Vent

[En campagne] Sur le marché de la Ciotat avec le FN ou presque

À la une
le 3 Déc 2015
0

À quelques jours du premier tour des élections régionales, Marsactu voulait suivre le FN sur le marché de la Ciotat pour une des dernières occasions de tracter. Malgré un refus de leur part, nous avons pu prendre la température. Temps ensoleillé mais glacial.

La Ciotat, ses anciens chantiers navals, son marché bi-hebdomadaire et ses frères ennemis du FN… Marsactu a donc choisi cette ville pour suivre le candidat Front national officiel, Hervé Itrac et son concurrent, déçu du parti et candidat sur la liste Bompard Yann Farina dans ces derniers jours de campagne. Souhaitant faire cela dans les règles, nous avons prévenu la fédération départementale qui refuse de confirmer la présence de militants sur ce marché. Difficile alors de fixer un lieu de rendez-vous…

Sur place, l’accueil des militants effectivement présents est glacial. Hostile même. Il se traduit par un vif refus que nous les suivions sous prétexte que notre média “déforme les propos“, sans vouloir citer d’article précis… “Le mot d’ordre est de ne pas parler à votre média”, affirme Paulette Glaise, suppléante aux départementales. L’instruction est donnée à tous les militants. Nous les suivons malgré tout, à quelques mètres. Marsactu a tout de même le droit de faire ses courses.

“Pas besoin de tracter”

Ce matin-là, il n’y a pas foule au marché qui se limite à quelques rues. Le soleil n’a pas encore réussi à dépasser les vieux immeubles du joli centre-ville ciotaden. Le vent glacial n’incite pas à traîner dans les allées. Pas d’affiches électorales en évidence dans les petites rues à quelques pas du Vieux-Port. On en oublie facilement que les électeurs sont attendus dans les urnes dimanche. Aucun militant des quatre principales listes ne tracte ici.

Le petit groupe, serré, d’adhérents frontistes distribuent un huit pages présentant le programme du FN, avec six grandes priorités et les mesures détaillées. On est très loin des premiers tracts agressifs du début de campagne, stigmatisant les migrants ou certaines associations. Le petit groupe de militants s’accordent une pause pour une photo. Elle est destinée au blog du groupe de militants où ces derniers publient des compte-rendus de chaque tractage.

Si le chef local, l’avocat Hervé Itrac (ex-UMP), n’est pas présent ce jour-là pour des raisons professionnelles, les militants finissent par confier leur joie d’avoir tracté dix jours auparavant avec le sénateur et maire Stéphane Ravier, tête de liste dans les Bouches-du-Rhône. C’était un dimanche, jour de grand marché sur le Vieux-Port de La Ciotat. “On dit que les Marseillais sont fous du FN, s’est félicité Stéphane Ravier. Mais ici, c’est encore mieux, rapporte une des militantes. On n’a quasiment pas besoin de tracter. Les gens viennent nous arracher les flyers”.

Esprit de village

“C’est certain, ils n’ont même pas besoin de se lever tôt.” Arrivé bien plus tôt, Yann Farina, conseiller municipal de la Ciotat anciennement étiqueté FN, parle désormais des militants du Front national à la troisième personne du pluriel. En mai, suite à la querelle chez les Le Pen et l’exclusion du grand-père, il a rendu sa carte, lui le “Jeanmariste”. Désormais, c’est pour le candidat de l’Union des droites, Jacques Bompard, qu’il roule. De loin, on pourrait le croire vêtu d’un manteau de fourrure noire, mais ce n’est que le reflet d’une veste en velours un peu fatiguée. Il est accompagné de sa compagne, montée sur d’impressionnantes bottes noires de plus de 10 centimètres de talons, et d’un autre militant de la Ligue du sud, devenue “Ligue patriotique” pour ces élections. La tête de liste dans les Bouches-du-Rhône n’est autre que le Marseillais Laurent Comas, conseiller régional sortant FN et lui aussi fidèle de Jean-Marie le Pen.

La petite troupe parcourt les stands et multiplie les bises. “C’est sûr que quand je vais à Martigues, ce n’est pas la même”, admet Yann Farina. Tête de liste FN aux élections municipales de 2014, ce dernier bénéficie d’une petite renommée locale. Au premier tour, son score était de 24% devant le PS (21%) mais loin derrière Patrick Boré (LR), maire depuis 2001.

Le FN à 32% aux dernières élections

Aux départementales de mars dernier, le binôme FN a obtenu 32 % au premier tour dans la ville gagnant 500 voix par rapport aux municipales avant d’échouer à 37 % au second tour face au binôme de maires LR Patrick Boré et Danielle Milon. Après des maires SFIO et PCF de l’après-guerre à 1989, La Ciotat est bel et bien une terre de droite aujourd’hui. Sur le marché, on se salue, on papote mais on n’évoque guère les élections à venir. “On l’a déjà eu”, répondent souvent les forains quand Lætitia ou Sylvain – ils n’ont pas voulu donner leurs noms – leur présentent un tract. Un 4ème militant arrive, Charles, celui qui “chante quand il tracte”, charrie ses homologues.

reportage-marche-fn-la-ciotat-3Le tract, une feuille A4 qui semble imprimée à la maison, est très clair sur le positionnement à l’extrême droite : “Prévention du djihadisme dans les lycées, suppression des subventions aux associations communautaristes”, “défense de la famille”. Des “valeurs vraies” aux yeux de Yann Farina, pour qui le FN se perd à “faire des courbettes pour être élu”, et connait une “dérive socialisante”, “gauchisante”, aux mains des “lobbys gays” selon lui. Marion Maréchal-Le Pen ? “Bien pour mettre sur un paquet de lessive”, s’amuse celui qui se définit comme “fidèle au FN depuis 1999”. À ses yeux, le FN est prêt à tout pour gagner. Dimanche, jour du grand marché et d’élection, dira si l’impression de victoire déjà acquise des militants FN se confirme dans les urnes.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire