Parce que les cantonales ce n'est pas (que) élire des cantonniers…

À la une
le 19 Mar 2011
7

On l’a dit, écrit, relu et répété, c’est une élection qui ne va pas bousculer les foules. Les médias nationaux, dont les rédactions sont à Paris s’y intéressent peu, les habitants de la capitale ne votant pas. L’actualité entre Libye et Japon occupe bien plus le devant de la scène, et le vote « sec » (sans les conseillers municipaux ou régionaux) ainsi que la disparition programmée dans trois ans de ces conseillers généraux ne favorisent évidemment pas non plus la mobilisation des électeurs.

Au niveau local, pourtant, les médias ont malgré tout fait le job. La Provence, La Marseillaise ont proposé tous les jours à leurs lecteurs une analyse de chacun des cantons. France 3 Provence Alpes a organisé un débat samedi dernier et prépare une soirée électorale demain soir à partir de 20 heures. Pas de soirée prévue dimanche soir sur LCM, mais les JRI (journalistes reporters d’images) ont battu le pavé pendant la campagne et feront le bilan lundi lors d’une édition spéciale.

Service minimum

De leur côté, les états majors des grands partis politiques ne se sont pas beaucoup bougés. Quasiment aucun meeting avec des pointures nationales. Pour l’UMP, seul Jean-François Copé, le secrétaire-général du parti majoritaire est venu faire le service minimum. Tandis que lors de l’inauguration de l’Ecole nationale des officiers sapeurs pompiers d’Aix, Nicolas Sarkozy semblait plus préoccupé par la manière dont il pourrait renaître de ses cendres.

Gaudin a préféré faire sa propre campagne pour son élection à la présidence du groupe UMP au Sénat, que de soutenir ses candidats aux cantonales à Marseille. Il a même passé toute cette semaine en voyage officiel en Israël. Candidat UMP aux cantonales, aide toi, le ciel t’aidera. De toute façon à Marseille comme ailleurs, on a eu des candidats « no logo », ce qui a permis à François Hollande d’en faire un de ses sketchs préférés durant sa stand-up tournée.

Du côté du PS justement, la campagne a bien évidemment été totalement polluée par les affaires. Guérini a passé une grande partie de son temps à jouer au chat et à la souris afin d’éviter les journalistes, locaux et nationaux, allant même jusqu’à annuler au dernier moment des visites de soutien à ses candidats. Il a plutôt fait campagne sur Facebook que sur les marchés. Et malgré le soutien affiché de Martine Aubry à JNG, aucun baron socialiste n’est descendu à Marseille pendant la campagne. Tous ont soigneusement évité la deuxième ville de France. La météo sans doute.

Le buzz Mireille Barde

Du coup, c’est Europe Ecologie Les Verts ( EELV), qui a fait descendre ses pointures. Cécile Duflot, Eva Joly, Noël Mamére, ils sont tous venus à Marseille supporter leurs candidats, alors qu’ils n’ont pourtant aucun conseiller général sortant.
Le FN de son côté, n’a pas vraiment fait campagne, jouant simplement sur l’étiquette Marine Le Pen, en proposant souvent d’improbables candidats comme la désormais célèbre Mireille Barde, dont le quiz vidéo que nous avons réalisé a fait un véritable buzz sur le Web avec plus de 6000 vues sur Dailymotion, et à même été repris dans LCI.

Mélenchon, au nom du Front de Gauche, avec sur ses talons des caméras de Canal+, est lui venu en coup de vent dans la cité phocéenne pour offrir aux candidats une photo souvenir. Et dire tout le bien qu’il pensait de ces « cons de journalistes », comme d’habitude.

Quel sera le niveau de l’abstention ? Quel sera le score du FN ? L’UMP sera-t-elle victime d’un effet Sarko ? Le Guérinigate va-t-il faire du mal aux candidats PS ? Le Front de Gauche et EELV vont-ils en profiter ? Y aura-t-il un effet Fukushima ? On saura tout ça demain soir. Marsactu vous proposera à partir de 19 heures un « live blogging ». Nos journalistes seront à la mairie de Marseille, aux sièges des principaux partis afin de vous tenir informés toute la soirée des résultats et des réactions sur les 11 cantons renouvelables marseillais. Vous pourrez également participer en nous laissant vos commentaires. Rendez-vous donc sur Marsactu demain à 19 heures. D’ici-là, rapide tour d’horizon des cantons marseillais, avec les toujours très risqués pronos d’avant-match :

Les Olives : Christophe Masse va-t-il perpétuer la tradition familiale ?

Christophe Masse (PS) devrait sans trop de difficulté passer en tête le soir du premier tour, et prendre la suite de son père le conseiller général sortant Marius Masse. Même si ces dernières années ont été difficiles pour lui : il a notamment perdu face à Valérie Boyer son poste de député. On se souvient de ses larmes en direct sur les chaînes de télévision le soir de cette défaite. Il va encore une fois devoir affronter une femme à l’UMP, Sonia Léon-Arzano, mais il aura sa soeur Florence Masse à ses côtés comme suppléante. Afin de conjurer le sort ?

Saint-Barthélémy : la nuit de la Saint-Barthélémy pour la gauche et la droite républicaine ?

C’est un des cantons ou le FN pourrait faire mal, très mal, et passer en tête le soir du premier tour. Le FN Stéphane Ravier est très implanté, très expérimenté, et la partie sera  difficile pour le candidat PS sortant Denis Rossi. Vraisemblablement donc un duel PS/FN au second tour, comme en 2004.

Saint-Just : le « Saint-Just  » du PS des Bouches-du-Rhône face au FN ?

Celui dont on dit qu’il pourrait être une alternative à Jean-Noël Guérini à la présidence du CG, si jamais ce dernier ne pouvait pas se représenter – ce qui parait improbable aujourd’hui – ou si il était amené à démissionner en cours de mandat à cause des affaires, ne devrait pas avoir trop de difficulté à se faire réélire. Et comme la fois dernière, face au FN.

Montolivet : veillée funèbre pour l’adjoint aux cimetières ?

Un des trois cantons marseillais (sur les 11 renouvelables) détenus par la droite est en danger, menacé là-aussi par le FN mais aussi et surtout par une dispersion des voix de droite liée à la dissidence du candidat Nouveau Centre Gérard Audibert, et par le candidat EELV Pierre Sémériva, qui pourrait lui créer la surprise, dans un canton qui se boboïse de plus en plus et où il était déjà candidat en 2004 sous l’étiquette PS/Verts.

Les Cinq-Avenues : give me 5 for MAC

Malgré les affaires, ça ne devrait pas être trop difficile pour Marie-Arlette Carlotti de passer en tête le soir du premier tour, malgré un sérieux candidat UMP, Patrick Padovani, médecin social, l’homme « des salles de shoot », et Flora Boulay, la candidate EELV, elle aussi au conseil municipal.

Le Camas : une campagne sale
contre Monsieur propreté ?

On nous l’avait annoncé comme le canton de tous les dangers. Le radical Antoine Rouzaud, un des rares aujourd’hui à Marseille à ne pas avoir rangé dans sa poche son amitié avec Alexandre Guérini, vice-président à la propreté à MPM et également VP au CG, cette fois en charge des sports, se représente dans le fief de Renaud Muselier et de Bruno Gilles, les bêtes noires des Guérini’s brothers. Ceux-ci coachent la benjamine du conseil municipal Marine Pustorino, qu’ils ont envoyé au combat sous la bannière du « choix de l’honnêteté ». Avec derrière elle l’implantation de son père Jean, ex-conseiller d’arrondissement et délégué syndical FO. Une candidate peut-être malgré cela un peu tendre pour faire tomber Rouzaud, qui jusqu’à présent à réussi à passer à travers les mailles du filet judiciaire, alors qu’on annonçait sa garde à vue comme imminente, et qui du coup a fait une campagne sur la pointe des pieds.

Notre-Dame Du Mont : un (hommage) Vert à Dumont ?

C’est sans doute le canton jouable pour EELV et pour son candidat Sébastien Barles, qui a fait une vrai campagne, soutenu par Eva Joly, Cécile Duflot, Laurence Vichnievsky et porté par Fukushima. En face le candidat sortant non encarté mais désigné par le PS Jocelyn Zeitoun pourrait faire les frais du Guérinigate, de la poussée d’EELV et de Marie Batoux la candidate Front de Gauche alliée au NPA, qui n’a pas retenu ses coups contre Zeitoun. On suivra également avec intérêt les scores de Solange Biaggi, la femme chocolat de l’UMP, et Mireille Barde, la nouvelle star du web.

La Capelette : une sortante très capée mais néanmoins en danger ?

Jeanine Ecochard, vice-présidente PS  du conseil général à l’Education part favorite pour son 3e mandat, mais pourrait être victime d’une forte poussée du FN, dans un canton qui votait déjà beaucoup pour l’extrême droite et de la campagne très active de la candidate UMP Catherine Chantelot, soutenue par Guy Teissier et très engagée dans la vie associative en tant qu’ancienne présidente du Téléthon à Marseille.

Sainte-Marguerite : la fleur au fusil pour l’UMP

Autre canton détenu par l’UMP à Marseille, et également fief de Guy Teissier, qui s’est pas mal mobilisé pour soutenir ses candidats, le sortant Didier Garnier ne devrait pas avoir trop de mal à passer en tête demain soir, sans doute suivi du candidat FN. La gauche ayant envoyé au combat un quasi-inconnu, Cédric Matthews.

La Pomme : le PS pas à l’abri d’un gros pépin ?

Le combat de trop pour René Olmeta ? Le candidat sortant PS, qui se presente pour la 4e fois, malgré sa grande expérience, pourrait se faire bouger par des petits jeunes, et notamment par le quadra UMP Thierry Santelli qui pourrait émerger dans un canton où tout le monde est divisé, la droite avec une candidature Nouveau Centre, l’extrême droite avec deux candidats, et plusieurs candidats d’extrême gauche, dans un canton très populaire.

Mazargues : Politik Parc

Le sortant Didier Réault, lui aussi proche de Guy Teissier, adjoint à la Mer de Gaudin, se bat depuis des années pour le parc national des Calanques. Contre vents et marées, ce parc devrait voir le jour à la fin de cette année. Forcément, il va retrouver contre lui l’union sacrée des coalisés anti-parcs, pas forcément calmés par le retrait de la rade Sud qu’il soutenait, des dissidents UMP, il y a là aussi un candidat Nouveau Centre, en passant par l’extrême droite et jusqu’à l’extrême gauche. Cela ne devrait pas empêcher Réault de passer le cap du premier tour, vraisemblablement en compagnie de Bernard Marandat, seul conseiller municipal FN à la mairie de Marseille.

Voilà, à dimanche. Exceptionnellement, Marsactu n’ira pas demain à la pêche et à la place ira voter. En vous invitant à en faire autant.

Cet article vous est offert par Marsactu

Cet article vous a plu ?

Vous seul garantissez notre indépendance

JE M’ABONNE À PARTIR DE 1€

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Surfrider Bouches du Rhône Surfrider Bouches du Rhône

    Merci pour la nalyse.
    Moi, j’irai, au premier tour il y a du choix !

    Signaler
  2. Zorba Zorba

    Allez Pierre, merci pour cette synthèse. Nous aussi on ira voter. On vous promet des surprises.
    Et pour Saint-Just mort guillotiné, vous savez qu’il avait mis toute son énergie à rétablir la concorde au sein du comité de salut public.Tout un programme, car ce qui fait souvent défaut est le courage de défendre ses idées!

    Signaler
  3. druide67 druide67

    quelle mascarade ces élection quand on voit se qui se passe au conseil général!

    Signaler
  4. Jojomigrateur Jojomigrateur

    Si j’ai bien compris les conseils de l’iconographe de marsactu, il faut aller voter Paris Hilton… Excellent choix quand on voit certains candidats !

    Signaler
  5. DALLO DALLO

    Je suis bien content de ne pas aller devoir voter pour tous ces candidats : tellement de médiocrité et de malhonnêteté réunies …

    Signaler
  6. Majid BENSAÏD Majid BENSAÏD

    L’important ce n’est pas maintenant, c’est pour bientôt. A bon entendeur…

    Signaler
  7. liseron duveteux liseron duveteux

    Que faut-il entendre?

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire