Un an après les violences sexuelles au club de foot, Port-Saint-Louis se déchire toujours

Échappée
le 10 Oct 2020
5

En juin 2019, des parents ont signalé les agissements d'un entraîneur du club de foot vis-à-vis de leurs enfants. Pendant que l'enquête judiciaire avance, Port-Saint-Louis est encore secouée par l'impact des révélations. Des familles de victimes dénoncent un climat d'omerta dans le huis clos de cette petite ville.

Le stade Georges-Taberner a des airs de bel endormi. Depuis la rentrée, les entraînements n’ont pas repris pour les petits Port-saint-louisiens, contrairement à la plupart des autres communes alentours où on se débrouille pour faire un peu cavaler les minots malgré la pandémie. Les terrains municipaux dorment donc d’un sommeil lourd, où seuls quelques adultes […]

Contenu réservé aux abonnés au journal

Offre découverte 1 € le premier mois puis 6,99 €/mois JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. MarsKaa MarsKaa

    Un article complet qui fait le tour des protagonistes pour une affaire révélatrice de tant de choses… le poids d’un club de foot dans une commune (ailleurs ce sera le rugby ou autre), les liens club-mairie-employeurs, la minoration voire le déni des faits, l omerta et la pression, le harcèlement,
    voire les menaces sur ceux qui ont osé parler.
    C’est grave. Car tout cela imprègne les mentalités, profondément, pour longtemps… c’est, à l’échelle d’une commune, ce qui se passe dans une famille, ou une communauté religieuse… toujours les mêmes ressorts dans ce type d’affaires d’atteintes sexuelles sur mineurs.

    Signaler
    • MarsKaa MarsKaa

      Merci donc pour cet article qui doit tous et toutes nous faire réfléchir .

      Signaler
  2. jasmin jasmin

    Merci pour votre article. J’espère qu’il sera relayé par d’autres médias qui ne laisseront pas tranquilles la municipalité de Port-Saint-Louis qui protege le président du club de foot et ses autres 9 dirigeants qui essaient d’étouffer l’affaire. Ils ne feront croire à personne qu’ils n’étaient pas au courant, vue la taille du club et des 8000 habitants de la commune “où tout le monde se connait depuis l’enfance”.

    L’entraineur marseillais de 28 ans a une longue “carrière” de pédophile maintenant devant lui vu qu’il est en liberté depuis un an et qu’il a toute la vie pour abuser d’autres enfants. La science démontre que les pédophiles ne guérissent jamais. En prenant des medicaments pour contrôler leurs pulsions sexuelles, à condition qu’ils soient forcés de les prendre qu’ils détestent faire, ils peuvent continuer à vivre très loin de là où il y a des enfants. Quand ils se marient, ils abusent leurs propres enfants. Aux Etats-unis, la rue où habite un pedophile condamné est en accès libre et permet aux gens de choisir leur lieu d’habitation loin de ces personnes. Ils portent tous un bracelet électronique pour faire respecter la distance aux écoles et autres réseaux d’enfants où ils adorent roder. On les supporte pour ne pas les condamner à l’emprisonnement ou à la mort s’il y a eu décès d’enfants. On sait aussi que les pédophiles sont attirés et fascinés par les métiers en contact avec des enfants, d’où les problèmes de l’Eglise, les clubs de sport, les enseignants, qui sait peut etre les pédiatres???

    Il était du devoir du club de foot, recrutant un nouvel entraineur, de le garder sous observation discrete et permanente le temps qu’il fasse ses preuves, et surtout de protéger les enfants et les familles qui sont venus leur signaler ces faits. Ils devraient tous dégager. S’il n’y a pas de volontaires pour les remplacer, tant pis, ils feront un autre sport, ça ne manque pas. Qu’ils mettent une école de musique à la place ou autre chose.

    Le plus grave, c’est que cette mentalité de petit village reculé où on étouffe les affaires pour garder la paix ambiante, étouffe beaucoup d’autres affaires qui touchent aux personnes vulnérables qui n’ont pas droit à la parole. Il est fort possible que des viols d’enfants par leurs parents aient cours sans que quiconque n’ose porter plainte. Le depart rural et peu peuplé de la Mayenne est officiellement le département de France où il y a le plus d’incestes, déclarés et portés devant la justice. Ce qui se passe partout ailleurs dans le silence des chambres de ces maisons la nuit par le père, l’oncle, les cousins, les voisins, personne ne le dit car celui ou celle qui subit est un enfant corvéable et abusable à merci. Qui va se décider à défendre le droit des enfants? Je trouve admirables ces mères de familles qui ont osé tout risquer dans leur vie pour arrêter le cycle de violence, et ce père de famille qui maintenant va être licencié parce son patron est secrétaire du club de foot ayant certainement étouffé l’affaire avec son président. Est ce que quelqu’un réalise qu’ils subissent tous un harcèlement de quelques personnes de la commune, qu’ils vont perdre leur propriété ancestrale à un prix plus bas que le marché s’ils sont forcés à déménager? J’espère que Marsactu et d’autres medias ne lâcheront pas cette affaire, jusqu’a ce que ces gens retrouvent leur maison et leur ville, et que les vrais coupables dégagent.

    Signaler
  3. MarsEye MarsEye

    C’est un formidable travail d’enquête, bravo Lisa!

    Signaler
  4. MarsEye MarsEye

    C’est un formidable travail d’enquête, bravo Lisa!

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire