Miracle sur le Vieux-Port, nos élus marchent sur l'eau

À la une
Jean-Marie Leforestier
27 novembre 2012 18

L'ombrière a trouvé son armature, les grands cure-dents et leurs loupiotes donnent un caractère vertical à l'ensemble minéral. Le tout sera achevé dans le courant du mois de décembre. À cette occasion, Eugène Caselli comme ces vice-présidents voire même la majorité UMP de la mairie qui a soutenu le projet de la communauté urbaine célébreront une fois de plus "la plus grande" ou "une des plus grandes places d'Europe". Ce titre de gloire, on l'exhibe même jusqu'à Paris comme le président de la communauté urbaine au salon nautique de Paris.

Au vu de l'importance de l'événement, faisons une fleur à nos élus, évitons leur de dire une bêtise. Faisons simple : affirmer que le Vieux-Port sera une des places  piétonnes les plus grandes d'Europe, c'est un peu comme expliquer que Marseille est championne de France de l'accueil des tout-petits ou que l'hippodrome Borély a autant de prestige que la ligne droite de Longchamp. Pour s'en convaincre, rien ne vaut un petit survol avec Google Earth. En comptant large, très large même avec la place Gabriel-Péri et le bas de la Canebière, le Vieux-Port reste un peu en dessous des 40 000 mètres carrés, quatre terrains de foot au bas mot. On est bien loin du modèle proclamé, la place royale d'Ispahan, en Iran : 84 000 mètres carrés, tout de même.

Il ne faudra de toute façon pas aller si loin pour comprendre en quoi l'enthousiasme de nos élus est débordant. La place des Quinconces de Bordeaux culmine à 110 000 mètres carrés, la Place rouge moscovite atteint grosso modo la même dimension. Sur le Vieux-Port, pour réussir à les concurrencer, il aurait fallu comptabiliser la mer. Et c'est ce que nos élus ont fait, admettait il y a quelques temps Jean Viard, le vice-président de MPM en charge du projet : miracle au pied de Notre-Dame de la garde, ils ont marché sur l'eau.

Pourtant, question superficie, notre Vieux-Port rivalise désormais avec la place Saint-Pierre de Rome l'Alexander Platz à Berlin ou la Plaza de España à Séville. Un voisinage loin d'être désagréable ou inélégant qui devrait suffire à redorer le blason de l'emblème de la ville… sauf si l'on commence à dire qu'une bonne partie de ce Vieux-port toiletté laissera la place à des bus et à des voitures coupant la place piétonne en deux. Mais laissons encore cette largesse d'appréciation aux élus le jour de l'inauguration.

Notre carte d'Europe des grandes places piétonnes :

Note : ceci ne se veut pas exhaustif et n'est évidemment pas un classement, et les superficies indiquées sont parfois sujettes à débat. Nous invitons nos lecteurs à compléter la carte.

18
commentaires

Commentaires

Abonnez-vous pour voir les commentaires.

  1. Jojomigrateur

    Je leur conseille la place Tien an men et ses 40 hectares à Pékin… De quoi les rendre beaucoup plus humbles…!

    Signaler
  2. ericmazargues

    Ouais…
    Chercher la petite bête, ça défoule et c’est facile avec les buses qui nous gouvernent, mais ça avance à quoi ?
    L’essentiel est que l’espace dévolu aux piétons soit supérieur à la situation antérieure, non ?

    La place des Quinconces, ce n’est pas vraiment une place, ça s’apparente plus à un jardin public (les mauvaises langues disent terrain vague), comme la place Bellecour, d’ailleurs (il vaut mieux comparer avec les Terreaux, 7000 m2), et la plaça de Albuquerque, qui est un rond-point arboré dans un coin paumé. Et sur ces places, il y a aussi des bus, voitures, etc…
    Si on prend les espaces dégagés permettant la réunion du public en grande masse, cela change un peu la donne. La place du commerce à Lisbonne, c’est le point de comparaison parfait, c’est au bord de la mer (enfin, du Tage), bordé d’immeubles néo-classiques. A Séville, j’aurai plutôt pris l’Alameda de Hercules, la place d’Espagne, ça ne sert que dans Star Wars.
    Et la place de Catalogne, à Barcelone (50 000 m2)? Les Plazas Mayores de Salamanque (4400m2), Madrid, Cacerès ? la Grand place de Saint Niklaas, la plus grande de Belgique (32 000 m2)?
    Alors, bien sûr si on va chercher la place Rouge, la place du Palais à Saint-Pétersbourg, la place de l’indépendance de Kiev voire Tian’anmen, on trouvera toujours à chipoter.

    De toutes façons, à Marseille, on a déjà une de plus grandes places d’Europe, la place Jean Jaurès, dite la Plaine Saint-Michel, qui fait 25 220 m2 ! Non mais !

    Signaler
  3. Ouvrez les yeux

    Bravo pour cet article. Pourquoi ils nous bassine alors avec leur plus grande place d Europe.? Et leur ombrelle géante, c est pas n importe quoi? J’ai lu dans La Provence l autre jour que Monsieur Viard proposait d y mettre les marchands de poisson. En fait, ça va être un marché couvert ou un abri à moto. Sympa, non?

    Signaler
  4. Placeauxjeunes

    Au lieu de marcher sur l eau, les Caselli, Viard et autres feraient mieux de s occuper de nos problemes et de faire d abord ce qu ils ont à faire: rendre la ville enfin propre, faire des vrais transports collectifs avec des horaires adaptés a la 2eme ville de France, boucher les trous dans les rues, baisser le prix de l eau, faire une vraie politique de tri des déchets qui est aujourd hui un vrai fiasco et une honte pour la 2eme ville de France…
    Qu ils reviennent un peu sur terre.

    Signaler
  5. puig

    C’est marrant, les deux populistes place et ouvrez chassent en meute. A croire que c’est le même…

    Signaler
  6. Placeauxjeunes

    Raté Puig et je trouve ça plutôt rassurant qu on soit plusieurs à penser la même chose. Et franchement, je ne vois pas où mes propos sont populistes. Vous trouvrez que la ville est propre, vous? Vous trouvez que nos transports collectifs sont performants? Vous trouvez que nos rues sont en bon état? Vous trouvez qu on a une bonne politique de tri des déchets dans cette ville? Vous peut etre mais moi non et je suis désollé que cela ne vous plaise pas a entendre. Et effectivement, je considére que c est aux élus de s en occuper, et ca me parait plus important que de davoir si nous avons la plus grande place d europe

    Signaler
  7. vérité 13

    je suis d’accord avec M. Réau. Le Vieux-port est d’abord un port et ça a été complètement zappé par le projet. C ‘est vrai qu’on se demande à quoi ça sert cette place géante. j’ai du mal à comprendre l’intérêt mais peut-être qu’il y en a un. on verra à l’usage.

    Signaler
  8. Ouvrez les yeux

    Et oui, Puig, on est visiblement plusieurs a penser qu’on marche sur la tête dans cette ville. Tiens, j ai une question: est ce qu on va garder la vielle gare pour les navettes vers le fioul?

    Signaler
  9. puig

    Ce qui vous échappe, cher gamin, c’est que si certes, et je le dis avec autant de force que vous, nous sommes au plus bas en termes de propreté, de transports urbains, d’entretien de la voirie, d’honnêteté des élus, de civisme des habitants, voire même d’intérêt citoyen pour la ville et l’urbanité, s’il est un domaine où nous battons le monde entier, c’est l’auto-dénigrement.
    Et surtout l’art de se tirer des balles dans le pied avec délectation.
    Quand arrivent de rares avancées, des aménagements de qualité, des améliorations par rapport à l’existant, voire même des projets de modification du mode de fonctionnement de l’agglomération susceptibles de changer un tant soit peu la donne, ça hurle de tous les côtés.
    D’abord, les opposants normaux à tout projet, ceux que cela va déranger (ici les plaisanciers et les auto-bourrins, là les maires égoïstes de la périphérie, ailleurs les chasseurs et les promoteurs, j’en passe). C’est normal, les lobbies sont dans leur rôle, les décideurs adaptent et passent outre.
    C’est plus compliqué quand la politicaille s’en même, et que les projets ne sont pas jugés pour ce qu’ils sont, mais par qui les porte. Et nous sommes dans ce cas ici, comme pour le PN des calanques, comme, pour vous toute décision prise par MPM, etc…
    Cela existe aussi ailleurs, mais c’est c’est à Marseille proportionnel à l’importance démesurée de la politique dans la vie quotidienne, en tant que théâtre, bien sûr.
    Et il y a surtout, et en ce domaine, nous sommes uniques au monde, et devrions faire l’objet d’études anthropologiques poussées, ceux qui contestent tout par principe, sans aucune justification, ni morale, ni économique, juste par plaisir. La mauvaise humeur érigée en mode de vie, le ronchonnement permanent,la contestation comme seul dialogue, la confrontation remplaçant le dialogue, bref, la dépression morale, quelqu’en soit le motif.
    Machin dit vert, ah, non, le bleu c’est mieux. Finalement, c’est du bleu, oh bon, seul le rouge me va.
    « Ich bin der Geist, der stets verneint! », c’est très beau, mais ça ne fait pas avancer les choses, et en tous cas pas dans la bonne direction.
    Et ce dont notre ville a besoin, c’est d’avancer. Même si parfois, ça n’avance pas très droit, pas toujours dans la bonne direction, pas assez vite ou trop.
    Mais avec vous, c’est l’immobilisme qui nous guette, donc la régression.

    Signaler
  10. Placeauxjeunes

    Finallement Puig, nous partageons le meme constat. A la difference que quand c est vous qui le dites, c est intelligent et noble et quand c est moi, c est de l auto- dénigrement et du populisme. Mais c est typiquement le réflexe des anciens par rapports aux petits jeunes. Classique…

    Signaler
  11. Mistral Boy

    Et on oublie au passage la plus grande place piétonne d’Europe qui reste la place Bellecour à Lyon avec 62000m2 sans voiture… ce serait pas mal de s’en inspirer

    Signaler
  12. Marius

    Didier Réault a raison, il est absurde de prétendre transformer en grande place publique un port qui a une identité aussi forte ! Annihiler l’identité d’un port qui a été le berceau de la cité,
    qui a 2 600 ans derrière lui, le plus ancien de France et l’un des plus anciens d’Europe !!!

    En outre, le paysage minéral prévu par l’architecte est une aberration. Si l’on voulait réaménager cet espace, il fallait alors le reboiser en réintroduisant les chênes-verts des origines !

    Enfin, une belle occasion a été ratée dans ce chantier coûteux : remettre en eau le port antique par un canal empruntant le côté nord du bas le la Canebière, en y exposant des répliques des beaux navires gréco-romains.

    Signaler
  13. Lisa

    Une des définition du mot « place »: un espace libre, c’est à dire modulable selon l’usage, par et pour la population. L’espace piéton est élargi, surtout coté Rive Neuve, et c’est une bonne chose. Mais l’usage qu’en faisaient les piétons sera-t-il similaire? Passer sur la place, mais également y stationner, et pas… debout! Les nombreux bancs vont-ils être remplacés par des équivalents, permettant un usage similaire? Le Vieux-Port était un peu la promenade des Anglais du pauvre (ah le vilain mot!), donc populaire. Des habitants des quartiers environnants, des personnes âgées, des petits groupes de touristes sans guides (pas que des croisiéristes téléguidés). Il y avait toute une vie occasionnée par la présence de ces bancs, alternatives aux terrasses de cafés et restaurants qui impliquent forcément une dépense, pas toujours souhaitée ou possible. Certains s’y posaient 10 mn, d’autres y restaient des heures, au soleil de toutes saisons, à penser, somnoler, lire le journal, bercer un landau ou se bécoter; les adultes y discutaient pendant que les enfants jouaient autour, des conversations s’engageaient ou des solitudes se côtoyaient. A la place, sur cette place, n’est-il plus question que de passer? D’être usagers des différentes « attractions » touristiques et marchandes? Ou bien encore et nous dit-on « en mieux », de jouir conjointement d’un espace public « ré-approprié »?

    Signaler
  14. Lisa

    Une des définition du mot « place »: un espace libre, c’est à dire modulable selon l’usage, par et pour la population. L’espace piéton est élargi, surtout coté Rive Neuve, et c’est une bonne chose. Mais l’usage qu’en faisaient les piétons sera-t-il similaire? Passer sur la place, mais également y stationner, et pas… debout! Les nombreux bancs vont-ils être remplacés par des équivalents, permettant un usage similaire? Le Vieux-Port était un peu la promenade des Anglais du pauvre (ah le vilain mot!), donc populaire. Des habitants des quartiers environnants, des personnes âgées, des petits groupes de touristes sans guides (pas que des croisiéristes téléguidés). Il y avait toute une vie occasionnée par la présence de ces bancs, alternatives aux terrasses de cafés et restaurants qui impliquent forcément une dépense, pas toujours souhaitée ou possible. Certains s’y posaient 10 mn, d’autres y restaient des heures, au soleil de toutes saisons, à penser, somnoler, lire le journal, bercer un landau ou se bécoter; les adultes y discutaient pendant que les enfants jouaient autour, des conversations s’engageaient ou des solitudes se côtoyaient. A la place, sur cette place, n’est-il plus question que de passer? D’être usagers des différentes « attractions » touristiques et marchandes? Ou bien encore et nous dit-on « en mieux », de jouir conjointement d’un espace public « ré-approprié »?

    Signaler
  15. Placeauxjeunes

    Arretez de vous fatiguer, Monnnnnnsieur Puig a réponse a tout. En plus, le vieux port c est son bébé

    Signaler
  16. Marseillais indigné

    Noël approche c’est vrai ! Mais qui croit encore aux fariboles de ces drôles d’apôtres ,et du petit papa Jean-Claude ?

    Signaler
  17. Anonyme

    40.000 m2 en comptant le bas de la Canebière et la place Gabriel Peri, ça fait quoi en réalité? 30.000 m2 en gros. A peine plus que la place St Nicolas à Bastia (27.000m2) qui a au moins le mérite d’être une vraie place avec des cafés, des commerces, des bancs, des arbres, en bref un véritable lieu de vie ce qu’est loin d’être l’esplanade du Vieux Port à Marseille qui reste juste un espace vide et sans âme. Et je ne parle pas des autres villes : Bordeaux, Nancy, Paris ou Lyon qui offrent toutes des places publiques à faire attraper une jaunisse à nos élus prétentieux.
    Ca me rappelle un dialogue à la Pagnol(cité de mémoire)
    Monsieur Brun:
    « A Paris, mon cher César,j’ai vu au moins 40 Canebière »
    César :
    « 40 Canebière! et on dit que ce sont les Marseillais qui exagèrent. »

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot-de-passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire