Le Rassemblement national change de patron dans les Bouches-du-Rhône en vue des municipales

Info Marsactu
le 13 Juin 2019
1

La direction nationale du parti a soudainement décidé d'installer son directeur de la communication Laurent Jacobelli à la tête de la fédération départementale des Bouches-du-Rhône. Candidat aux législatives 2017 dans la circonscription de Gardanne, il remplace le Martégal Emmanuel Fouquart.

Au centre, Emmanuel Fouquart, candidat aux législatives sur la circonscription d'Istres. Photo : B.G.

Au centre, Emmanuel Fouquart, candidat aux législatives sur la circonscription d'Istres. Photo : B.G.

Au Rassemblement national, on les appelle les préfets. Contrairement à ce qui se fait dans d’autres formations politiques, les secrétaires départementaux ne sont pas désignés par la base. Les décisions de nomination se prennent à Nanterre, au siège du parti et bien souvent dans le bureau de la présidente Marine Le Pen. C’est ainsi que selon les informations de Marsactu, le parti d’extrême-droite a choisi de relever de ses fonctions le Martégal Emmanuel Fouquart. Celui-ci avait pris la suite au début de l’année 2018 du sénateur Stéphane Ravier, qui avait quelque peu négligé la gestion du parti, marqué par la défection de nombreux élus.

Emmanuel Fouquart sera remplacé par Laurent Jacobelli. Celui-ci est bien en vue à la tête du parti, puisqu’il cumule un siège au bureau national, une fonction politique de délégué général à la communication et un emploi salarié de directeur de la communication. Militant en Lorraine sous les couleurs de Debout la France dont il était aussi le directeur de la communication nationale, Laurent Jacobelli s’était engagé à la dernière minute dans la course aux législatives sous les couleurs du Rassemblement national en 2017. Il avait alors candidaté dans la 10e circonscription des Bouches-du-Rhône qui inclut notamment Gardanne et Allauch, récoltant 41,7 % des voix au second tour face au candidat soutenu par La République en marche François-Michel Lambert. C’est à Allauch qu’il a fixé depuis son engagement : il souhaite s’y présenter aux municipales 2020.

Une décision soudaine

Son arrivée à la tête du RN 13 est soudaine : « C’est une décision qui a été prise par le siège. Je l’ai appris hier après-midi, témoigne Emmanuel Fouquart. Quand on n’est pas informé, quand on a pas de signaux particuliers avant, c’est vrai que ça surprend. On m’a expliqué que l’objectif est de mettre à la tête de la fédération un communicant en vue des municipales ». Un autre cadre du parti ne cache pas sa stupéfaction : « D’habitude, il y a des consultations, des discussions, là rien. Personne n’a été mis au courant. Et c’est pour mettre un Parisien qui ne connaît pas grand chose au département ».

Laurent Jacobelli ne cache pas que sa feuille de mission est de dimension nationale : « Dans l’esprit de Marine Le Pen, les Bouches-du-Rhône sont une priorité politique en vue des prochaines élections locales. Mon emploi du temps sera fortement aménagé et j’aurai la tâche d’organiser le parti et de démultiplier les énergies. » Dans le viseur du parti se trouvent notamment certains maires de droite ou sans étiquette. Le RN va essayer de les attirer dans ses filets, fort de son score aux européennes et du faible résultat des Républicains.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Zumbi Zumbi

    On décide à Paris d’envoyer un type qui a milité en Lorraine diriger le parti dans les Bouches-du-Rhône : une illustration de plus de ce que vaut la passion affichée de Ravier pour « l’authentique Provence ».

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire