Sabine Bernasconi enterre le téléphérique de la Bonne-Mère

Actualité
Benoît Gilles
3 Jan 2019 23

La maire de secteur qualifie de "pharaonique et coûteux" le projet de téléphérique vers Notre-Dame-de-la-Garde. Une étude allant jusqu'au suivi des travaux et de la première année d'exploitation a pourtant été lancée en mai. 1,5 million d'euros ont déjà été dépensés pour ce projet mort-né.

Le projet de téléphérique fait actuellement l'objet d'une étude d'assistance à maîtrise d'ouvrage. Il doit améliorer la desserte de Notre-Dame de la Garde

Le projet de téléphérique fait actuellement l'objet d'une étude d'assistance à maîtrise d'ouvrage. Il doit améliorer la desserte de Notre-Dame de la Garde

La dernière promesse de Jean-Claude Gaudin paraît bel et bien à ranger dans la pile des non-tenues avec l’aquarium géant, la cité de la mer, l’Aréna au marché aux puces ou le casino. Dans un grand entretien à La Provence, la maire de secteur, Sabine Bernasconi exprime clairement son désaccord avec le projet de téléphérique qui doit survoler le 7e arrondissement dont elle a la responsabilité.

L’élue LR semble avoir entendu la voix de certains administrés du 7e arrondissement, très opposés au survol de leur quartier par une cabine remplie de touristes (lire notre article). En quelques lignes qui donnent un titre à l’interview, la maire de secteur dit tout le mal qu’elle pense de ce projet « pharaonique et coûteux » qui risque d’installer un « pylône énorme sur le jardin de la Corderie et des nuisances pour les habitants ».

L’entretien ayant été réalisé avant les vacances de Noël, Sabine Bernasconi n’était pas disponible pour expliquer plus avant son désaccord. Le téléphérique enterré ? Ou un funiculaire, autre variante présente dans le programme Gaudin 2014 ? Mais ce n’était là, reprend la maire, « qu’une image pour illustrer une problématique. Comment désenclaver Notre-Dame-de-la-Garde« .

1,5 million d’euros dépensés en études

Une image qui a déjà coûté plus d’1,5 million d’euros à la Ville de Marseille au fil des études qu’elle a commandées à ce sujet. La première remonte à 2014, la dernière en date est toujours en cours. Confiée à la filiale de la SNCF, Systra, dans le cadre d’une assistance à maîtrise d’ouvrage en mars 2018, elle devait permettre d’étudier la faisabilité du projet, d’évaluer son coût mais aussi, en phase optionnelle de suivre le marché et les travaux, de la conception à la première année d’activité, en 2021. « Le rapport était attendu pour le début d’été, puis la mi-octobre, puis la fin d’année », explique Jean-Claude Rostain, le président de la fédération des comités de quartier du 7e arrondissement, très opposé au projet.

Le riverain n’est d’ailleurs pas très étonné de la teneur des propos de la maire de secteur. « C’est mot pour mot ce qu’elle nous disait lors de notre assemblée générale en novembre, rapporte-t-il. Mais jusqu’à présent, elle n’exprimait pas cette position en public ». Voilà qui est fait, non sans éclat.

Du privé au public

À la Ville, personne n’était joignable pour confirmer ou infirmer les propos de la maire de secteur sur le caractère inutile de ce projet. Justement en charge des grands projets, Gérard Chenoz est injoignable. Le 12 décembre dernier, il confirmait à nos confrères de Made in Marseille que le téléphérique tenait toujours. « Pour ce projet, nous avons fini les assistances de maîtrise d’ouvrage (AMO) et transmis le dossier à la métropole. Le travail continue », indique-t-il. Systra aurait donc rendu copie au moins sur la partie « faisabilité technique » du projet.

Quant à la transmission à la métropole, il doit y avoir encore un peu de viscosité dans les tuyaux puisque le nouveau vice-président en charge de l’agenda de la mobilité, Roland Blum l’assure : « Rien n’a été transféré ». Pour l’heure, c’est toujours la direction générale de l’urbanisme qui a la main au sein de l’appareil municipal « où il est à l’étude », confirme celui qui est toujours adjoint au maire en charge des finances.

Pourtant c’est bien la métropole qui est l’institution compétente dans l’organisation des transports marseillais. D’ailleurs, le téléphérique figure bien à l’agenda de la mobilité métropolitaine au chapitre des « autres modes » de transports que le document prévoit « d’évaluer puis de tester« . Ainsi peut-on lire page 33 qu’un « projet de desserte de Notre-Dame-de-la-Garde, avec un financement spécifique, sera la première occasion de mettre en œuvre ce mode ». Compétence métropolitaine, marché passé par la Ville, qui pilote encore le projet ?

L’ancien VP aux transports (LREM), Jean-Pierre Serrus se veut pédagogue : « Sur certains projets nous faisions tout pour associer les communes aux décisions. C’est le cas pour le bus à haut niveau de service aixois où la Ville est étroitement associée au comité de pilotage ou aux études de la desserte par téléphérique entre l’aéroport et la gare de Vitrolles où c’est le pôle Henri-Fabre qui a la main ». Mais le maire de la Roque-d’Anthéron, sur ce dossier piloté par la Ville, n’a pas constaté « une intense activité du côté des services de la métropole ».

La position de la présidente

À en croire Gérard Chenoz, c’est pourtant la nouvelle présidente, Martine Vassal, qui devra décider si le projet voit le jour où si la desserte de la basilique se fera par d’autres modes, plus ou moins doux. « Aujourd’hui, rien n’est acté. Je ne connais pas la position de la présidente sur cette question », reconnaît Roland Blum. Mais la proximité de Sabine Bernasconi avec la nouvelle présidente fournit vraisemblablement un indice.

Le téléphérique ne figure pas parmi les priorités marseillaises pour lesquelles la présidente du département a sollicité par deux fois le budget de son institution. Entre les priorités des transports, du développement économique et de la lutte contre le logement indigne, le téléphérique apparaît désormais comme un coûteux gadget. Pourtant, en marge de la réunion des amis de Martine Vassal en septembre 2017, le président du groupe de la majorité municipale Yves Moraine appelait de ses vœux la réalisation rapide « du casino et du téléphérique » en plus de la satisfaction des attentes des Marseillais sur des sujets du quotidien pour aborder plus sereinement les élections à venir.

Visionnaire en un sens, l’agenda de la mobilité métropolitaine prévoit la réalisation du petit trait rouge entre le Vieux-Port et la colline de la Garde « avant 2025 » comme le projet de tramway entre La Castellane (16e) et la Rouvière (9e). Largement de quoi en faire une nouvelle promesse pour les élections de 2020…

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE SPECIALE – 2 MOIS pour 2€

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.


A la une

La station de métro Gèze n’ouvrira pas en septembre
Martine Vassal avait raison de se refuser à avancer la moindre date. Mais son vice-président délégué aux transports Roland Blum n'a pas eu cette...
Bus secret de la RTM : on l’appelait « la clandestine »
"Je te conseille plus de prudence quant aux dates de mise en service que tu annonces." La réponse émane d'Eugène Caselli, ancien président socialiste...
Un chantier ferroviaire lyonnais éloigne le port de Marseille de ses clients
Aller vite et être fiable. Voici pour résumer le credo des ports européens pour devenir le point d'entrée des marchandises venues d'autres continents. Un...
Renvoyé en correctionnelle, le militant Kevin Vacher dénonce une décision « politique »
Épuisé mais soulagé. Le militant du collectif du 5 novembre, Kévin Vacher est sorti du palais de justice après plus de 28 heures de...
Marseille, bonne élève de la lutte contre les trafics de stupéfiants ? Pas si sûr
Mardi, trois ministres et un secrétaire d'État "descendaient" à Marseille, annoncés à la dernière minute, pour présenter le nouveau plan national de lutte contre...
La relance accélérée du PPP des écoles paraît mal engagée
En février dernier, le tribunal administratif décidait d'annuler la délibération actant le recours au PPP, partenariat public privé à un milliard d'euros, pour la...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire