Martine Vassal a embauché au département et maintenu en poste un parent absentéiste

Enquête
Jean-Marie Leforestier
28 Juin 2019 31

À son arrivée au Département, Martine Vassal est intervenue pour faire embaucher un jeune parent de son mari. Malgré un absentéisme flagrant, Lucas B. a été conservé à son poste. Il est même en voie de titularisation dans la fonction publique.

Martine Vassal lors d'une soirée politique, cette semaine. Photo : Emilio Guzman.

Martine Vassal lors d'une soirée politique, cette semaine. Photo : Emilio Guzman.

Pour certains de ses collègues du département, c’est « le neveu », et pas n’importe lequel, celui de la présidente (LR) Martine Vassal. Derrière ce surnom pèse un soupçon de piston. En réalité, Lucas B. n’est pas le neveu mais le petit-cousin du mari de Martine Vassal. Et ce parent a, selon les informations recueillies par Marsactu, pu bénéficier du soutien de l’élue Les Républicains pour faire carrière au sein du conseil départemental des Bouches-du-Rhône. Une aide qui fait tache quand on se souvient que Martine Vassal s’est présentée en 2015 comme la candidate de « la fin d’un système clientéliste ».

Le coup de main n’a d’ailleurs pas traîné. Selon des informations recoupées par Marsactu, à peine élue à la tête de l’institution le 2 avril 2015, Martine Vassal a demandé à ce que soit proposé un emploi au jeune homme. À la réflexion et au vu de son CV peu fourni et concentré sur l’hôtellerie, ce sera un poste à la direction de l’environnement comme forestier-sapeur dans la Sainte-Baume. Un mois et demi après l’arrivée d’un membre de sa famille à la tête de l’institution, Lucas B. signe donc un emploi d’avenir le 18 juin 2015.

Circuit d’embauche parallèle

Le circuit semble suivre le parcours classique de ce type de contrat aidé puisque Lucas B. est inscrit à la mission locale de La Ciotat. C’est en effet par ses agences que doivent transiter toutes les candidatures. Mais, sous Jean-Noël Guérini déjà, le département a été habitué à des circuits parallèles, l’ancien président de gauche n’hésitant pas à répartir les embauches entre les élus, comme l’avait révélé Marsactu.

Interrogée par Marsactu, Martine Vassal a indiqué ne pas savoir qui était Lucas B. puis nous a renvoyé vers ses services sans nous donner de réponse supplémentaire. Un membre de l’administration dûment mandaté pour répondre à nos interrogations déclare n’avoir trouvé dans le dossier personnel de Lucas B. « aucune intervention directe de la présidente » ni être informé d’un lien de parenté entre le jeune homme et sa patronne.

Arrivé à son poste, le jeune homme ne ressemble pas à l’employé du mois. Les absences sont nombreuses et régulières, le nombre de jours travaillés est faible. Certaines, pouvant aller jusqu’à quatre mois pleins, sont justifiées par un arrêt maladie ordinaire mais, selon nos informations, d’autres n’auraient pas eu d’explication valable, à tel point que sa hiérarchie lui fait un rappel à la règle d’assiduité. « Il n’y a pas de tolérance pour l’absentéisme », juge pourtant le représentant de l’administration vers qui Marsactu a été redirigé.

Maintenu en poste malgré des difficultés

Lucas B., réputé agréable, réalise trois années de contrat d’avenir au sein de son unité, renouvelé année après année pour atteindre la durée maximum sous ce statut. Mais, à l’arrivée, ses supérieurs ne veulent pas poursuivre avec lui. En trois ans, du fait de ses multiples absences, celui-ci n’a pas acquis l’ensemble des compétences nécessaires à son poste. Il ne peut exercer que des tâches de base.

Selon les éléments que nous avons pu recouper, l’avis de ses supérieurs est diplomatique : ils ne s’opposent pas à son embauche pérenne au département mais estiment qu’il vaudrait mieux lui trouver un autre poste, pourquoi pas dans un bureau. « Cela s’est fait avec avis conforme de l’administration », a alors beau jeu de défendre le représentant du département. Finalement, Lucas B. est conservé. Par quel truchement ? Nous n’avons pas réussi à le découvrir. Mais le voilà stagiaire de la fonction publique, ultime étape avant la titularisation.

Notre interlocuteur au conseil départemental rappelle alors que « la loi laisse à l’appréciation des chefs d’exécutif locaux la titularisation. Donc, si intervention il y avait eu, cela aurait pu être plus rapide », admet-il. Quatre ans après son arrivée au département, Lucas B. est en tout cas toujours en poste. Et le jeune homme, à en croire son compte Facebook (public), a toujours une amie au département des Bouches-du-Rhône.

Capture d’écran. Compte Facebook de Lucas B.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.


A la une

Soulagement des enseignants à Istres et Fos après la mise à l’écart d’une inspectrice
La nouvelle a été accueillie par "un grand ouf". Après la mobilisation des dizaines de professeurs des écoles de la circonscription qui couvre Istres et...
La marque, le moustique moqueur et l’éléphant métropolitain
C'est un petit moustique venu déconcentrer la métropole du son strident de la moquerie. C'est un grand éléphant métropolitain prêt à l'écraser avec l'aide...
Municipales à Aix : avec Perrin, Joissains voit surgir un nouvel adversaire de ses rangs
"J’ai 60 balais, c’est mon tour et je suis prêt." Dans la salle de séminaire d’un restaurant de la zone d’activité des Milles, Jean-Marc...
Le McDonald’s de Saint Barthélémy, maillon isolé de la chaîne de fast-food ?
"Yes !". Kamel Guémari, leader syndical du McDonald's de Saint Barthélémy (14e) ne peut contenir sa joie. Ce mercredi 9 octobre, il est assis...
L’adjoint aux écoles de Gardanne mis en examen pour viol et agression sexuelle sur mineures
Ce jeudi en fin de journée, l'adjoint à la réussite scolaire de la Ville de Gardanne, Anthony Pontet (parti de gauche), a été présenté...
Sous les immeubles en péril ou certains chantiers, les eaux souterraines refont surface
Rue Fontaine de Caylus, dans le quartier du Panier, Julie, locataire, emballe ses affaires. “Depuis des mois, le 11 de ma rue a été...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire