À Bougainville, la possibilité d’un parc en terres polluées

Reportage
le 19 Avr 2022
14

Actuellement en chantier, le futur parc de Bougainville doit s'installer sur d'anciennes terres industrielles, riches en métaux lourds et divers hydrocarbures. L'objectif : remettre de la nature sur une terre rendue stérile par des siècles d'activités.

À l’approche de la station Bougainville, la ligne 2 du métro offre un travelling sur une ville qui change. Un court instant, les voyageurs peuvent voir l’avancée du chantier d’un futur parc de quatre hectares. Pour l’heure, les engins s’affairent à araser, tasser et fouiller une vaste zone, soulignant plus encore le décalage entre les […]

Contenu réservé aux abonnés au journal

Offre découverte 1 € le premier mois puis 6,99 €/mois JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. BRASILIA8 BRASILIA8

    Spécialité marseillaise, le Parc du 26 ième Centenaire a été réalisé sur l’emplacement de l’ancienne gare du Prado d’où partait le train des bordilles
    Donc quand le coût de dépollution d’un terrain est trop élevé pour le rendre constructible on le transforme en espace vert et on vérifie ” sa compatibilité avec son usage futur” ce qui ne veut rien dire.

    Signaler
    • SNG SNG

      vous racontez n’importe quoi
      compte tenu de la valeur de la charge foncière sur Marseille et en particulier sur ce périmètre en devenir l’aménageur pouvait tout à fait supporter les coûts de dépollution et vendre ensuite la charge pour y faire du bureau ou du logement il serait largement rentré dans ses frais
      le choix ici est de simplement créer un grand espace vert pour notamment, avec le prolongement sur le parc des aygalades (le devenir de la gare du canet) gérer l’impact des ilots de chaleur
      je vous invite d’ailleurs à trouver l’étude réalisée par météo France et qui mesure précisément l’impact de ce parc sur ces ilots de chaleur
      ces éléments sont dans le plan guide présenté par euroméditerranée, aménageur d’Etat, il y a plus de 10 ans déjà
      donc ce choix n’est certainement pas piloté par le coût de dépollution puisque le niveau de pollution par définition ne peut être connu avant les premiers sondages, alors que le choix d’un parc a été réalisé il y a 10ans !!

      Signaler
  2. Dark Vador Dark Vador

    Une question me taraude : les terres trop polluées seront enlevées et évacuées… Où? Dans quelle(s) décharge(s)? Quand on connaît le “soucis” de ceux qui les gèrent (coucou Guerrini) il y a de quoi se faire du mauvais sang…

    Signaler
  3. vékiya vékiya

    entre arbres pollués et pas d’arbres du tout, il faut choisir. l’aménageur pourrait faire comme le nouvel échangeur, rond point “capitaine gueze” : on met du bitume de partout et c’est bon.

    Signaler
    • Andre Andre

      Normal! Le service voirie et circulation de la Métropole ont pour mission de goudronner et non pas de planter des arbres. C’est ainsi que ça marche…
      La Communauté urbaine puis la Métropole ne se sont jamais dotées d’un service d’aménagement urbain contrairement à l’ancienne administration municipale.

      Signaler
  4. LOU GABIAN LOU GABIAN

    C est pas grave au pays des pauvres

    Les quartiers nord c ‘étaient des zones d’usine en tous genres, avec des taudis autour pour loger les travailleurs étrangers…..

    Tout est pollués même les nappes d’eau…

    BOn on construit dessus, mieux vaux ne pas habiter au rez de chaussée ou au 1er

    Merci Gaston et jean Claude

    Signaler
    • Patafanari Patafanari

      Légèrement faux. Les quartiers nord, selon les époques, c’était plutôt les bastides, les grandes propriétés, quelques briqueteries. Le 7° arrondissement, St Victor, St Lambert, était un quartier d’industries: Savonneries, corderies, tanneries. Les sols sont toujours bien pollués par les produits chimiques employés naguère. Quant au 9 éme arrdt.:
      « Une vingtaine d’usines étaient implantées sur le territoire du Parc national des Calanques pendant les XIXe et XXe siècles. Elles produisaient majoritairement du plomb, de la soude et du soufre, mais aussi du calcaire et du verre. Elles laissent un héritage ambivalent, entre vestiges architecturaux et résidus pollués.« Sans parler de la vallée de l’huveaune, etc, etc. Les industries étaient implantées dans toute la ville.

      Signaler
  5. Alfonse Alfonse

    Merci pour cet article très intéressant qui explique la réalité du terrain et les solutions mises en œuvre.

    Signaler
  6. Brallaisse Brallaisse

    Et Gaston et Jean Claude se sont ingeniés à vider Marseille de ses industries pour des raisons différentes, ainsi l’appauvrissement s’est mis en route avec les conséquences que nous connaissons aujourd’hui.

    Signaler
  7. Andre Andre

    Des parcs dans des terrains pollués mais aussi inondables, donc non constructibles. C’est la spécialité d’Euromed.
    Ce sera le cas du parc linéaire du ruisseau des Aygalades, tout en longueur dans le lit du dit Bachas.
    Pourquoi pas? Mais a-t-on pensé à la gestion ?
    Faire des espaces ingérables n’est pas la meilleure solution en matière d’aménagement urbain. Ah mais la gestion, ce ne sera plus Euromed, ce sera la Ville!

    Signaler
    • pierre-yves pierre-yves

      Très étonnant de lire tous ces avis négatifs sur ce parc.

      Oui c’est bien que les terrains soit dépollués
      Oui c’est bien d’acter que des zones sont en zone inondable
      Oui c’est bien de les transformer en parc.
      Oui c’est bien un parc avec des zones de fraicheur, des potagers, des zones de détentes et de jeux

      Que proposez vous ?

      Signaler
    • Andre Andre

      Je propose qu’en toute logique urbaine, on aménage des parcs et jardins là où ils seront stratégiques et utiles, dans le cadre d’un projet d’urbanisation qui les prenne sérieusement en compte. Mais cela ne relève pas de la logique comptable qui est celle d’Euromed. A l’inverse, l’établissement public ne fait que profiter de simples opportunités foncières sur des terrains naturellement inconstructibles et pas a priori les plus pertinents de par leur localisation .
      Ensuite, qu’on transforme ces terrains en EV supplémentaires, pourquoi pas, à condition qu’on sache les gérer, ce qui n’est pas gagné!

      Signaler
    • SNG SNG

      justement l’objet du parc est avant tout de réaliser un ouvrage hydraulique pour gérer les risques d’inondation sur une zone en PPRI rouge ; ce parc sera un lieu de destination pour les résidents mais aussi et surtout une éponge géante qui permettra de gérer les risques d’inondations lors des phénomènes cévenoles de plus en plus fréquents ; lorsque ces pluies très importantes se produiront, le parc sera fermé quelques jours et jouera son rôle d’éponge pour éviter la saturation en aval
      quant à la gestion, pour votre gouverne, la ville qui en aura la charge est partie prenante du CA d’Euromediterranée et donc des choix réalisés
      tout ces infos sont publiques et disponibles

      Signaler
  8. zebulon13 zebulon13

    Et dire qu’en lieu et place des anciens établissements Colas sur des terrains reconnus pollués, les élus veulent à marche forcée obliger des dizaines de gamins à occuper les lieux (pour empêcher les squats) d’ici l’été. Une dépollution en moins de trois mois? je n’y crois pas une seconde…….

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire