Pour l’annulation du projet de démonstration de Formule 1 à Marseille

Pétition
11 Déc 2017 0

Initiée par : Pierre Blanc
Adressée à : Jean-Claude Gaudin, maire de Marseille et Richard Miron, adjoint au sport
Plateforme : Change.org

Depuis quelques années se prépare le retour de la Formule 1 en France… et c’est désormais chose faite puisque 28 ans après la dernière course de Grand Prix sur le circuit du Castellet, la piste va reprendre du service le 24 juin 2018.

En marge de ce Grand Prix est également proposé un projet de démonstration de Formule 1 dans les rues de Marseille. C’est ce qui a été révélé par les médias en novembre 2017.

Un Grand Prix de Formule 1 n’est pas qu’une simple course de bolides qui tournent en rond en négociant au mieux les trajectoires. Un Grand Prix de Formule 1 se mérite ou plutôt se paye et plutôt cher. Il y a d’un côté le coût de la licence à payer à Fomula One Group, la société qui gère les Grands Prix du monde entier, mais ensuite c’est localement que toute l’organisation est prise en charge par la direction du circuit pour assurer sa rentabilité, et les investissements sont lourds.

C’est ainsi que s’est mis en place un GIP (Groupement d’Intérêt Public), sans l’aide duquel le Grand Prix ne serait probablement pas revenu en terre varoise. On y retrouve des acteurs locaux comme la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, la Métropole Nice Côte d’Azur, la Communauté d’Agglomération de Toulon Provence Méditerranée, la Métropole Aix-Marseille, le Conseil Départemental du Var, la Chambre de Commerce et de l’Industrie Régionale, la Chambre de Commerce et de l’Industrie du Var, la Communauté d’Agglomération Sud Sainte Baume, le Département des Bouches-du-Rhône et enfin la société Excelis.

On apprend sur le site www.gpfrance.com qu’un GIP permet à des partenaires publics et privés de mettre en commun des moyens pour la mise en œuvre de missions d’intérêt général. Donc si l’on comprend bien, on va utiliser de l’argent public pour faire la promotion des sports mécaniques (dans un contexte d’augmentation du prix du pétrole et d’augmentation des émissions de gaz à effet de serre…) pour l’intérêt général. « Intérêt Général = Sport Mécanique », vision avant-gardiste de nos représentants politiques locaux. Pour entrer dans le détail, au nom de l’intérêt général, il est aussi proposé à des passionnés (mais aussi contribuables ne l’oublions pas) de payer pour le pass 3 jours sur le Grand Prix entre 64€50 (tarif enfant) pour la simple entrée dans l’enceinte générale et 499€ pour avoir une place en « Or » dans un virage ou sur la ligne d’arrivée…

Ce qui est étonnant c’est la possibilité pour la Métropole Aix-Marseille comme le Département des Bouches-du-Rhône de participer financièrement à un GIP dont l’activité principale ne se trouve même pas sur son territoire. En effet, lors de la séance du 17 octobre 2017, la Métropole Aix-Marseille-Provence a approuvé le versement d’une contribution maximale de 164 400 € à ce groupement pour l’année 2017 puis pour les 3 exercices suivants ces contributions sont estimées à 1 500 000 € par an. Sans oublier les valeurs transmises par la Formule 1 (pollution sonore, émissions de polluants atmosphériques, image dégradée de la femme, promotion de l’alcool et du tabac etc.).

On attend également la position de la Ville de Marseille puisque le projet de démonstration de Formule 1 est en cours, une aubaine pour aller mettre de l’argent que la ville n’a pas. Qui va payer le revêtement spécial pour faire rouler des véhicules qui n’ont éventuellement leur place que sur un circuit automobile sous le balcon de M. Gaudin?

En tant que citoyen.ne.s marseillais.e.s nous souhaitons:

  • une transparence complète sur les dépenses des collectivités dans le GIP pour l’organisation du Grand Prix de Formule 1 de 2018 à 2022
  • Un abandon immédiat du projet de démonstration de Formule 1 dans les rues de Marseille

Carrefour des débats et initiatives au niveau local, L'Agora de Marsactu diffuse des pétitions en lien avec le territoire. Ce contenu est extrait d'une plate-forme externe et ne constitue pas un soutien du journal à la pétition.


A la une

Drame de la rue d’Aubagne : comment la justice a avancé en six mois
Les trois juges travaillent dans la discrétion, patiemment. Ils recueillent un par un les éléments qui, dans plusieurs années, permettront à un procès de...
Enquête judiciaire sur les effondrements de la rue d’Aubagne : le rapport qui accuse
Il est une des pièces-clefs du dossier de Matthieu Grand, le juge d'instruction chargé de l'affaire de la rue d'Aubagne, avec ses deux collègues...
Un projet de décret met à mal la protection de la Sainte-Victoire et de la Nerthe
C'est un petit changement qui pourrait avoir de lourdes conséquences sur le paysage des Bouches-du-Rhône et en premier lieu sur ses sites classés. Le...
Urbanisme : la métropole devra mettre du social dans son plan
La victoire se joue parfois dans les détails. La vice-présidente chargée de l'urbanisme, Laure-Agnès Caradec se réjouit d'un avis favorable "rendu à l'unanimité" des...
L’ex-raffinerie de LyondellBasell de Berre attend toujours sa reconversion
Réparties entre quelques pins et d'immenses cuves d'acier, les dizaines de cheminées éparpillées à l’est de Berre-l’Étang font partie du paysage. Elles s'étalent sur...
Pour le théâtre Toursky, Richard Martin exige une rallonge de Jean-Claude Gaudin
Ils sont venus, ils sont tous là, rassemblés autour de Richard Martin sur la petite scène du Toursky. L'humeur est plus que jamais à...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire