Où vote-t-on le plus FN à Marseille ?

À la une
Benoît Gilles
13 septembre 2013 9

Avec Marseille comme terre d'accueil de ses universités d'été le FN est bien plus proche de son électorat que ne l'étaient les écologistes fin août. Dans un récent sondage, Stéphane Ravier est crédité de 25% des intentions de vote, devant le PS. Depuis de nombreux scrutins, ce cadre commercial sillonne les zones résidentielles des 13e et 14e arrondissements où il est fermement implanté. Au point d'avoir failli ravir sa circonscription à Sylvie Andrieux, lors des dernières législatives en 2012.

Une tête de liste exemplaire de la stratégie d'implantation du Front national. Le parti d'extrême droite est durablement installé dans les arrondissements périphériques de la ville. C'est ce dont témoigne la carte que nous publions, grâce aux données du projet de recherche Cartelec, qui descend jusqu'à l'échelle de base de la démocratie locale : le bureau de vote.

Aux régionales de 2010, dernier scrutin que nous prenons en compte, les quartiers où le FN dépasse les 30% au premier tour sont situés soit à l'Est, dans les anciennes terres industrielles de la vallée de l'Huveaune (9e, 10e, 11e et 12e), soit au nord où on retrouve les lotissements et noyaux villageois sillonnés par Stéphane Ravier. Le parti ne fait régulièrement plus de 20% qu'une fois passée la ceinture du Jarret. C'est un peu moins vrai au Nord, où l'emprise débute dès la Belle-de-Mai et Saint-Mauront.

Bureaux de vote où le FN comptabilise plus de 30% en 2010 (cliquez pour voir les scores aux autres élections) :

A l'Est, on retrouve un habitat pavillonnaire né sur les terres laissées en friche par l'ancien tissu industriel désormais éteint, des zones moins bien reliées aux réseaux de transports collectifs. C'est là aussi que l'on retrouve de nombreuses résidences fermées ou en cours de fermeture. Un autre point est intéressant à noter. Sur la carte complète, les zones sombres – les bureaux de vote où le FN est fort – prospèrent autour d'enclaves claires : les cités (La Busserine, Saint-Paul, La Savine, Air Bel, La Cayolle…) où le parti chute vertigineusement.

Score du FN au premier tour des régionales, par bureau de vote (cliquez sur l'image pour agrandir) :

Scores FN régionales 2010

Le 16e arrondissement, toujours au nord de la ville, semble résister à cette analyse. En tout cas, le FN n'y connaît pas les mêmes hausses. Le 8e présente lui aussi un visage constrasté, de larges quartiers restant encore acquis à l'UMP. Enfin, le centre-ville de Marseille semble épargné par la flambée, à l'exception notable de la rive nord du Vieux-Port et d'une partie du 7e arrondissement.

Il est troublant de noter que cette sorte de force centrifuge électorale tend à se renforcer au fil des scrutins, au fûr et à mesure que le niveau global du FN grimpe. Entre 2007 et 2010, les plus fortes progressions sont enregistrées hors de la première couronne, en particulier dans les 9e et 10e arrondissements.

Bureaux de vote où le FN a gagné plus de 15 points entre 2007 (présidentielle) et 2010 (régionales) en pourcentage des exprimés (cliquez pour voir les scores aux élections intermédiaires) :

Les stratèges du parti n'ont de toute manière pas à s'inquiéter de cette désaffection persistante des arrondissements centraux de la ville. Le gros de la croissance urbaine de Marseille se fait dans les trois secteurs (9/10, 11/12 et 13/14) où il a le vent en poupe. En plus du symbole espéré d'une mairie 13/14 aux couleurs de Marine Le Pen, ils fournissent à eux trois 44 des 101 conseillers municipaux. En parvenant à s'y maintenir au second tour, le FN serait sûr d'y récolter bien davantage que le siège aujourd'hui isolé de Bernard Marandat.

9
commentaires

Commentaires

Abonnez-vous pour voir les commentaires.

  1. Anonyme

    j’habite en plein dedans… Bon Secours, 14ème, un quartier villageois méconnu où il fait bon vivre pourtant, mais vieillissant et ceinturé par des poches de pauvreté extrême (au sud Belle de Mai et Saint Mauront, au nord les premières grosses cités. Je ne vote pas FN, mais je crains que la situation ne s’y dégrade si rien n’est fait pour attirer les classes moyennes

    Signaler
  2. Anonyme

    j’habite le 8eme.
    Résidence dites bourgeoise, une seule famille de chance pour la France « d’après les bobos de gauche ».
    déjà 4 apparts a la vente, et le mien au printemps prochain.
    Boite aux lettre casées, fumette dans le hall, ouverture des portes a coup de pieds.
    Que du bonheur.!!!! j’ai 60 ans et passé l’âge de me battre.

    Signaler
  3. ALAIN PERSIA

    Très juste analyse .
    Contrairement à ce qu’il clame S.RAVIER ne gagnera ni Marseille ni son secteur .
    Dans le 15- 16 même s’il a la chance d’avoir face à lui un tandem médiocre en la personne du parachuté MIRON et de l’inévitable REDMANIA PRESIOZI pistonnée par Paris, S.RAVIER va subir l’union sacrée de toutes les forces de gauche et de tous les républicains qui, comme moi, ne veulent pas que s’installe une gestion désastreuse comme çà a été le cas partout oû le FN a géré une municipalité .
    Toutefois le FN aura une dizaine d’élus ce qui va rendre le ville ingouvernable.
    La faute à GAUDIN qui refuse de partir malgré un bilan calamiteux!

    Signaler
  4. Céhère

    Mouais… ce n’est pas très parlant. Ce sont les white trash qui votent fn, bon, pas une révélation.
    Par ailleurs il y a un problème avec cette représentation de Marseille. Il faudrait travailler avec la carte de la tâche urbaine et pas la carte de la commune entière, parce que ça tord les représentations… Le vote fn à 36% dans la calanque de Sugiton, ce sont les loups et les daurades qui protestent contre l’invasion des mérous (+30% en un an !)?
    Demandez à l’Agam, ils l’ont ce fond de carte.

    Signaler
  5. savon de Marseille

    Tout le monde s’en fout… car le découpage des secteurs Marseillais est tellement bien « agencé », que le FN ne peut pas dépasser les 12 conseillers municipaux, calculette en main.! C’est la seule ville qui englobe 2 arrondissements pas secteurs :plus tordu que çà , y a pas en FRANCE. Sauf si le Front Républicain éclate parci-parlà : et là , panique ! .Les téléphones chauffent et :certains vont se vendre cher.

    Signaler
  6. FONFON

    Dimanche de 10h a 17h vous pouvez participer au colloque ACFN au docs des sud avec Virginie Martin,François Kalfon,Sébastien Logier,Pierre Berge,Maléki Bouthi,Sandrine Mazetier,Juliette Meadel et Patrick Mennucci.

    Signaler
  7. Anonyme

    Que des électeurs apportent leur bulletin aux sbires de cette mégère excitée dont le programme économique est complètement fou et incompétent (sortir de l’euro pour revenir au vieux franc !!!), voilà qui donne une indication sur le nombre de jobards qu’il y a en France.

    Signaler
  8. antipropagande

    Déjà qu’avec l’UMP Marseille est en faillite ( comme le Pays … ) il ne manque plus que le FN gouverne pour que l’on mette définitivement la clef sous la porte et remplace la Grèce dans le déclin . Les marseillais râlent mais ne veulent pas se suicider !

    Signaler
  9. louise

    Votre analyse oublie un élément essentiel, depuis 2012, les socialistes ont abaissé le palier pour accéder au 2e tour, il suffira au FN de réaliser 10% des inscrits. Vous pourrez donc vraissemblablement les compter au 2e tour dans les 8 secteurs ! L’UMP devra donc affronter la gauche en triangulaire partout et pas seulement dans quartiers nord et est comme vous l’annoncez.

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot-de-passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire