Les six mois où l’Etat a jonglé avec la SNCM

À la une
le 7 Juil 2014
7
Les six mois où l’Etat a jonglé avec la SNCM
Les six mois où l’Etat a jonglé avec la SNCM

Les six mois où l’Etat a jonglé avec la SNCM

En coulisses, il n’avait jamais remisé l’hypothèse. Ce week-end, Frédéric Cuvillier a pour la première fois officialisé le changement de pied de l’Etat dans le dossier SNCM. En une phrase, le secrétaire d’Etat aux transports a mis fin au suspense dans une interview à La Provence. “Il faut un plan de redressement maîtrisé. La situation décrite par la direction de l’entreprise laisse à penser que cela passe par la voie du redressement judiciaire”, a-t-il avancé.

Il n’en fallait pas plus pour que les représentants des salariés en grève depuis une grosse dizaine de jours ne crient à la liquidation déguisée. Alors, Frédéric Cuvillier s’est employé à faire le service après-vente de son annonce. Ce matin sur France Inter, il a avancé ses arguments : une trésorerie exsangue et la menace constante, nébuleuse de demandes de remboursement de la commission européenne qui représentent à elles deux 440 millions d’euros.

Reste, comme lui rappelle d’ailleurs la journaliste de France inter que cette situation n’est pas nouvelle. Quand François Hollande écrit au président de région en janvier pour assurer “le gouvernement est pleinement mobilisé pour assurer la continuité de cette compagnie”, il n’ignore rien de ces difficultés. Pas plus que Frédéric Cuvillier qui le 3 juin devant l’Assemblée nationale déclarait encore : “Il faut respecter le plan de redressement : départs volontaires consentis par les salariés mais aussi renouvellement de la flotte.” La feuille de route ressemble alors encore au fameux plan long terme conçu par l’ancien président du directoire Marc Dufour et validé par les syndicats. Depuis, ce week-end, celui-ci a définitivement coulé sans que l’on ne connaisse encore réellement le scénario de rechange qui saura recueillir les faveurs de Transdev et de l’Etat, deux actionnaires désormais largement liés.

Cet article vous est offert par Marsactu

À vous de nous aider !

Vous seul garantissez notre indépendance

JE FAIS UN DON

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Anonyme Anonyme

    Merci, enfin un article qui parle des causes de la grève!!!!
    Il manque juste le fait que l’état a signé ces accords et que M. Cuvillier a confirmé tout cela devant l’assemblée nationale.
    Mais ce revirement de l’état ne serait-il pas du au fait que l’Europe a jugé la DSP estivale illégale et demande à la SNCM de rmbourser 240M€?
    Car si tel est le cas, c’est l’état qui a écrit un contrat illégal, fait un appel d’offre illégal et il est donc en tort. La SNCM a suivi le contrat et si elle doit rembourser les sommes perçus pour le dit contrat, elle doit aussi être remboursé pour les sommes engagées. Ces sommes avoisineraient le milliard d’euro, une somme qui justifierait à elle seule le revirement de notre gouvernement de gauche tribordier!

    Signaler
  2. Anonyme Anonyme

    Bonjour, bravo pour votre article! Enfin un autre point de vue que “la grève, ça gène les français”, enfin un article sur une partie des causes de la grève.
    Sur ma chaine Youtube, vous trouverez d’autres explication.
    Il ne faut pas oublié que Cuvillier avit aussi promis un décret sur l’état d’acceuil pour que les compagnies maritimes soient obligés d’utiliser des contrats français et non pas des contrats multiples avec des employés qui n’ont droit ni aux congés payés ni au RTT. https://www.youtube.com/channel/UCWVp5EA4ic30ML4kgax33Hg
    Ce reportage ouvre aussi les yeux sur les conditions de la concurrence.
    http://www.dailymotion.com/video/x20qwje_low-cost-les-dents-de-la-mer_news?start=1

    Signaler
  3. sergio sergio

    Ce n’est pas depuis 6 mois que le (les) gouvernement(s) jongle(nt) avec la Sncm, mais depuis des années et des années. La situation calamiteuse de la Sncm est connue depuis longtemps, mais l’Etat a préféré temporiser, combler les déficits à coups de millions, sans qu’en échange la Sncm ne se réforme. Faire semblant, se voiler la face, nier les évidences et repousser les décisions n’ont jamais réglé les problèmes.

    Signaler
  4. hommedesbois hommedesbois

    Quelles sont les vraies raisons qui ont amené l’Etat à prendre ce virage à 180° et à revenir complètement sur les engagements pris 6 mois plutôt ?

    Signaler
  5. jardin jardin

    LA VÉRITÉ FINIT TOUJOURS PAR ÊTRE CONNUE
    Oui votre article dit pas mal de vérités. Oui le gouvernement a “jonglé”. Mais ce n’est pas depuis “six mois”. C’est depuis de nombreuses années que LES gouvernements jonglent avec la SNCM, en particulier et avec les entreprises publiques, en général. Apparemment, l’État est un bon “jongleur”. La majorité des grands journaux reprennent la version officielle, sans rien vérifier. Faut-il le répéter ici: le naufrage de la SNCM a été programmé et ce programme a été fidèlement tenu. Grâce au savoir faire des officines de l’État et à la passivité de la majorité de la grande presse,tout le monde croit la version officielle. Pourtant, certains se sont échinés à rétablir des vérité fondamentales, notamment sur les concurrents. Vous pouvez relire ce dossier sur la bataille navale pipée. Il a été publié dès Février 2006, presque tout y est dit. Pourtant, on a fait comme si. Il y a de forte chances que les autres dossiers d’actualité et de fond soient traités de la même façon par les médias. C’est inquiétant.
    Bonne lecture:
    http://amnistia.net/wp-content/uploads/2013/10/dosmaritime-1.pdf

    Signaler
  6. Anonyme Anonyme

    @leravidemilo
    C’est exacte, le PDT de l’Exécutif de Corse agit à la demande. Plus exactement, il participe -conjointement- à la demande.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire