Le Stadium de Vitrolles, histoire d’un abandon

Reportage
Manon Busseron
5 août 2017 4

Officiellement, le Stadium de Vitrolles n'accueille plus personne depuis sa fermeture en 1998. Si la structure du bâtiment est restée intacte, l'intérieur subit depuis des années de nombreux actes de vandalisme. Entre valeur architecturale et controverses politiques, l'état actuel du Stadium s'avère être un immense gâchis.

L’impression inconfortable d’entrer dans un non-lieu se ressent avant même l’arrivée dans le bâtiment. L’accès extérieur est bloqué par un portail rouillé. Derrière, de grandes bennes couvertes de tags bloquent depuis 2013 les entrées de véhicules afin d’éviter une nouvelle installation de gens du voyage. Aujourd’hui, tout signe de vie semble avoir disparu du Stadium, fermé depuis 1998.

Il est néanmoins étrangement facile d’accéder au bâtiment, cube de béton noir posé au milieu des boues rouges déversées par l’ancienne usine d’alumine de Saint-Louis. En contournant à pied le portail verrouillé, on accède à un sentier envahi par les herbes folles. Se présentent les façades du Stadium, elles aussi taguées. L’escalier de secours a perdu sa rambarde de sécurité depuis peu. L’accès au bâtiment se fait par les immenses portes de derrière, qui servaient auparavant à faire entrer le matériel de spectacle. Le lieu, massif, semble peser de tout son poids sur les rares visiteurs qui s’aventurent entre ses murs de béton. L’intérieur a lui aussi été saccagé au fil du temps, servant à la fois de squat et d’entrepôt pour les poubelles neuves du Pays d’Aix.

« C’est une réussite, ce bâtiment », assure pourtant Enzo Rosada, étudiant en quatrième année d’architecture à Marseille, à la tête d’une association qui milite pour la réhabilitation du Stadium. La remarque de notre guide peut surprendre à l’heure où des murs sont éventrés, certains sièges arrachés, le sol jonché de détritus qui craquent sous nos pas. Certaines parties du bâtiment sont plongées dans une obscurité totale. Le lieu est régulièrement squatté, en témoignent les nombreux actes de vandalisme qui ne semblent avoir épargné aucun recoin du bâtiment. « Avant, il y avait un gardien, une alarme et un détecteur d’incendie, mais ils ont été coupés par la mairie FN », regrette Rosada. La mairie actuelle, dirigée par Loïc Gachon (PS) affirme intervenir « régulièrement », mais les parpaings utilisés pour condamner l’entrée gisent aujourd’hui éclatés sur le sol, laissant l’accès libre à l’intérieur du bâtiment.

Pour naviguer dans la galerie, cliquez en haut à droite et utilisez les flèches.

Qui veut du Stadium ?

Si la ville de Vitrolles exprime depuis plusieurs années son désir de transformer le site en parc pédagogique, le devenir du Stadium demeure incertain. Frédéric Paris, directeur du cabinet du maire, est catégorique sur un point : Vitrolles ne paiera pas. « La Ville n’a pas les reins pour intervenir sur ce bâtiment. En fonction du type de projet, il peut y avoir un financement public, privé, ou public/privé », répond-il sans préciser qui seraient ces financeurs privés, qui dépendront selon lui du projet retenu. Quant au financement public, la mairie espère bien que la métropole prendra la main.

En effet, de par sa situation géographique proche de l’autoroute, entre l’aéroport et la gare TGV d’Aix-en-Provence, « c’est un lieu forcément métropolitain », assure Frédéric Paris. La volonté de la municipalité est claire pour cet équipement récupéré au pays d’Aix en 2015 : « Reconfier la compétence à la métropole, mais pas pour remettre le site en jachère ou y faire n’importe quoi ». Sauf que la métropole assure à Marsactu, par écrit, qu’elle n’a pas reçu de demande formelle de gérer le Stadium :

Le Stadium de Vitrolles ne fait pas partie des équipements gérés par la Métropole ou susceptibles de le devenir. (…) Jean-Claude Gaudin, président de la métropole, a lancé une consultation auprès des maires du territoire afin d’établir une liste des équipements qu’ils souhaitent transférer à la métropole. Le Stadium ne figurant en aucun cas sur la liste établie par la commune de Vitrolles, cet équipement n’est pas destiné à passer sous gestion métropolitaine.

Interrogé sur ce point, Frédéric Paris assure que « les discussions avec la métropole ont bien commencé mais il n’y a pas urgence de conclure tant qu’un projet ne se formalise pas ». Plusieurs élus métropolitains, dont Georges Cristiani, délégué aux équipements d’intérêt métropolitain, et Daniel Gagnon, délégué à la culture, font bien partie d’une « délégation de définition de l’intérêt métropolitain » qui étudie diverses possibilités concernant le Stadium, déclare Georges Cristiani, sans donner plus de détails sur l’avancement du dossier.

Une histoire mouvementée

Le Stadium de Vitrolles, salle polyvalente de 4000 places conçue par Rudy Ricciotti (également architecte du Mucem), est inauguré en 1994, pour un coût de plus de 7 millions d’euros. Implanté à l’écart du centre-ville, il repose sur un site de déversement des boues rouges. Pendant plusieurs années, des artistes comme IAM, Alain Bashung ou Noir Désir se succèdent. De même, le Stadium est témoin des grandes heures de l’OM Handball de Jean-Claude Tapie, frère de Bernard. Néanmoins, le choix de la ville d’investir dans un tel bâtiment reste loin de faire l’unanimité parmi la population. Mais c’est l’aversion de la mairie FN et MNR, à la tête de Vitrolles à partir de 1997 et qui considère que le lieu a été construit « pour les Arabes et les pédés », puis l’échec d’un concert de rock identitaire qui signent définitivement la fin du Stadium, fermé par la municipalité en 1998.

Depuis sa fermeture, le Stadium continue de passer de main en main. En 2003, la communauté d’agglomération du Pays d’Aix (CPA) récupère les compétences concernant le lieu, sans le réhabiliter, privilégiant la construction d’une Arena de 8000 places à Luynes. La mairie de Vitrolles, menée par Loïc Gachon (PS) et visiblement lassée de l’inaction de la CPA, reprend le bâtiment en 2015, afin de réfléchir à « la bonne stratégie pour redonner un sens à ce lieu », selon le maire lui-même.

Une étude, et après ?

Un audit a bien été commandé en février 2015 par la municipalité au cabinet Price Waterhouse Coopers, « pour sonder quel type de projet pourrait être réalisé sur le lieu, et quel porteur pouvait venir s’y intéresser. Loïc Gachon pensait de façon intuitive à un espace d’animation éducative, un parc éducatif« , explique Frédéric Paris, qui souligne que le lieu « importe beaucoup » au maire. Interrogée par La Provence en juin 2016, la municipalité promettait « bientôt du concret », sans parvenir à tenir parole six mois plus tard.

Marsactu n’a pas eu plus de succès et la mairie de Vitrolles n’a pas répondu favorablement à nos demandes de consultation de cette étude. Frédéric Paris explique en revanche qu’une réhabilitation en salle de concert ou de sport n’aurait que peu d’intérêt, car « les spécialistes considèrent que les salles de concert d’Aix et Marseille ont un avantage comparatif, dû à leur modernité, leur jauge d’accueil et leur proximité avec les lieux de vie et les bars ». Quant au terrain de handball, « il n’est plus aux normes ».

Une position à laquelle s’oppose Enzo Rosada, qui insiste sur la position du Stadium en tant que lieu culturel majeur et insiste sur les atouts de cette « coquille vide » qui peut se vanter d’une situation géographique au cœur de la métropole Aix-Marseille Provence et de « performances acoustiques exceptionnelles ». En mars 2016, il a servi de guide au concert clandestin du groupe Hifiklub, intitulé Dark side of the stadium.

Loading

L’étudiant explique sur le site de son association avoir interpellé plus de « 140 personnes et entités en mesure de protéger le bâtiment ». Parmi cette masse de destinataires, les différentes collectivités, le préfet et jusqu’au président de la République… Et des artistes tel Jean-Jacques Goldman qui s’est dit « effaré par ce gâchis, cette incompétence des pouvoirs ». Il a également demandé à la direction régionale des affaires culturelles (DRAC) l’obtention du label Patrimoine du XXe siècle pour le Stadium, et affirme que la mairie s’oppose à cette démarche, qui pourrait bloquer sa transformation. Frédéric Paris déclare quant à lui ne pas être au courant de cette demande, ni d’un blocage par la mairie de Vitrolles.

L’avenir du Stadium demeure donc incertain à l’heure où ni la municipalité de Vitrolles, ni la métropole n’ont l’intention de financer la transformation du site. En attendant qu’un projet se concrétise pour réhabiliter ce défi architectural, le silence y reste roi.

4
commentaires

Abonnez-vous pour voir les commentaires.

  1. -la louvine 40 - -la louvine 40 -

    Au moment où toutes les salles accueillant des concerts à Marseille ferment du fait de la soit disant  » gêne occasionnée « par les musiques actuelles, le lieu m’a toujours semblé rêvé. L’accès est facile, c’est en effet au coeur de la métropole et au milieu de nulle part. Et personnellement j’adore ce caillou posé là

    Signaler
  2. mrmiolito mrmiolito

    Tout pareil, j’aurais pas dit mieux ! Un bel outil culturel qui n’aurait besoin que de quelques coups de peinture et d’un peu de budget pour repartir…
    Et sauf erreur c’est un bâtiment de Rudy Ricciotti, architecte célébre par ailleurs, qu’on laisse ainsi pourrir.

    Signaler
  3. martine Colombani martine Colombani

    ah! les limites de la décentralisation!! et combien d’investissements qui ne servent pas ? et après les élus râlent contre la baisse des dotations de l’Etat; certes l’Etat charrie mais les élus aussi; venez voir à mimet tout ce qui est fait et qui SYSTEMATIQUEMENT est fermé – à clé – à grilles… aujourd’hui par exemple « journée du patrimoine » aucun bâtiment n’est à visiter: ni le château, pour lequel pour le quel on a dépensé ou engagé pour l’instant 3 millions d’, sans pour autant s’attaquer à la solidité du bâtiment, ni la mairie, ni le presbytère….bref aucun bâtiment. « secret défense » ?

    Signaler
  4. Regard Neutre Regard Neutre

    L’École nationale supérieure des officiers de sapeurs-pompiers (ENSOSP) qui a installé, sur 23 Ha , son plateau technique de formation sur le site, pourrait récupérer ce magnifique outil pour organiser des manifestations , colloques et échanges internationaux. Ainsi , l’Etat corrigerait ainsi un effet désastreux de la décentralisation.

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire