"On n'a plus d'argent pour construire des métros"

À la une
le 26 Mar 2013
16

La ligne 2 du métro ira bientôt jusqu'au boulevard Capitaine Gèze. Eugène Caselli, le président de la communauté urbaine et Karim Zéribi, le président de la RTM, ont présenté ce lundi le projet devant toute la presse. Si les sourires sont de mise, la réalisation ne constitue pas vraiment de gros chamboulement : Bougainville-Gèze, cela représente 900 mètres soit une station supplémentaire qui jouxtera l'actuel dépôt de la RTM. Alors pour ficeler le paquet, chacun se lance dans des conjectures sur les futurs aménagements nécessaires, par exemple "vers l'hôpital Nord", insiste Zeribi.

Problème, à Marseille, "on n'a plus d'argent pour construire des métros", admet aisément Eugène Caselli. L'hôpital Nord, c'est a minima "600 millions d'euros", estime le patron de MPM. La question est donc désormais de savoir comment on peut financer ce genre de projet jugé indispensable comme cela a été répété lors du dernier consei communautaire, vendredi : le métro vers le Nord et le Sud comme le tram jusqu'à Dromel.

La piste la plus évidente est bien sûr de solliciter l'État qui, en annonçant en grande pompe un budget de 30 milliards pour le grand Paris a fait rougir d'envie autant que de colère les élus marseilllais. Chacun y est allé de son couplet sur le parisianisme. Il est vrai qu'au regard des 50 millions supplémentaires promis en cas de création de la métropole, l'inéquité de traitement apparaît criante.

Une taxe bureaux marseillaise ?

Mais il serait trop simple de résumer cette manne financière à un présent de l'État à sa capitale. Le grand Paris aura aussi ses recettes propres avec notamment l'intégralité de la taxe bureaux : l'argument a été brandi ces jours-ci par un Patrick Mennucci désireux de défendre le gouvernement socialiste dans la séance de tir aux pigeons du dernier conseil municipal. Le député et maire PS du 1/7 a même fini par demander que la future métropole puisse bénéficier d'un tel système quand bien même le texte actuel ne prévoit aucun prélèvement supplémentaire pour financer la structure.

Son principe est assez simple : cette taxe concerne "les locaux à usage de bureaux, les locaux commerciaux, les locaux de stockage et les surfaces de stationnement". Les entreprises qui occupent le moins de surface ne paient rien et plusieurs zones sont fixées afin de ne pas imposer autant les entreprises installées dans des banlieues plus pauvres que celles de la Défense. Le futur grand Paris devrait récupérer ainsi un peu plus de 600 millions d'euros, soit l'équivalent d'un tramway capitaine Gèze – Hôpital Nord chaque année.

À l'heure où le patronat plaide pour l'implantation de sièges sociaux en Provence, instaurer ce nouveau prélèvement ne reviendrait-il pas aussi à se tirer une balle dans le porte-monnaie ? "Je ne sais pas si c'est cette taxe-là qu'il faudrait, pondère Patrick Mennucci joint au téléphone, mais il faut bien faire quelque chose vu qu'on n'a plus d'argent." Même discours pour Caselli et Zeribi très en phase sur ces sujets : "On pourrait peut-être envisager un relèvement du plafond du versement transports. Aujourd'hui, on est au taquet. La loi ne nous permet pas d'aller plus loin". Cette contribution des entreprises rapporte déjà plus de 100 millions d'euros annuels à Marseille Provence métropole, soit "à peu près le chèque d'équilibre versé par la communauté urbaine à la RTM", souligne Zeribi. À Aubagne, son doublement a permis de financer la gratuité de ses transports en commun.

La droite veut cibler les priorités

Classiquement, à droite, on se montre réticent à toute ponction supplémentaire sur les entreprises. Ainsi, Lionel Royer-Perreault, conseiller communautaire proche de Guy Teissier, préfère parler priorités et rentabilité. Cela correspond à l'habituel tacle des hommes du 9/10 sur l'extension du tramway rue de Rome. L'élu UMP y ajoute le batobus "qui coûte 2 millions d'euros et en rapporte 400 000" et même le Vieux-port "qui aurait dû être l'aboutissement d'un nouveau plan de circulation du centre-ville et non un point de départ. Avec le Vieux-port et le tramway rue de Rome, vous payez la moitié du métro vers Saint-Loup. Et si vous avez la moitié, les banques seront plus facilement enclines à vous payer l'autre moitié."

Royer-Perreault – comme ses collègues de gauche – insistent surtout sur la nécessité d'une ligne rentable "vers les quartiers à potentiel de développement urbain" et non sur des trajets "qui répondent à une clientèle électorale". "Le métro vers La Fourragère, c'est 6 000 usagers par jour quand on tablait sur 20 000", souligne comme en écho le président d'une régie des transports qui a aussi devant elle une embûche financière inévitable : le renouvellement prochain pour près un demi-milliard de ses rames de métro.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Vero laplage Vero laplage

    Par contre on a de l’argent pour Mme Chabada, et oui… le mari de Mme Chabada est l’ami de celui dont la femme a été embauchée à Chabada et qui peut aider l’homme qui a encore toutes ses chances à en avoir encore plus…. Ahhhhhhh….. Ben oui pas de fric pour l’interet général mais par contre le robinet bien ouvert pour les intrets particuliers de quelques uns…

    Signaler
  2. silvano silvano

    C’est facile de venir jouer les “pleureuses” devant les caméras (c’es la faute de l’Etat,…) alors que des choix plus que discutables ont été fait ces dernières années en terme de transports en communs :
    1. extension du la ligne 1 vers la Fouragère dans des zones où la densités urbaines ne sont ps is importantes et où il était imposible d’y concevoir un quelconque “parking-relai”, notamment en l’absence de L2 (vous imaginez vous, déposez votre voiture en venant d’Aubagne,…). Une simple extension jusqu’à la Blancarde autait été suffisante (c’est un vrai pole multimodal, métro-tram-train…)
    2. construction du tracé du tramway T2 vers la Joliette : doublon avec le réseau métro. certes le projet à accompagner la requalification de la rue de la République et de la Joliette et la désserte de CMA-CGM).
    3. tracé du tramway Rue du Rome.

    A la place, il aurait pu être pertinent :
    – de prolonger le tramway des caillols à la Valentine (avec un véritable “parking-relais” d’entrée d’agglo)
    – de prolonger le métro vers St-Loup et/ou vers Bonneveine (zones à fortes densités de popultaion)
    – de prolonger le métro 2 vers le nord, tel que cela est évoqué dans l’article.

    Signaler
  3. Bilo Bilo

    2016 ? jusqu’alors c’était 2014 qui était annoncé, ça avance pas vite dans cette ville

    sinon, à l’attention de la rédaction, je sais que c’est un peu compliqué de classer les articles, mais dans le domaine des transports, il y en a dans la rubrique politique (cas présent), environnement et urbanisme (qui me semblerait le plus approprié), ce qui n’aide pas à leur suivi dans le temps

    Signaler
  4. jexprime jexprime

    Comment Monsieur Caselli peut il faire semblant aujourd’hui de découvrir qu’il n’y a pas de moyens pour financer le métro, lui qui était sur les listes de Guerini en 2008 qui promettait le métro des Pennes à Luminy !!!
    On nous aurait menti ? !!!!!!

    Signaler
  5. Anonyme Anonyme

    Ceux qui ont poussé à faire le métro et le tramway vers leurs petits copains de Saint Barnabé qui ne se déplacent pas autrement qu’en 4×4, qui dépensent des fortunes pour faire passer un tramway rue de Rome, qui freinent des 4 fers depuis + de 20 ans la réalisation de la L2 et du boulevard urbain sud pour que suez eiffage et consorts encaissent le maximum, ceux-là devraient être condamnés à habiter aux Bourrely, ou à Saint Joseph, ou à la Valbarelle, ça leur ferait tout drôle à ces enf…..

    Signaler
  6. Anonyme Anonyme

    Les 403 millions donnés avec NOTRE argent à Nanard Tapie par Sarkozy, au mépris de la décision de la Justice, ça représente au moins deux stations de métro.

    Ne pleurez pas, vilains jaloux, grâce à ce fric que vous avez donné à Nanard vous aurez dans le Vieux-Port le grand yacht que vous lui avez offert, et vous aurez à lire un grand quotidien La Provence-Nanard.

    Alors vous n’allez pas pleurer pour deux stations de métro …

    Signaler
  7. M34 M34

    Le tram jusqu’à Castellane c’est à terme la possibilité de le prolonger jusqu’à Luminy

    Signaler
  8. Trésorier Trésorier

    Plusieurs commentaires :

    – les transports dans Marseille pourraient être largement fournis par les voies ferrées, si elles étaient adaptées ;
    – Defferre et ses collègues de banlieue ont refusé la CU dans les années 60 : on a tous perdu la majoration de DGF de l’Etat (riche lors des 30 glorieuses) et les recettes de TP des communes de banlieu, qui y ont été dilapidées en pur clientélisme. On se retrouve tous aujourd’hui à sec, dans une conjoncture économique en crise et un Etat impécunieux (pour ne pas dire en faillite) ;
    – il est inadmissible dans ce contexte de doubler le métro par le tram;
    – il est inadmissible dans ce contexte de tripler métro et tram par des BHNS ;
    – pour accroitre la vitesse commerciale des bus, pouquoi les voies de bus ne sont elles pas plus nombreuses ? Pas plus protégées ? Pourquoi les arrêts de bus ne sont ils pas protégés ? Pourtant, plus la vitesse commerciale est forte, plus MPM économise d’argent. C’est d’ailleurs l’argument qu’elle a utilisé pour augmenter le prix du ticket solo dans les bus… ;
    – pourquoi avoir abandonné nos deux lignes de métro avec 3 terminus en aérien et donc non extensibles ?
    – on pourrait financer nos TCSP par des taxes routières à l’entrée de la ville, une réduction des effectifs de territoriaux, une productivité accrue des agents de la RTM, une réduction des reversements de MPM à ses communes membres (point le plus important). Lors de la constitution de MPM, les communes ont obtenu, de peur de se faire bouffer et voler par les pauvres marseillais, de récupérer la plus grande part des recettes de MPM. Les compétences transférées ont été sous estimées par les communes, ce qui entraîné des charges imprévues pour MPM (d’ou les impositions nouvelles sur les ménages et l’accroissement des taux d’imposition. Il faut revenir sur ses privilèges et rendre cet argent à MPM.
    – la métropole apportera aussi son écot au financement des TCSP sur Marseille.

    Signaler
  9. libertysurf libertysurf

    J’ai aimé vous lire voilà quelques-uns des commentaires de fond qui grandissent le débat.

    Signaler
  10. silvano silvano

    Pour dépasser le débat/constat des choix très contestables en matière de TC à Marseille ces dernières années, il me semble qu’il faut désormais préparer l’avenir.
    L’enjeu des TC est énorme tant le poids budgétaire de la voiture deviendra demain insupportable pour les foyers…. Et pourtant il faudra bien continuer à se déplacer.
    Cet enjeu des TC n’est pas propre à Marseille, même s’il est encore plus prégnant ici, mais la métropole parisienne n’est pas super bien loti (vous aimez vous prendre les RE ?…).

    On voit que le nerf de la guerre c’est la capacité d’investissement de l’Eta et des Collectivités territoriales. Les budgets des CT sont très contraints (comme leur capacité d’emprunts) et il n’est pas raisonnable d’envisager des impositions supplémentaires sur les citoyens.
    Aussi, il me semble qu’il faille trouver des ressources financières astucieuses, et pourquoi nos chers élus ne feraient pas des propositions en ce sens, plutôt que de venir pleurer sur Twitter ou devant les caméras.
    – J’ai lu que que quelqu’un proposait, dans un précédent message des taxes routières à l’entrée de la ville. Les péages urbains existent à l’étranger (Londres, en Suède) mais en France ce n’est pas autorisé par la loi. Le maire de Lyon et Président du Grand Lyon, dont son agglo est une des mieux pourvus en matière de TC, réclame de pouvoir à mettre en place depuis des années.
    – Autre proposition par exemple, instaurer (au niveau national bien sur), une taxe sur les plus-values immobilières dans les quartiers desservis récemment par un tram ou métro, comme cela existe en Angleterre. Je trouve cela totalement justifier, car ce sont quelques propriétaires qui récoltent les fruits d’un investissement public (nos impôts donc). Les fruits de la taxation servirai à investir dans de nouveaux TC structurants.
    – Autre proposition, la mise en place d’une vignette sur les véhicules à grosses motorisations, SUV, 4×4, pour financer les TC…
    – Une réflexion plus qu’une proposition : pourquoi ne pas recourir au Naming, comme pour les stades de foot, pour les stations Tram ou métro…. Cette possibilité devrait être encadrée et limitée à quelques stations : du genre renommé la station Tram « Arenc EUromed » par « Arenc Tour CMA-CGM »,…. Et pourquoi pas Marseille ne serait pas pionnière dans le truc avec des stations relookés par les entreprises ; Certains vont dire que l’on vend notre âme au diable, mais p….. quand on a pas de fric pour faire 2stations de métro, il faut savoir !!!!
    Et certainement plein d’autres idées !!!!

    Signaler
  11. Mistral Boy Mistral Boy

    On n’a plus d’argent…
    Mais on a trouvé près de 300 millions d’euros pour mettre un toit sur un stade vélodrome qui sert 30 jours par an à quelques millionnaires ? Stade qui avait déjà été rénové en 1998 il y a 16 ans.
    Investir dans un métro c’est investir dans l’avenir, on ne va pas reconstruire les lignes dans 20 ans. Si on investit 600 millions pour aller jusqu’à l’hôpital nord (ce qui est le minimum indispensable) c’est pour au moins 50 ans ce qui fait que compte tenu de sa durée de vie c’est beaucoup moins cher qu’une rénovation du vélodrome, et ça bénéficiera à beaucoup plus de personnes.
    Si on fait les comptes et qu’on amortit les 600 millions sur 50 ans ça fait 12 millions par an, si on oublie de louer des locaux dans la tour Jean Nouvel on économise 5 millions par an, ça paie presque la moitié du métro…
    Alors le problème ce n’est pas qu’on n’a plus d’argent mais qu’on a des mauvais gestionnaires.
    Ça tombe bien l’année prochaine on a la possibilité d’en changer.

    Signaler
  12. Mistral Boy Mistral Boy

    Sans compter que si on développe les transports en commun on réduit la pollution atmosphérique qui tue 50000 personnes par an en France, et qui coûte aussi énormément à la sécurité sociale en soins médicaux et en arrêts maladies, des arrêts maladies qui coûtent aussi beaucoup aux entreprises.
    Les blocages dans les bouchons coûtent aussi beaucoup aux entreprises, un salarié bloqué dans les bouchons est improductif !
    Des transports en commun efficaces c’est aussi des employés qui arrivent plus facilement à l’heure au travail, qui sont moins stressés et moins fatigués.
    Ce ne serait donc pas choquant que les entreprises participent davantage au financement des transports en commun, d’autant qu’elles auront moins besoin de parking (regardez les abords d’eurocopter, les voitures sont garées sur le voie rapide…).
    Alors prenons un peu de hauteur, pour avoir une meilleure vue d’ensemble et faire les bons calculs et les bons choix.
    La métropole est l’outil indispensable pour prendre de la hauteur, ce que tous ces “petits” Maires n’arrivent pas à faire aujourd’hui.

    Signaler
  13. fornairon fornairon

    “mais il faut bien faire quelque chose vu qu’on n’a plus d’argent”. Pour financer le Grand Paris, avait été lancé l’idée de dépénaliser les amendes de stationnement, afin que les recettes soient reversées aux communes et non plus à l’Etat. Ce qui aurait le double avantage de ramener des financements aux collectivités et de permettre une vraie responsabilisation des communes sur la gestion de l’espace public. Sauf que c’est un sujet sensible puisqu’il est lié, potentiellement en tout cas, à l’augmentation des amendes de stationnement et que le ministère de l’intérieur n’a pas envie de perdre cette cagnote. Mais puisqu'”il faut bien faire quelque chose vu qu’on n’a plus d’argent”, y a plus qu’à faire preuve d’un peu de volonté et de courage politique, à la tête de l’Etat, comme sur la Canebière.

    Signaler
  14. Marseillais indigné Marseillais indigné

    On a trouvé de l’argent pour paver le vieux port (on va rigoler en juillet Aout ),pour couvrir le stade ,pour prolonger Prado Carénage , pour implanter des statues en plastique ,pour construire un tramway qui ne sert à rien ,si ce n’est à créer des embouteillages sur la Canebière et Bd Sakakini Ca continue rue de Rome Mieux-même les Cars 13 font double emploi avec la SNCF sur le trajet Aix -Marseille volontairement abandonné

    Signaler
  15. Etsoc Etsoc

    Quand est-ce qu’on pourrait avoir un débat avec des informations claires (éventuellement vérifiées par des experts indépendant ) pour que chacun se rende compte des choix qui se présentent et des arguments des uns et des autres…

    Au fait, il n’y a pas une enquête publique sur le PDU qui devrait nous fournie ( à nous citoyens de base ) des éléments précis… ou alors à quoi sert une enquête publique ?

    Signaler
  16. Marseil Marseil

    On trouve bien 280 millions d’Euros pour le stade vélodrome !

    Le problème n’est pas le manque d’argent, mais l’ineptie (ou les intérêts) de ceux qui fixent les priorités. Le tramway rue de Rome est une ânerie qui double le métro. Le tunnel Prado Sud est une aberration urbanistique : il ne servira qu’a ajouter des voitures là où il y en a déjà trop, etc….

    Il est urgent de lancer le prolongement du métro par ses quarre extrémités :
    . la 2 jusqu’à Saint Antoine, Hopital Nord, et même Notre Dame Limite,
    . la 1 jusqu’à Chateau Gombert,
    . la 1 jusqu’à la Valentine,
    . la 2 jusqu’à Saint Loup.

    Il est urgent de faire des tramways qui complètent le métro dans les zones moins denses, plutôt que de le doubler en centre ville. Par exemple, un tram de ROnd Point du Prado à Luminy aurait tout sons sens, en particulier avec le Parc National, plutôt qu’un BHNS au gazole.

    Et il est nécessaire de lancer la troisième ligne L’Estaque – Pointe Rouge par le Jarret, et la gare de Marseille Blancarde TGV.

    Marseil.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire