"Une ville qui donne du plaisir permet d'alléger la fréquentation des massifs"

À la une
Benoît Gilles
18 Fév 2014 5

Est-ce pour se fondre dans l'horizon marin ou tout simplement pour trouver matière à pitance ? En tout cas, la propension de l'homme à vivre sur la côte se perd dans la nuit des temps. En revanche, ce phénomène de littoralisation, au sens de la concentration des activités humaines sur la bande littorale, a connu une brusque accélération après la seconde guerre mondiale. Professeur à Aix Marseille Université, Thierry Tatoni étudie les enjeux écologiques de ce phénomène sur la frange littorale de la métropole, des calanques de Cassis à la Camargue.

"On trouve dans cet espace un patrimoine de biodiversité assez exceptionnel surtout dans les calanques où le relief escarpé a permis de le protéger, explique ce spécialiste de l'écologie. Mais cela a aussi été le cas du Golfe de Fos qui présentait un espace lagunaire de transition entre les collines autour de Marseille et une zone humide où se rejoignent eau douce et salée". Cette identité remarquable a été effacée sous le coup d'une industrialisation brutale même si le Grand port maritime s'efforce de maintenir une zone verte en son sein.

Or, cette question des usages est au centre de l'attention des chercheurs. Car le respect de cette biodiversité remarquable sur mer comme sur terre doit passer par une réglementation stricte qui protège ces atouts mais aussi un respect des usages "notamment de la pêche au petit métier qui fait partie des traditions de la ville", note Thierry Tatoni. Et tout ceci n'exclut pas la ville, bien au contraire. Ainsi par le réseau des îles du Frioul, il existe un trait d'union en cours d'étude entre la flore des calanques et celle de la Côte bleue. "Il pourrait y avoir un flux de gènes à travers ces îles", insiste le chercheur.

Mieux encore, l'investissement dans l'aménagement urbain permet de faire baisser la pression sur les massifs environnants. "Une ville qui donne du plaisir permet d'alléger la fréquentation sur les massifs naturels", estime Thierry Tatoni prenant en exemple l'aménagement du J4 qui permet un réinvestissement d'un bout de côte délaissé. L'écologue se prend même à rêver d'un réinvestissement des différentes rivières et fleuves côtiers marseillais. Outre le ruisseau des Aygalades qui possède déjà un projet, il rêve d'un aménagement du Jarret et de l'Huveaune pour accentuer la place de la nature en ville et laisser respirer les milieux fragiles qui l'entourent.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE SPECIALE – 2 MOIS pour 2€

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.


Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire