Pape Diouf : "le foot français est raciste". L'OM : "chez nous ça n'existe pas"

À la une
le 2 Mai 2011
7

Une info chassant l’autre, la mort de Ben Laden va peut-être faire passer la polémique au second plan. Pourtant c’est un gros, gros buzz médiatique qu’a déclenché le site internet d’information Médiapart (dont nous sommes partenaire) en fin de semaine dernière. Le football français est-il raciste ? Ou plus exactement certains (hauts) dirigeants du foot hexagonal ont-ils, même d’une façon involontaire, essayé de mettre en place des critères de discrimination à la sélection des futurs joueurs ?

Comme l’analysent Les Cahiers du football, « la retranscription (d’une réunion publiée par Médiapart, ndlr) ne comporte pas de propos explicitement racistes, et elle n’apporte pas la preuve que le système de quotas envisagé a été mis en chantier. Mais le dialogue révèle des conceptions et des modes de pensée consternants à ce niveau de responsabilité au sein du football français et, de glissement en glissement, il témoigne d’une racialisation de la question initiale – celle de la binationalité – au travers d’une inquiétante vision de la formation des joueurs. »

Laurent Blanc, le sélectionneur national a d’ailleurs présenté ses excuses –  »si, en ce qui me concerne, j’ai heurté certaines sensibilités je m’en excuse » – tout en rejetant vigoureusement les accusations de racisme ou de xénophobie. Quant au DTN (le directeur technique national) il a été provisoirement suspendu de ses fonctions à la demande de Chantal Jouano, la ministre des Sports. Le même jour, le député de Seine-Saint-Denis et président de la Fondation du football Patrick Braouezec a été chargé d’une commission d’enquête, en parallèle d’une investigation de l’Inspection générale jeunesse et sport, qui présenteront leurs conclusions sous huit jours.

L’Equipe titrait ce matin « Un profond malaise« . Et comme d’habitude à l’OM, qui était pourtant mis en cause par Médiapart dès ses premières révélations jeudi dernier , on a préféré, dès qu’il s’agit d’un sujet pouvant mettre le club en difficulté, jouer le désormais traditionnel « circulez y a rien à voir à la Commanderie ». Retour sur le (très mauvais) plan de com’ de l’OM.

Silence radio à l’OM

Le 28 avril, Médiapart envoie sa grosse reprise de volée , une enquête signée Fabrice Arfi, Michaël Hadjenberg et Mathilde Mathieu et intitulée « Foot français, les dirigeants veulent moins de noirs et d’arabes ». L’OM, ou plus exactement son centre de formation est clairement mis en cause : « la discrimination cachée que les clubs professionnels de Lyon et de Marseille auraient déjà commencé à appliquer officieusement », aurait confié Erick Monbaerts ( le responsable des Espoirs) à la DTN, selon les journalistes. Dans le même article, Rémi Garde, le directeur du centre de formation lyonnais dément vigoureusement. Quant aux Marseillais, silence radio : « le club marseillais n’a pas répondu à nos sollicitations« .

Avec pourtant des dirigeants qui ont l’habitude des médias. Jean-Pierre Foucault est le président du Centre de Formation et Jean-Claude Dassier, le président du club, est l’ancien patron de LCI. Ils connaissent la musique, mais ne voient pas que la machine médiatique va s’envoler. Bien au contraire, Dassier s’enfonce le lendemain avec des propos à l’emporte-pièces, il est vrai aujourd’hui sa marque de fabrique, recueillis par Olivier Bertrand le correspondant local de Libération, et mis en ligne sur libémarseille : « c’est pathétique de conneries, un Everest de sottise« , réagissait l’ancien journaliste à un article, qui selon Libé, il n’avait même pas lu, mais continuant à dénoncer « un coup médiatique pour faire vendre des abonnements« . Fabrice Arfi, le journaliste de Médiapart lui répondant du tac au tac, toujours dans Libé «  il ferait mieux de lire les articles avant de parler« .

Présent, le même jour, au conseil régional pour présenter la coupe de la Ligue, Dassier a même évoqué le centre de formation, mais pour glisser des allusions appuyées au président Michel Vauzelle comme quoi l’OM avait à tout prix besoin d’un « grand centre » mais que, les fins de mois étant difficiles, le club aurait bien besoin d’un peu de soutien des collectivités… Du côté du sportif, même stratégie sur l’air de la calomnie. José Anigo la manageur sportif se fendait sur le site officiel du club OM.net, le lendemain des révélations de nos confrères d’un laconique et définitif  » C’est honteux…. le club ne fera aucune déclaration« .

Fermez le ban. Nous à l’OM, comme d’habitude on a rien à nous reprocher. Pourtant, sous la pression médiatique, dans un deuxième article publié dès samedi matin, Mediapart montrait qu’ils avaient manifestement des preuves de ce qu’ils avançaient (vraisemblablement des enregistrements de réunions). Et en remettaient une couche, y compris sur le centre de formation de l’OM, avec des extraits d’une réunion qui se serait tenue le 8 novembre 2010, à laquelle auraient participé les plus hauts dirigeants du foot français, dont Laurent Blanc, Erick Monbaerts le sélectionneur des « espoirs », et François Blanquart le DTN,  toujours sur cette affaire de « quotas » . Magnéto Médiapart :

François Blaquart: On peut baliser, en non-dit, sur une espèce de quota. Mais il ne faut pas que ce soit dit. Ça reste vraiment que de l’action propre. Bon voilà, on fait attention. On a les listes, à un moment donné…Erick Mombaerts: Il faut qu’on s’attaque au problème, quand même !Laurent Blanc: Moi c’est pas les gens de couleur qui me posent un problème. C’est pas les gens de couleur, c’est pas les gens nord-africains. Moi j’ai aucun problème avec eux. Mais le problème, c’est que ces gens-là doivent se déterminer et essayer qu’on les aide à se déterminer. S’il n’y a que des – et je parle crûment – que des blacks dans les pôles (de jeunes, NDLR) et que ces blacks-là se sentent français et veulent jouer en équipe de France, cela me va très bien.Erick Mombaerts: Mais ça, on ne peut pas savoir à 13 ans, quand ils rentrent dans nos structures. On ne peut pas savoir. Ils vont te dire qu’ils se sentent français.Laurent Blanc: Tu peux les aider à s’identifier…François Blaquart: Il faut identifier. Parce que bon, c’est pas la couleur qui fait… Il y a des gens qui sont, de toutes façons et fondamentalement, de souche française.Laurent Blanc: Mais bien sûr. Aussi français que toi et moi.François Blaquart: Et puis la deuxième chose, je rejoins ce que dit Laurent: sur l’état d’esprit, il faut effectivement gratter un peu…Erick Mombaerts: Oui, enfin ça va pas être simple. Je crois qu’il vaut mieux s’auto-limiter. Il y a bien des clubs comme Lyon (l’Olympique lyonnais, NDLR) qui le font dans leur centre de formation. Ils le font systématiquement. J’étais à Marseille là. Et Henri Stambouli (le patron du centre de formation de l’OM, NDLR) le met en place sur Marseille. Pareil, ils vont limiter le nombre. Voilà. Les clubs, ça y est, ils sont en train de réfléchir. Et ils vont le mettre en place aussi. Ils le supportent plus.

Pape s’en mèle

Depuis, l’OM semble rester sur sa ligne de défense habituelle « no comment ». Plus inquiets par leur match nul contre Auxerre. En revanche, il y a un ancien président de l’OM, et non des moindres, qui a fait entendre une petite musique bien différente ce week-end sur RMC . Il s’agit bien sur de Pape Diouf, le seul président « black » de l’histoire à jamais avoir dirigé un club de Ligue 1, prédécesseur de Dassier, et qui comme d’habitude a laissé la langue de bois au vestiaire : « J’ai pris connaissance de ce débat qui est, à mon sens, un faux débat. La vérité est simple. Le football français est à l’image de la société, il est raciste et il exclut. Quand on voit que des joueurs noirs dotés dotés d’une grande capacité de suggestion prétendent un jour embrasser la carrière d’entraineur on n’en veut pas ».

Contacté par nos soins, le club botte en touche : « on a déjà fait un communiqué, il n’y a rien de plus à dire : chez nous cela n’existe pas et tous ceux qui en doutent peuvent venir s’en rendre compte lors d’un entraînement au centre de formation« . Lors de sa visite à Marseille, Erik Mombaerts, qui sur Europe 1 ne semblait pas voir où était le problème à limiter à 30% la part de bi-nationaux, a peut-être eu droit à un peu plus qu’un aperçu d’une séance d’échauffement…

Actualisation à 14h : Nassurdine Haidari, adjoint aux Sports de la mairie du 1/7 à Marseille (PS) et délégué en Paca du conseil représentatif des associations noires (Cran), souhaite rencontrer Jean-Claude Dassier « pour en parler ». Pour lui, « c’est une occasion de poser ces questions-là. Quand on (Laurent Blanc, ndlr) dit, »on a des discussions à bâtons rompus », c’est quand même là que se définit la stratégie du foot français. Moi à bâtons rompus je ne suis pas antisémite… Aussi, quand il n’y a pas de diversité au sein de ces postes à responsabilité, on se lâche plus facilement. En politique aussi d’ailleurs, « à bâtons rompus » j’en ai entendu des vertes et des pas mûres. »

Concernant la stratégie de défense de l’OM, « on ne peut pas juste dire « ça n’existe pas », quand on sait que ceux qui ont démenti ont petit à petit changé de discours. Et on ne veut pas venir voir des Noirs qui s’entraînent ce qui voudrait dire qu’il n’y a pas de problème », lance-t-il. « On est dans une ville où le foot est quasi-religieux, et à part Pape Diouf il n’y a eu aucune réaction, les Marseillais sont comme tétanisés. Marseille voudrait se penser comme métissée, diverse, mais pourtant c’est là que le FN a fait ses meilleurs scores », ajoute-t-il.

Voici sa tribune :

Actualisation lundi 2 mai à 17 heures. Notre confrère Sylvian Poncet de PadawanProduction, nous signale la réaction de José Anigo enregistrée hier soir lors de OM Auxerre, et qui sort de son « no comment » et donne au passage une belle leçon de journalisme à son Président,  » Si Médiapart sort ça c’est qu’ils doivent avoir des billes… » on est loin de l’Everest de sottise… » de Dassier

https://dailymotion.com/video/xiiawc

Avec en bonus la réaction de Basile Boli, toujours par PadawanProd

 

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Evan Evan

    A Marseille, on vit sur des clichés : la vie est douce à Marseille, la plus belle ville du monde puisqu’il y a le soleil, la mer, les boules, le pastis, l’OM, la vie associative, grâce à Euromed le développement économique est fulgurant et on va dépasser Barcelone…
    L’OM va passer entre les gouttes avec ces mêmes clichés qui ne tiennent pas la route : Marseille est une ville cosmopolite où il n’y a ni problème de racisme ou de ségregation. Le stade est lieu de communion, de mixité ethnico-sociale et de fraternité entre les hommes. L’OM permet de sublimer tous les problèmes et toutes les différences. Au PSG le nazisme, à l’OM la diversité, etc…
    Pourtant, il y a des assertions troublantes dans ce compte-rendu de la FFF. Et qui, si elles s’avèrent exactes, ne sont franchement pas glorieuses pour le club et Henri Stambouli

    Signaler
  2. chris chris

    @Evan: “L’OM va passer entre les gouttes” parce qu’il suffit de regarder la composition de ses équipes de jeunes pour s’apercevoir qu’il n’y-a pas de quotas imposant une limite de joueurs d’origine étrangère.
    La formation française privilégie actuellement les jeunes ayant certaines qualités physiques (puissance, explosivité …), les jeunes doués techniquement, avec un sens du placement ou de l’anticipation supérieur à la moyenne mais qui n’ont pas ce bagage physique sont généralement recalés des meilleurs centres de formation, je citerai notamment l’exemple de Griezmann ou Valbuena, pour deux cas qui ont réussi malgré tout à percer grâce à une grande persévérance, combien d’internationaux potentiels sont restés sur la touche ? Il n’y-a donc rien de scandaleux à passer d’une forme de discrimination (privilégier le physique) à une autre (privilégier la technique).
    Bien entendu, je ne cautionne pas l’amalgame qui consisterait à dire que les jeunes d’origine africaine ont avant tout des qualités physiques et que par conséquent exclure ce profil c’est forcément limiter leur nombre dans les centres de formation. Les gens de la DTN savent très bien qu’une telle affirmation est fausse, avoir des qualités physiques n’est pas exclusives d’autres qualités. En conséquence, je doute de la totale exactitude des propos publiés par Mediapart

    Signaler
  3. Jimbo Jimbo

    Bonjour
    une précision : Mediapart ne dit pas que les centres de formation de Marseille et Lyon ont déjà des quotas. Les auteurs relatent ce qu’a dit Mombaerts

    Signaler
  4. etranger 30 etranger 30

    Attention, L. BLANC n’a peut être forcément tort !!
    Il faut savoir que sur 23 joueurs (avec les remplaçants) composant l’équipe d’Algérie, lors de la dernière coupe du monde de foot ,18 ont été formés en France avec nos impôts et nos cotisations puis ont opté pour la nationalité algérienne C’est cela que L. B. veut faire cesser et il trouve de plus que les critères de repérage des jeunes ne sont pas forcément les bons. Il souhaiterait se rapprocher des criteres espagnols par exemple.

    Signaler
  5. M34 M34

    L’analyse de “chris” concernant les critères retenus est réelle.

    Signaler
  6. liseron duveteux liseron duveteux

    Pape Diouf,serait d’accord avec José D’arrigho,Marseille n’est pas en France.

    Signaler
  7. Evan Evan

    Sur la même voie que dans un com précédent, pour évaluer la validité de l’argument économique, j’aimerai que soit évalué pour les bi-nationaux qui n’évoluent pas en équipe de France :
    – le coût réellement supporté par la collectivité
    – ce qu’il rapporte en impôts, taxes et cotisations à la collectivité quand ils évoluent en Ligue 1 (ils contribuent à la création du chiffre d’affaires de leur secteur d’activité)
    – ce qu’il rapporte lorsqu’ils sont transférés dans un championnat étranger (flux financier de l’étranger vers la France)
    – ce que les bi-nationaux expatriés injectent dans l’économie nationale. Ils ont beau être sélectionnés par d’autre pays, leurs attaches (familiales notamment) sont quoiqu’on en dise en France. Il n’est pas illogique de penser qu’ils y investissent une partie de leurs revenus gagnés à l’étranger ou simplement qu’ils consomment une autre partie de ses mêmes revenus lors de leurs passages en France.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire