L’ex-raffinerie de LyondellBasell de Berre attend toujours sa reconversion

Décryptage
Rémi Baldy
17 Mai 2019 1

Cinq ans après l’arrêt de la raffinerie de LyondellBasell à Berre-l’Etang, les 122 hectares du site font l’objet d’un plan de revitalisation. Mais pour l’instant, un seul projet s’est concrétisé. Le maire de la ville s’inquiète du peu d'intérêt des industriels et aimerait voir des collectivités plus offensives pour trouver des candidats à l'implantation.

Réparties entre quelques pins et d’immenses cuves d’acier, les dizaines de cheminées éparpillées à l’est de Berre-l’Étang font partie du paysage. Elles s’étalent sur les 1000 hectares du pôle pétrochimique de LyondellBasell où fourmillent près de 1400 employés. C’est finalement un bruit sourd et puissant, semblable à une explosion, survenu en février et entendu jusqu’aux communes voisines qui a sonné comme un rappel. Le démantèlement de l’ex-raffinerie de la multinationale américaine continue jusqu’à 2020. Et la reconversion de ce site de 122 hectares aussi.

Un an après la fermeture de la raffinerie en 2014, impactant près de 400 salariés, LyondellBasell s’est engagée auprès de l’État, comme l’exige la loi, dans un plan de revitalisation. Ce qui signifie réaménager et dépolluer le site pour que de nouvelles activités s’y installent. L’objectif alors fixé est de permettre la création d’une centaine d’emplois. Un plan baptisé Bonnet, en clin d’œil à l’écrivain Baptiste Bonnet qui qualifiait la Provence de « terre d’accueil aux atouts multiples », précise à l’époque l’UPE 13 dans sa newsletter. Pour s’assurer de la réussite du processus, un comité de suivi réunissant les collectivités et l’industriel a été créé sous l’autorité du préfet, qui n’a pas pu nous répondre en vertu du devoir de réserve électorale. La convention initialement de deux ans a également été prolongée de deux années supplémentaires. 

Sauf que quatre ans plus tard, la terre aux « atouts multiples » ne doit accueillir qu’une seule entreprise. Il s’agit de Baytree, filiale d’Axa qui développe des plateformes de logistique. Elle va s’implanter au niveau de la zone Vaïne, au bord de l’étang, à cheval sur LyondellBasell et l’ancienne usine Cabot. Les hangars doivent être opérationnels pour 2021 et créer environ 200 emplois. Suffisant pour atteindre l’objectif fixé par le gouvernement et la convention. Mais il reste encore à occuper la bonne centaine d’hectares restant. « Nous voulons que l’industrie se réimplante, je n’ai rien contre la logistique, mais cela génère moins d’emplois”, prévient Mario Martinet, maire divers gauche de Berre-l’Étang. Sauf qu’à l’image de Baytree, le site de l’ex-raffinerie attire surtout les logisticiens.

“Il y a une recherche effrénée de foncier de la part de ce type d’entreprise, dès qu’un espace se libère dans cette zone, cela les attire”, explique Yves Faverjon, chef de projets énergies & industries au sein de l’agence de développement économique Provence promotion. À proximité des autoroutes, du port, de l’aéroport et de la gare TGV d’Aix-en-Provence, la zone présente des caractéristiques intéressantes, malgré son classement Seveso seuil haut du fait de la présence de liquides et de gaz inflammables. « Vu la rareté de terrains et l’emplacement de celui-ci, ce n’est pas une contrainte insurmontable », balaie Yves Faverjon.

Une promotion du site régionale

Très dévoreuse de foncier, la logistique ne génère que peu d’emplois. Raison pour laquelle Mario Martinet s’est opposé à l’installation du groupe Charles André en n’accordant pas de permis de construire. « Les prospects annoncent beaucoup d’emplois, mais dans la réalité le nombre est souvent divisé par deux », souffle Mario Martinet qui sait que son pouvoir d’action reste limité. Le décisionnaire final étant le propriétaire du terrain LyondellBasell. « Tout notre intérêt est d’avoir de l’activité avec laquelle nous puissions avoir des synergies, mais l’installation de logistique est plus simple car il y a un plus grand besoin », nous fait savoir le service de communication de l’entreprise.

Le maire se dit « très pessimiste » et assure « ne pas comprendre » le manque d’attrait du site pour les industriels. « La métropole doit être un moteur pour faire en sorte que le territoire survive, j’aimerais qu’ils soient plus agressifs, qu’ils aillent chercher des investisseurs ou industriels étrangers », regrette-t-il.

« Nous faisons ce que nous pouvons », répond Béatrice Aliphat (divers droite), déléguée à l’industrie au sein de la métropole. « Le fait qu’il n’y a pas encore d’implantation ne veut pas dire que nous ne sommes pas offensifs », ajoute celle qui est également maire de Saint-Mitre-les-Remparts, sur la rive d’en face. Du côté de Provence promotion, Yves Faverjon reconnaît « qu’il n’y a pas eu de grosse opération de communication à l’internationale de la part de la métropole. Ce n’est pas grave en soi, mais l’on reste sur une visibilité régionale élargie ».

L’Etat à la rescousse

La communication en question est celle autour du concept Provence Industry’Nov lancé par la métropole en avril 2018. Cet appel à manifestation d’intérêt (AMI) vise à valoriser les hectares de LyondellBasell, il comprend également les sites de PIICTO à Fos et Total à La Mède. L’AMI débute actuellement une deuxième phase devant inclure davantage de terrains. Pour l’instant, sept projets ont été retenus sur les vingt présentés. Les candidatures se font pour les trois sites. Ce sont ensuite aux propriétaires de chaque foncier de dire lesquelles les intéressent. « On m’a présenté des prospects, cela s’orientait vers la méthanisation, mais cela ne m’intéresse pas. Les projets ne sont pas alléchants », juge Mario Martinet.

L’édile espère également une intervention de la région. C’est elle qui pilote le dispositif « territoires d’industrie » pour lequel le gouvernement propose une enveloppe de 1,3 milliard d’euros à répartir entre tous les projets en France. L’étang de Berre fait partie des sept territoires de Provence-Alpes-Côte d’Azur retenus dans cette l’opération. Sur les neuf protocoles d’accord signés début mai, un seul l’a été dans la région, à Carros. Le conseil régional n’a pas répondu dans les délais impartis pour la publication de cet article sur le cas de l’étang de Berre. LyondellBasell assure « travailler » sur ces différents projets de reconversion. Quitte à laisser s’installer des activités parfois éloignées du passé industriel.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

1 € LE 1ER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.


A la une

Saïd Ahamada (LREM) tente de sortir du peloton sur la route des municipales
Saïd Ahamada ne veut plus attendre. Mercredi, le député LREM de la 7ème circonscription des Bouches-du-Rhône et candidat à l'investiture de son parti pour...
L’État remet à plus tard le sauvetage de l’étang de Berre au bord de l’asphyxie
"Faut-il réhabiliter l'étang de Berre ?". Alors que l'état alarmant du site ne fait plus de doute (lire notre article), l'État vient de remettre...
L’éditorial de FOG qui fâche Bruno Gilles… et les journalistes de la Provence
Au sein des colonnes de La Provence, la plume de Franz-Olivier Giesbert, alias FOG, directeur éditorial du titre depuis 2017, va et vient avec plus...
Travaux ferroviaires sur la ligne Marseille-Aix : « modernisation » ou « projet dément » ?
Les voyageurs entre Marseille et Aix, et au delà vers les Alpes, verront-il un jour un service cadencé, à la régularité irréprochable comme cela...
La Bonne-mère, une basilique au bord de la crise de nerfs
Elle est un symbole de Marseille. Calée sur un ancien fort militaire dont elle tire son nom, elle est censée garder et protéger les...
Au sein de la gauche marseillaise, l’union, mais chacun à son rythme
Un "Mouvement sans précédent". Jeudi matin paraissait dans Libération un appel au "rassemblement inédit" pour les municipales à Marseille. Comme une impression de déjà-vu après...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire