Gaudin 2016, les chèques du Sénat et la métropole en suspens

À la une
le 19 Jan 2016
10

Le sénateur-maire de Marseille Jean-Claude Gaudin a présenté ce lundi au stade Vélodrome ses vœux à la presse. Il a balayé l'actualité, de la note de Tracfin qui recense les 130 000 euros reçus du groupe UMP au Sénat, à la bataille politico-judiciare de la métropole en passant par sa succession.

Bonne année ! Comme si la métropole ne suffisait pas à ses ennuis, Jean-Claude Gaudin a eu le déplaisir de voir Mediapart révéler les éléments d’une note de Tracfin concernant le suivi des comptes du groupe UMP au Sénat. Le sénateur-maire de Marseille y est mentionné comme ayant reçu 130 000 euros du groupe sans que l’on sache s’il s’agit du compte officiel ou de l’officieux ouvert à la banque HSBC.

Jean-Claude Gaudin n’a pas répondu à notre question sur ce point précis mais il l’a longuement fait sur l’usage de ces fonds qui, selon lui, correspondaient à des remboursements de notes de frais : “Qu’est-ce que je fais ? J’ai des dépenses de restaurant avec les élus, quelques fois, quand les élus reçoivent des invités et que je suis là aussi ou les collaborateurs directs que j’invite régulièrement. Quand vous ferez la radioscopie, on vous le dira au Sénat. Je fais quelques déplacements pour aller soutenir des sénateurs qui en ont besoin. […] J’ai payé de mon fric personnel, on m’a remboursé, c’est pour ça que vous trouvez cela.”

Sur le fond, il admet une négligence mais pas de faute : “Quelle est mon erreur car j’en ai fait une ? C’est qu’en tant que président de groupe, je disposais des chéquiers du groupe mais parce qu’il y avait un trésorier et une comptable je ne m’en suis jamais servi. Je n’ai jamais tiré un chèque sur le groupe UMP du Sénat. Si je l’avais fait,  Tracfin, Mediapart ou je sais pas quoi (sic) n’auraient rien vu puisque ce serait dans la comptabilité directe du groupe.”

Lire le verbatim de sa déclaration ci-dessous

 

La métropole

Autant le dire, le maire de Marseille n’a pas vraiment aimé cette question. Après tout, elle concerne davantage sa casquette de sénateur que celle de maire. Il a d’ailleurs souligné cette frontière lors de l’échange informel qui suit immédiatement les vœux. “Je maintiens une frontière étanche entre ce qui relève de ma fonction parlementaire et celle de maire de Marseille”, glisse-t-il aux journalistes de Marsactu.

Pourtant, quand il s’agit de la métropole, le parlementaire et son fameux amendement dont la conformité sera discutée le 9 février au conseil constitutionnel se confondent largement avec le président sans pouvoir de la nouvelle institution. Il a d’ailleurs pris le temps de répondre avec détail sur la récente annulation de son élection par le tribunal administratif de Marseille. “J’ai fait appel de cette décision donc je reste en place. D’ailleurs si ce n’était pas moi, ça serait la plus ancienne des présidentes d’EPCI qui serait en place.” Celle-là même qui présidait la séance inaugurale de la métropole : Maryse Joissains.

Mais le maire prend garde de ne jamais répondre aux attaques de la maire d’Aix, se contentant juste de rappeler que c’est bien lui qui a la responsabilité de payer les 7500 agents de la métropole et même “payer déjà des chantiers qui sont en cours aux dires du préfet, qui parle au nom de l’État”.

“Quelle que soit la décision du conseil constitutionnel, il est clair qu’il faudra refaire l’élection du président. Et bien, nous la referons. Mais, c’est pas sûr non plus”, ajoute-t-il sans vraiment dissiper le brouillard qui entoure l’institution.

Stade, casino et culture

Les vœux sont toujours l’occasion de revenir sur les grandes réalisations inaugurées ou à venir qui marquent l’ère Gaudin. Il en va ainsi du Vélodrome que le maire a choisi comme théâtre pour ses vœux. Passons sur les lauriers qu’il tresse à sa postérité : « Dans quelques années, on dira : Gaudin, il a refait le stade ».

Il passe bien vite sur les 12 millions de redevance que la Ville paie chaque année qui s’ajoutent aux 270 millions de la facture du chantier. Le maire préfère revenir à un sujet qui agite le landernau médiatico-sportif : le fameux naming qui doit associer un nom de marque à celui du stade et rapporter quelques millions par an à la société qui le gère, Aréma et, au-delà d’un certain montant, en rapporter un peu à la Ville. En effet, c’est la filiale de Bouygues qui récupérera les 3 premiers millions puis 40% des sommes au-dessus de cette barre.

Pour ce faire, le maire assure continuer à jouer les VRP de par le monde et espère “voir ce dossier déboucher d’ici la fin de l’année (…). Pour l’instant, la Ville ne perd pas d’argent, j’aimerais qu’elle en gagne un peu plus”.

Concernant le projet de casino dont il est question depuis 2013, Gaudin évoque des études “sur les différentes possibilités d’implantation d’un casino” sur la bande littorale qui devraient être rendues dans le premier trimestre 2016. “En fonction de celles-ci, nous lancerons la procédure de délégation de service public.”

Enfin, il est revenu sur la fermeture de l’Espace culture, en assurant que “les employés de cette structure seraient intégrés aux services municipaux, s’ils le désirent”. En lieu et place de l’ancien office de la culture, liquidé le 31 décembre, il voit bien un “bureau municipal de proximité”. Quant à la mairie du 1er secteur, elle aurait plutôt vocation à prendre place dans l’actuelle maison de la région dont le président Estrosi souhaite se débarrasser pour 6 millions d’euros. “S’il nous la vend au prix des domaines, nous sommes intéressés”, assure-t-il.

Le bal des prétendants

Mais les vœux n’en seraient pas s’ils faisaient l’impasse d’une question sur le dauphin et la succession de Gaudin en 2020. Le maire des 6e et 8e arrondissements Yves Moraine, le député et premier adjoint Dominique Tian, la présidente du conseil départemental Martine Vassal, ou le député européen et président délégué de la région Renaud Muselier font entre autres candidats partie des potentiels successeurs.

Mais lui ne dira rien de sa préférence. “Chacun pense qu’il est le mieux placé. Beaucoup sont de qualité. Tous ceux qui prétendent sont de qualité mais pour l’instant, il n’y en a pas un qui aurait l’adhésion des autres.” Et le maire d’ajouter : “S’ils arrivaient à être d’accord, ça m’inciterait peut-être à anticiper les choses.” C’est la première fois que le maire envisage une retraite anticipée. “Mais pas tout de suite !”, se presse-t-il d’ajouter.

Jean-Marie Leforestier et Benoît Gilles

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Armelle Rioualen Chevassu Armelle Rioualen Chevassu

    Du Gaudin pur jus, pur sucre. Dans quelques années, on dira ” Il était passé maitre dans l’art de l’enfumage de ses concitoyen-nes.”

    Signaler
  2. Electeur du 8e Electeur du 8e

    “Gaudin, il a refait le stade », et il va laisser la facture à la postérité. D’ailleurs, fallait-il construire un stade aussi grand, donc aussi cher ? La réponse est ici : http://latta.blog.lemonde.fr/2016/01/08/nouveaux-stades-la-peur-du-vide/

    Mais ce n’est pas grave : les contribuables paieront.

    Et pendant ce temps, l’Espace Culture ferme. “Culture”, en voilà un gros mot !

    Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      Voyons JL41, dans une ville comme Marseille, où il y a pléthore d’équipements sportifs de proximité, où la politique culturelle est citée en exemple dans toute la France, où le réseau de transport est d’une telle densité que le centre-ville est devenu le paradis des piétons, il ne manque plus qu’un truc : le remake du pont transbordeur. C’est une priorité désormais, et il est normal que ce projet emblématique occupe tous les discours de nos élus municipaux.

      C’est la politique du gadget et du bling-bling : le téléphérique de la Bonne-Mère, le casino, toutes ces choses absolument indispensables à la vie quotidienne des Marseillais.

      Signaler
    • JL41 JL41

      Ou encore un susucre à Muselier, ardent défenseur de cet objet qui manquait pour décorer le Vieux-Port, façon de faire comprendre au premier vice-président d’Estrosi à la région, que la ville de Marseille ne sera pas pour lui ?

      A propos du Casino, Econostrum donne quelques détails : http://www.econostrum.info/Marseille-aura-son-casino-de-jeux_a21334.html

      Signaler
  3. Regard Neutre Regard Neutre

    “J’ai payé de mon fric personnel”… A-t-il vraiment utilisé le terme fric en lieu et place de deniers personnels ? Choquant dans les propos du premier magistrat de la deuxième ville de France et de surcroit professeur de formation! J’en doute…

    Signaler
    • Julien Vinzent_ Julien Vinzent_

      Bonjour, ce sont bien les termes exacts du maire de Marseille.

      Signaler
    • Regard Neutre Regard Neutre

      Le Sénat a fini par “parisianniser” définitivement Monsieur Gaudin .En tant que pur marseillais, pour rester populaire, il aurait dû dire: “- J’ai payé avec mes ronds, on m’a remboursé, …-“.

      Signaler
  4. Regard Neutre Regard Neutre

    Aussi maintenant, je commence à comprendre les craintes avancées par la Présidente de la feue CPA sur les risques potentiels qui vont encourir les finances de la nouvelle métropole,surtout si son Président actuel gère son “fric ” comme à la ville comme à la campagne…..

    Signaler
  5. Trésorier Trésorier

    Concernant le pont transbordeur, ce serait cree et gere par un prive, comme le precedant. J’y suis plutot favorable.

    Pour le Senat, les depenses sont sans doute justifiees (j’espere que le comptable du groupe a verifie avant de le rembourser), mais le procede n’est pas regulier (sinon pourquoi avoir chequier et comptable), et surtout, les sommes sont enormes. Injustifiable face au niveau de vie en baisse et des impots en hausse.

    Pour le successeur, M. Gaudin semble nous preparer une candidature 2020 (mise en place definitive de la metropole avec plus de competences jadis communales et transfert de competences venant du departement et de la region. Il divise pour mieux regner. Moi ou le chaos. Ca promet un boulevard pour le FN avec un PS 13 moribond et discredite en face.

    Pour la metropole, elle fonctionne. Le Conseil constitutionnel decidera d’enteriner l’amendement Gaudin vote par les parlementaires et soutenu par le gouvernement, ou pas. Dans ce cas, une nouvelle representation remplacera la precedente et un nouveau president sera elu. Lametropole, elle, restera.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire