Un squat de mineurs isolés dans un bâtiment municipal oblige la Ville à se positionner

Actualité
le 30 Juil 2020
5

Face à un manque de place dans les lieux d’accueils idoines, des mineurs isolés ont investi mi-juillet des bâtiments municipaux inoccupés dans le 1er arrondissement. Alertée de leur présence par un voisin, la police a été mobilisée sur place. Sommée de se positionner par un réseau de solidarité, la mairie promet de ne pas expulser les occupants pour le moment.

Militants et riverains patientent devant une des entrées du squat rue Flégier. (Photo: Elhia Pascal-Heilmann)

Militants et riverains patientent devant une des entrées du squat rue Flégier. (Photo: Elhia Pascal-Heilmann)

Massées devant le 43 rue Flégier, dans le quartier du Chapitre (1er), une vingtaine de personnes fait corps aux abords du bâtiment. Présents depuis le matin, militants, riverains et délogés témoignent leur soutien envers les jeunes mineurs isolés, installés dans les deux bâtiments municipaux désaffectés. Mobilisés, les militants tentent d’éviter la confrontation avec les forces […]

Contenu réservé aux abonnés au journal

Offre découverte 1 € le premier mois puis 6,99 €/mois JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Brallaisse Brallaisse

    Et celle qui après être passée à l’hôpital a pris conscience à 58 ans de la difficulté de certains et de la misère du monde, que fait-elle à part se contempler le nombril béate d’admiration. Cela est vrai les maisons du « bel âge » c’est plus rentable et cela vote.
    Vassal ou l’humanité sélective

    Signaler
  2. jasmin jasmin

    Le premier travail du futur nouveau Directeur General des Services devrait consister à faire un état des lieux des bâtiments et terrains appartenant à la mairie de Marseille. Pour chacun, identifier les projets éventuels d’utilisation et travaux engagés et déterminer leur échéance. Ce bâtiment est destiné à une extension de l’école (pour la rentrée prochaine?) et travaux bien engagés. Un chantier qui démarre doit être marqué et sécurisé pour éviter le retard dans les travaux, les accidents sur le lieu, les vols d’outils de chantier etc. Tout est tellement lent ici que tout le monde s’autorise à en faire usage. Ca va être une gymnastique cocasse d’afficher comme objectif la lutte pour l’habitat indigne et l’amélioration de l’état des écoles, et empêcher ceux fuyant l’habitat indigne pour aller habiter dans une école..

    En fait, squatter des écoles alors qu’elles se préparent à une rentrée compliquée avec le coronavirus, la distanciation, les temps aménagés etc, ce n’est vraiment pas une bonne idée. L’idée a dû être avancée par les associations et militants d’aide aux réfugiés. Je suppose que la nouvelle municipalité va engager une reflection avec eux, pour les faire participer à des décisions responsables pour tout le monde?

    Signaler
  3. Orsu Orsu

    l’ amusant dans cette histoire , le fait que nombre de mineurs ne sont plus mineurs
    A quand une enquête de Marsactu sur ces réseaux spécialisés dans les jeunes migrants .

    Signaler
  4. pas glop pas glop

    Le squat est en cours d’expulsion. La police dit qu’elle agit sous ordre de la maire de secteur

    Signaler
  5. ANGIE13 ANGIE13

    par mesure humanitaire nous avons proposé à la nouvelle élue Mme GARINO en charge du sujet d’apporter une aide alimentaire ponctuelle à ces jeunes migrants..pas de réponse au bout de 3 jours, cela commence bien pour la solidarité…sans autres commentaires..

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire