Yes we camp : chantier à ouverture imminente

À la une
le 13 Mai 2013
2

En ce lundi matin post-pont, le chef de chantier de Yes we camp, le camping alternatif du Off, Nicolas met un dernier coup de collier en lançant un appel par sms : "Si vous pouvez venir une journée ou une demi-journée, n'hésitez pas". Il faut dire qu'à quatre jours de l'ouverture, le chantier est loin d'être fini. En réalité, ce week-end proposera seulement une ouverture partielle. En revanche, l'enthousiasme, lui, est toujours là.

Des plans à la réalité

Ce camping, né dès les premiers pas du Off, revient de loin. On l'a imaginé aux Docks, c'est à l'Estaque qu'il se dresse. Entretemps, ll a dû revoir ses objectifs d'hébergement à la baisse. Fin février, beaucoup de questions techniques étaient encore en suspens. Pour autant, depuis ses débuts, ce projet décalé plaît et a attiré de nombreux artistes et architectes. En avril, il a récolté 23 175 euros sur la plateforme de financement coopératif Kiss kiss bank bank. Les futurs campeurs et bénévoles étaient même allés jusqu'à Notre Dame de la Garde pour la remercier de ses bonnes grâces.

Alors que les premières réservations ont déjà eu lieu, le flou artistique persiste notamment sur le nombre de logements définitifs. Une chose est sûre : le camping sera ouvert du 17 mai au 13 octobre. Avec la pluie de ces dernières semaines, le chantier a pris un léger retard mais les premiers logements devraient effectivement être prêts pour samedi. "Notre priorité est d'arriver à régler ce problème de tranchées", confesse Vincent, un jeune architecte responsable du chantier, en référence aux tuyaux dépassant encore un peu partout. De l'hébergement le plus classique dans une caravane customisée à l'ovni rouge qu'est la "sommeilleuse", -avec cheminée pour voir les étoiles s'il vous plaît – il y en a pour tous les goûts. Plus ou moins roots.

A la belle étoile

Certains aménagements sont déjà prêts comme les "Moissonneuses", ces chambres hexagonales faites de palettes. Une quarantaine de bénévoles sont présents sur le site depuis moins d'un mois pour faire du millier de palettes et des quelques caravanes un véritable lieu de vie. Logés et nourris, les volontaires partagent leur savoir-faire. De temps en temps, entre deux chantiers, certains vont piquer une tête. Mais, si ça bosse dur dans une ambiance festive, pas question d'oublier les règles de sécurité sur le chantier : s'hydrater et porter des chaussures adaptées.

Sous une apparence bordélique, le chantier est toutefois relativement organisé avec un chef par pôle. Dans une grande caravane métallique – aux airs de pin-up américaine et répondant au doux nom de Verdine – des bureaux ont été aménagés pour gérer les réservations. Pour l'instant, elles s'élèvent à "une dizaine pour le week-end d'ouverture. Mais pour le dernier week-end du mois, le camping est déjà presque plein" précise Sophie, qui se charge des réservations. Pour les curieux désireux de voir ce camping insolite en vrai, samedi soir, Yes we camp paie son coup pour l'ouverture.

 

Cet article vous est offert par Marsactu

Cet article vous a plu ?

Vous seul garantissez notre indépendance

JE M’ABONNE À PARTIR DE 1€

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. David David

    Les Roms et tous les SDF seraient ravis si tout ce monde se mobilisait pour les aider à montrer des structures d’accueil, au moins saisonnières! Dans quelle société vit-on!

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire