Le tribunal dissèque “l’emprise” d’Alexandre Guérini sur la communauté urbaine

Actualité
le 17 Mar 2021
12

À l'aide de nombreuses écoutes téléphoniques, le deuxième jour du procès Guérini a permis la prise de conscience de la mainmise d'Alexandre Guérini sur le fonctionnement de la communauté urbaine. Et ce, juste après l'arrivée du PS à la tête de la collectivité, en 2008.

Comme si la nature de l’homme perçait derrière l’homme de scène. Pondéré durant ce deuxième jour d’audience, Alexandre Guérini apparaît bien différent à la pause de 18 heures. Selon le récit du procureur, relayé par la présidente Céline Ballerini, le principal protagoniste du procès a eu durant l’interruption des propos virulents à l’encontre de Raymond […]

Contenu réservé aux abonnés au journal

Offre découverte 1 € le premier mois puis 6,99 €/mois JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. VALMA VALMA

    “Ça dégage de moi une image qui n’est pas la mienne.” La petite scène de pression dans les toilettes est à ce titre riche d’enseignements ! Combien d’autres scènes sans aucun témoin ? Quand on pense qu’il a fallu 11 ans à la justice pour enfin questionner cette organisation malfaisante et menaçante … et encore par le petit angle d’un dossier manifestement tentaculaire !

    Signaler
  2. Brallaisse Brallaisse

    “La corruption est en force, le talent est rare. Ainsi, la corruption est l’arme de la médiocrité qui abonde, et vous en sentirez partout la pointe”. Balzac au XIXe avait toute matière pour écrire son “Père Goriot” dans cette ambiance sordide de petits sous. Qu’aurait’il écrit aujourd’hui au milieu de cette faune de corrompus, d’arrivistes et de gros sous?. Quelque soit l’institution , quelques soit le niveau , cela sent quand même bien le pourri.

    Signaler
    • Happy Happy

      Plus qu’à Balzac, ce compte-rendu édifiant et bien écrit me fait penser au cinéma américain, avec ses scénarios mêlant mafieux, politiciens et syndicalistes véreux. On pourrait être chez Scorcese (mais sans rédemption) ou dans ce très bon film, A most violent year. La scène de pression dans les toilettes du tribunal semble avoir été inventée pour le cinéma ! S’il devait y avoir une adaptation par le cinéma français, je mise sur Jacques Audiard, qui a déjà mis en scène la pègre corse dans Un Prophète.

      Signaler
    • Jacques89 Jacques89

      Je ne sais pas ce qu’aurait écrit Balzac qui n’aurait pas été dit par Zola mais j’imagine bien un cultivateur du Loir-et-Cher (ou d’ailleurs…assez loin des métropoles) qui lit cet article : « …mais on est où là ? », pas dans un roman, ni dans un film, malheureusement.

      Signaler
  3. PAGNOL PAGNOL

    Karabadjakian n’a pas honte de donner de lui l’image d’un opportuniste doublé d’un faible pour obtenir l’indulgence du tribunal
    On peut comprendre son frère qui a préféré changer de nom!!

    Signaler
  4. julijo julijo

    “Le vrai problème d’Alexandre Guérini, c’est qu’il fait peur à beaucoup de gens.” oui, et c’était particulièrement vrai !
    Baptisé “Monsieur Frère” il était bien connu dans les bureaux proches du sommet du CG13…Surtout connu comme sociopathe et “jean no no” exécutait souvent ses ordres ou bien les faisait exécuter par les services.
    il ne serait pas très étonnant qu’il se “lâche” un peu au cours du procès…pas le genre à faire profil bas, pour preuve le coup de pression à bartolini…et il peut faire beaucoup mieux.

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Curieux métier que celui du traitement des ordures qui ne sont pas forcément que ménagères !

      Signaler
    • Jacques89 Jacques89

      Les vautours sont attirés par la masse Braillasse, la curée ne s’organise qu’en troupe. Les regroupements, loin d’engendrer les économies d’échelle ne font qu’attirer les convoitises … et les OPA qui musellent la concurrence.

      Signaler
  5. TINO TINO

    ces pratiques,où le bien public profite illégalement au bien privé, sont elles typiquement marseillaises? Je ne le crois pas. Ce qui ne minore en rien la gravitè des délits jugés actuellement à Marseille, mais au contraire m’inquiète.

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      A ceci prés qu’à Marseille la densité de la présence de ces individus au m2 est supérieure à la moyenne nationale.
      Record dont l’évitement aurait été plutôt favorable à nos feuilles d’impôts.

      Signaler
  6. Richard Mouren Richard Mouren

    Ce domaine du traitement des déchets semble être un terrain de jeu assez largement fréquenté dans le monde par nombre de personnes (ou groupes de personnes) un peu louches. Ca doit être assez juteux, les communautés ne devant pas être trop regardantes sur les moyens, trop heureuses de pouvoir être débarrassées de leurs déchets.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire