où Samia Ghali tournerait le dos au Printemps marseillais, certains de ses colistiers seraient prêts à s’en démarquer. “Les huit avec elle, ce sont les plus proches, ils sont ses bras armés, il ne broncheront pas quoiqu’elle fasse”, croit savoir un nouveau conseiller municipal du Printemps. D’ici à samedi matin, Samia Ghali est en mesure de faire monter les enchères pour ces huit voix précieuses.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Jean-Marie Leforestier
Journaliste
Lisa Castelly
Journaliste

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Armelle Rioualen Chevassu Armelle Rioualen Chevassu

    “Une femme arabe des Quartiers Nord”. Quelle délicatesse Monsieur Cormand pour ne pas dire clairement que Mme la Sénatrice élue fort chichement – plus de voix contre elle qu’en sa faveur, ne pas l’oublier- joue à fond de la corde communautariste. Ses partisans ne reculent devant rien. J’en ai fait les frais. Alors sans aucun doute Marseille vaut bien quelques compromis mais je resterai en ce qui me concerne une adversaire résolue de Mme Ghali, et ce au nom de profonds désaccords politiques dont les Insoumis s’en étaient expliqués ici même dans une tribune.

    Signaler
    • Assedix Assedix

      Je trouve souvent qu’on diabolise Samia Ghali.
      Après le rassemblement de tous les leaders socialistes contre elle à la primaire de 2014, puis à présent l’union contre elle des anciens no 2 et 3 de sa liste ( L. Frentzel n’hésitant pas à planter son équipe de départ à 15 jours du dépôt des listes pour se rallier au PM), nul besoin d’être “une femme arabe des quartiers Nord” pour entretenir une certaine rancune.
      Mais en même temps, je suis tout à fait d’accord pour dire que la violence en politique doit être combattue sans compromission. Du coup je serais curieux de savoir ce que vous entendez précisément par “ses partisans ne reculent devant rien”? Pourriez-vous être un peu plus explicite ?

      Signaler
    • ruedelapaixmarcelpaul ruedelapaixmarcelpaul

      Cher Assedix, Lydia Frentzel n’a jamais été sur la liste Ghali.
      Concernant les partisans qui ne reculent devant rien, un exemple, Rue Sainte, avant le 1er tour. Nous sommes donc loin du 15/16. L’équipe de Gaetan Poitevin tracte. Ils entrent dans un magasin où je fais mes courses. Demandent au gérant s’il accepte un dépot de tracts et une affiche en vitrine. Refus du commerçant qui ne veut pas rendre son magasin partisan. L’équipe Ghali/Poitevin commence à tracter dans le magasin. Le gérant proteste. Des client protestent aussi. Le ton monte. Quand le tract m’est présenté, je réponds “non merci je sais pour qui voter”. “Ah oui, vous savez ? Vous avez une tête d’intello de gauche, vous devez soutenir le Printemps marseillais, vous voulez réélire les mêmes qui sont en place depuis 20a”
      Je réponds : “Samia Ghali est en place depuis 20a, grâce à Guérini, ce n’est pas du renouveau non plus”.
      Un des membres de l’équipe se jette sur moi, rattrapé in extremis par ses comparses “allez ne t’énerve pas, c’est pas la peine, viens, on s’en va”.

      un exemple parmi des milliers d’autres des “partisans qui ne reculent devant rien”

      Signaler
    • pascal pascal

      La candidature de Mr Coppola n’est pas passé loin dans le 15/16. ça aurait pu marcher…
      En 1er lieu si je ne suis pas fan de la politique de Ghali qui utilise également des méthodes clientélistes, on ne peut pas dire que Mr Coppola représente un renouvellement.
      Ensuite, Mme Ghali a demandé (par voie de presse) le retrait de la liste PM face au risque du RN dans le 15/16 le PM étant 3e. C’est la position prise par le PM dans le 13/14 et également par Julien Rossi de la liste Ghali. Le risque n’était pas le même mais elle a su utiliser ce message pour discréditer le PM (incohérence des stratégies du second tour) alors même que l’obtention de la mairie est la seule voie pour lancer une politique de rattrapage des quartiers nords. Si au final cela réussie par son ralliement tant mieux pour les habitants de ces quartiers. C’est quand même dommage que le PM n’arrive pas à fédérer les couches populaires puisque le 13/14 et le 15/16 on ont décidé autrement.

      Signaler
  2. Jacques89 Jacques89

    Beaucoup de “mouches”! Ça ne sent pas bon!

    Signaler
  3. Brallaisse Brallaisse

    Quelles seraient les missions confiées à S.GHALI si RUBIOLA est élue.?.
    Car l’entretien entre les deux élues va tourner autour de cette problématique et quel sera le degré de liberté de GHALI.
    Il ne faudrait pas non plus que GHALI se prenne pour le maire.

    Signaler
    • LN LN

      Premier adjointe, à tous les coups ! Je pense que c’est ca qu’elle demandera

      Signaler
  4. Jb de Cérou Jb de Cérou

    Pendant que le PM tente de recoller les morceaux avec Samia Ghali, que tricotent dans leur coin la droite er le RN. On peut tout redouter d e ceux là et en particulier d un coup de Jarnac samedi, y a t il des contacts entre Teyssier et le RN?

    Signaler
  5. Elric Menescire Elric Menescire

    Alors sur le front des nouvelles, Samia serait bien première adjointe,et elle demande en plus 5 postes d’adjoints sur 20 pour la mairie. Ça vient des sources habituelles.. sachant que l’élection va se jouer a pas grand chose,vu que Bruno Gilles vient apparemment d’avaler une énième couleuvre en échange d’un poste aux sénatoriales…vassal risque bien de tenter de se présenter dimanche… finalement,5 postes d’adjoint c’est pas si cher payé, et ça permettra de sécuriser au moins 5 voix sur une mandature qui s’annonce mouvemenée…

    Signaler
  6. patrick patrick

    bon, vivement que le vote dans 11/12 soit annulé, que le pm gagne la nouvelle élection afin de rompre avec le système ps guérini & co.

    Signaler
    • petitvelo petitvelo

      on peut toujours rêver, nombreux ont voté pour un tricheur fortement présumé et revoteront probablement pour

      Signaler
  7. Armelle Rioualen Chevassu Armelle Rioualen Chevassu

    Quels que soient les désaccords politiques que j’aie avec Mme Ghali et ses colistières et colistiers je ne doute pas qu’elle fera les bons choix pour nos 2 arrondissements et qu’elle les placera au sein du Printemps Marseillais. Il y va du respect de la démocratie et de l’intérêt général.

    Signaler
  8. Dark Vador Dark Vador

    Si elle apporte ses voix au PM, je me dis qu’à la place de S. Ghali, je remercierai la divine providence (elle n’a jamais fait mystère de sa foie). Il y avait une chance sur un million pour que les planètes soient aussi parfaitement alignées! Rendez-vous compte de la place qu’elle va occuper : Première adjointe, c’est-à-dire presque maire bis… Joli parcours enfin récompensé doit-elle avoir en tête. Une promotion pareille due à un moment politique sans égal dans la situation actuelle. Bravo l’artiste.

    Signaler
  9. Tarama Tarama

    Michèle Rubirola semble gérer cette semaine difficile avec beaucoup de sang-froid.

    Peut-être Ségolène Royal pourrait-elle rappeler à son amie marseillaise qu’elle est de gauche, et l’importance de l’écologie également.

    Signaler
  10. leb leb

    Et une petite pensée émue pour J. Bacchi: merci pour ce beau merdier !

    Signaler
  11. Leporello Leporello

    Déclaration de Michèle Rubirola :
    “L’avenir de Marseille ne doit pas se jouer autour d’une revendication individuelle. Je ne serai l’otage d’aucun chantage, je réfute ces pratiques bien éloignées des enjeux et j’invite Samia Ghali à faire de même”, déclare dans un communiqué Michèle Rubirola. Arrivée largement en tête du vote populaire dimanche au second tour des municipales, l’union de la gauche et des écologistes du Printemps marseillais n’a pourtant pas suffisamment de sièges au conseil municipal pour disposer d’une majorité absolue lors de l’élection du nouveau maire samedi.

    Signaler
  12. Leporello Leporello

    Un grand merci à Michèle Rubirola pour cette déclaration de principe !
    Respectant ainsi, les déclarations du printemps marseillais, pendant cette campagne, et qui donne du sens et du respect à nous tous électeurs marseillais qui ne veulent plus de tous ces combinards (es)….Défendant leurs postes et privilèges….
    Nous sommes surs que demain cette honnêteté intellectuelle payera….

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire