Le GR 2013 sera-t-il sauvé des broussailles ?

À la une
le 4 Juil 2014
4

“Dans les années à venir, on pense que ce GR 2013 continuera à être fréquenté”, s’hasardait il y a quelques mois Bernard Lebrun, vice-président du club des excursionnistes. Aujourd’hui, ses pères ont déclaré l’état d’urgence, bien décidés à l’empêcher de partir à la dérive, envahi par les ronces et les hautes herbes. Le sentier de grande randonnée, conciliant l’urbanité du territoire avec les coins plus reculés, a constitué l’un des projets phares de l’année Marseille-Provence 2013. Pensé et tracé par les artistes marcheurs et les excursionnistes, il propose aux randonneurs des chemins peu empruntés, qui jusqu’à présent n’apparaissaient dans aucun guide. Plus précisément, ces 365 kilomètres de marche forment le signe de l’infini (le huit couché) à travers les paysages périurbains du département. En d’autres termes, un sentier tracé entre nature et béton qui, à sa manière, préfigure la métropole en devenir.

Après quelques mois d’apathie, une fois l’année capitale de la culture passée, les fondateurs ont décidé, rapidement, de trouver un moyen de pérenniser le GR 2013. “Il était initialement conçu pour être produit en 2013. Au lendemain de l’année culturelle, on s’est retrouvé avec un projet tout à coup orphelin”, raconte Baptiste Lanaspèze, fondateur des éditions Wildproject et concepteur de la marche. Avec l’artiste marcheur Nicolas Mémain, Loïc Magnant chargé du projet pour l’association MP 2013, les excursionnistes et d’autres, ils se sont réunis de manière informelle, assez régulièrement, avec l’idée de créer une association – encore en gestation – intitulée “le Bureau des guides”. Jean-François Chougnet, ancien directeur de l’association Marseille-Provence 2013 apporte aussi son soutien au projet. L’objectif de l’association, selon Baptiste Lanaspèze, serait de “garantir l’indépendance de ce projet atypique de société civile”, tout en entretenant de bonnes relations avec les institutions.

“Entretenu à 80%”

Les collectivités locales restent essentielles pour financer le sentier pédestre. Du côté du département, on assure un soutien absolu au projet : “Le conseil général souhaite que le GR 2013 soit pérenne et non pas qu’il soit limité à l’année capitale.” Pour autant, “nous sommes en phase de réflexion et rien n’a encore été acté pour l’instant. Mais sans doute pourra-t-on faire une proposition en septembre. Nous voulons que l’aventure continue”. Un entrain reçu avec un brin d’impatience par Bernard Lebrun, vice-président des excursionnistes qui estime que “si le projet est en cours de préparation, tout de même, les réponses tardent un peu à venir”.

Ce dernier a également émis l’idée que les communes traversées par le sentier soient sollicitées pour l’entretien du GR, “dans la mesure où cela demande des frais de déplacements et de matériel pour les bénévoles. Ils permettent à cette heure que le sentier soit entretenu à près de 80%”. Une idée que ne partage pas forcément Baptiste Lanaspèze : “Ce n’est pas la vocation des communes d’assurer l’entretien… Elles qui doivent plutôt collaborer à la marge sur des événements ponctuels.” Pour l’éditeur, l’entretien relève davantage de la responsabilité des différents groupes de randonnées répartis sur le territoire.

De fait, il est difficile pour l’heure de mobiliser comme en 2013 les partenaires communaux, bien que favorables au projet et soutiens importants lors de l’année capitale. Ainsi, pour l’adjointe à la culture d’Istres Nicole Joulia, “clairement, il n’y a pas de budget pour le GR 2013 en 2014. Après, le tracé du GR 2013 va rester et il mérite qu’on le fasse vivre. Mais toutes les municipalités attendent 2015 pour s’orienter vers des projets communs, des collaborations appuyées sur des structures préexistantes”.

“Créateur de culture métropolitaine”

Outre les soutiens financiers, les fondateurs réfléchissent à la dimension territoriale du projet. Si celui-ci préfigure clairement la métropole en devenir, pas question pour eux que le sentier cristallise les tensions entre les différents acteurs locaux. “Le projet vit la complexité territoriale du moment. Il est à la fois inscrit dans le département et dans la métropole. Le GR 2013 doit devenir acteur de cette révolution administrative mais pour l’instant, les deux institutions ne collaborent pas”, déplore Baptiste Lanaspèze. Pourtant, “il n’y a pas mieux que le GR comme créateur de culture métropolitaine, même s’il faut se poser très sérieusement la question du contenu artistique à apporter”. Il est exclu de réaliser des temps forts comme en 2013, pour l’année capitale mais les artistes marcheurs qui ont arpenté le territoire et qui ont façonné le sentier souhaitent rester au cœur du projet.

Ainsi, définir son identité artistique fait partie intégrante de la mission que devra se fixer la future association “le Bureau des guides”. Celle-ci reposera sur trois piliers essentiels mis en avant lors de son lancement : la randonnée, l’urbanisme et l’art contemporain. Une fois l’association sur les rails, les fondateurs comptent également rééditer le topo-guide, “lorsque nous l’aurons amélioré et que nous aurons réglé cinq ou six points noirs sur le trafic actuel : une route départementale qui coupe le sentier trop dangereuse, des lotissements que l’on souhaiterait traverser, etc.”, détaille Baptiste Lanaspèze. “Cela nécessite du temps”, ajoute Bernard Lebrun. Selon ses concepteurs, le topo-guide devrait être réédité en 2015-2016.

La nomination du GR 2013 parmi les dix meilleurs sentiers de grande randonnée du monde listé par le prestigieux National geographic, ajoutée à des sollicitations de l’étranger, comme Shanghai et Berlin, ont achevé de nourrir les ambitions de ses fondateurs. Tandis que Bernard Lebrun  est persuadé que la boucle de randonnée “touchera des gens dans les années à venir”, Baptiste Lanaspèze, lui, rêve le GR en tremplin mondial. “Pourquoi ne pas imaginer une sorte d’états généraux internationaux des GR ?” se questionne-t-il. En tout cas, résume l’éditeur, “j’ai l’impression que l’on est au début du GR 2013. Tout reste à faire”.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

+++

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. jml13 jml13

    C’est un peu lassant à la fin ces titres qui se veulent raccoleurs et ne correspondent pas au texte. Le GR2013 vit encore et, certes, il faut le pérenniser et l’entretenir (comme tous les sentiers) mais le projet du “Bureau des Guides” est tellement sympa qu’il méritait mieux que ce titre. Ca me rappelle les titres du style “ça ne marchera jamais” ou “ça ne trouvera jamais son public” ou “ça ne sera jamais prêt” pendant les 3 années de préparation de MP2013. Marsactu est indispensable, mais hélas incorrigible 🙂

    Signaler
  2. lou lou

    peut on avoir le budget accorde par mp13 et sa ventilation .
    merci car c est un element essentiel

    Signaler
  3. zaqsa2000 zaqsa2000

    Et pourquoi ne pas faire réaliser ces activités au profit de la collectivité par le biais d’ un Travail d’Intérêt Général ( TIG) ?

    Signaler
  4. Citoyen de L'Estaque Citoyen de L'Estaque

    Et qu’en pensent, quant à elles,les associations organisatrices des randonnées sur l’entretien de leurs outils?

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire