Le Clermont-Marseille toujours bloqué en gare de Nîmes

À la une
le 5 Avr 2013
4

Le président de la SNCF Guillaume Pépy avait annoncé en novembre devant les députés le retour de la ligne Clermont-Marseille, dite "le Cévenol", sur son parcours intégral à partir du 4 avril. Ce trajet pittoresque – le train serpente dans les gorges de l'Allier – fait partie des trains d'équilibres du territoire (TET) dont le déficit est financé par l'État. Depuis septembre, le tronçon Marseille-Nîmes était fermé pour travaux, alimentant les craintes d'une suppression définitive, voire d'une fermeture de la ligne. D'où les propos rassurants du patron de la SNCF, face à la mobilisation importante d'élus et d'usagers :

Las, ceux qui auraient voulu (re)faire le voyage Marseille-Clermont auraient trouvé quai vide à Saint-Charles jeudi. "Guillaume Pépy parle un peu comme les hommes politiques, il fait croire ce que l'on a envie d'entendre mais en fait il n'y avait pas d'engagement formel, on ne se faisait pas d'illusions", grince Jean-Jacques Faucher, maire de Brioude (Haute Loire) et président de l'association des élus pour la défense du Cévenol"De toute évidence Guillaume Pépy n'avait pas l'aval de l'autorité organisatrice, à savoir l'État", commente Jean-Yves Petit, vice-président du conseil régional délégué aux Transports.

L'élu a écrit à Cécile Duflot "au nom de l'égalité des territoires", dont elle est en charge au gouvernement. "J'ai aussi demandé via l'association des régions de France que le ministère réunisse le comité de suivi des trains d'équilibre du territoire car nous n'avons aucune information. J'ai l'impression que l'on cherche des économies sur tout mais il n'existe pas de schéma d'ensemble", regrette-t-il.

"Logique contentieuse"

Pour l'heure, nous n'avons pas pu obtenir d'explication du ministère des Transports, mais là encore Jean-Jacques Faucher se montre désabusé. "Nous sommes toujours très bien reçus, un conseiller technique nous écoute, on nous dit que tout va bien et puis progressivement le service se dégrade et l'on fait tout pour décourager les voyageurs."

L'association a donc décidé lors de sa dernière réunion de changer de mode d'action : "Nous avons décidé de passer à une logique contentieuse avec un recours qui sera déposé dans les prochains jours devant le tribunal administratif. En effet, la modification de la ligne ne s'est pas faite dans les formes en terme de consultation des collectivités locales."

Cet article vous est offert par Marsactu

À vous de nous aider !

Vous seul garantissez notre indépendance

JE FAIS UN DON

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. savon de Marseille savon de Marseille

    Le Sillon du train ” CEVENOL” est l’incarnation du délitement de l’aménagement du Territoire depuis 30 ans.

    Ce “TRANS-SIBERIEN” Français MARSEILLE-PARIS passant par ALES,LANGOGNE et CLERMONT est à l’image de la France rurale vue par PARIS : abandonnée pour des raisons économiques avec l’alibi de la désertification.

    Mais comme c’est un NOM SYMBOLIQUE, il y a donc une vrai finesse, dans cet acte de mort .Il n’est pas passé à la guillotine mais à la torture chinoise ! on va donc le faire mourir doucement ,en lui arrachant délicatement ses organes vitaux année par année. Un petit jeux pervers pour le voir souffrir , s’affaiblir , puis mourir.

    Mais tout l’ART est de faire mourir un système de transport par petites strates est une technique de mort lente qui fut donc utilisée avec délectation par Guillaue PEPY , le tortionnaire expert du corps du CENENOL.

    Voici quelques étapes de cette mise à mort.

    1979 : tout va bien !, c’est la fin des 30 glorieuses et la création de la ligne MARSEILLE-PARIS par Clermont-Ferrand.
    C’est le vrai CEVENOL !. 8 Heures de trajet . 8 voitures corail qui traversent les Cevennes et l’ Aubrac entre 70 et 90 km/H. Il est en pleine forme.

    2001 : aie !! Inauguration par Chirac de la LGV Sud Est avec TGV MARSEILLE-PARIS en 3 heures. L’activité Voyageurs se concentre sur la commercialisation des lignes Grandes Vitesses.Une partie de a clientèle se détourne.

    2003 à 2007 : lignes Régionales : dégradation de la vitesse, suppression des unités locales qui assuraient l’entretien le la voie. Sur certains tronçons la vitesse d’exploitation passe donc de 70 à 30 km/H, avec Suppression des trains couchettes de nuit PARIS-NIMES par l’AUBRAC !

    2007 : suppression du segment CLERMONT-PARIS et Réduction des wagons de 8 à 4 voitures par train. Il n’est plus tiré que par un seul diésel (au lieu de deux attelés

    2008 à 2012 : “PLAN AUVERGNE” de gros travaux pour éviter la fermeture complète, mais RFF opte pour la stratégie des fermetures en continu de ligne par périodes de 2 à 3 mois sur plusieurs segments étalés à des dates différentes pour régénérer la voie. Fort impact sur la fréquentation des trains qui chute vertigineusement. Les voyageurs n’ont plus de billets réguliers , perte de repères commerciaux .Le sillon ne se remet en marche qu’au ralenti au Printemps et en Eté
    . Après 4 ans de travaux, le segment LANGOGNE-ALEYRAS remonte de 30 à …40 km/h. Cette Vitesse est trop lente pour activer les blocs climatisations:les contrôleurs, en été, donnent donc des bouteilles d’eau aux personnes âgées pour survivre . DU Grand Cevenol luxueux on passe au train de la Rivière Wai dans les gorges de l’ ALLIER.

    2012 :le sillon aller est “bizuté” par RFF : on le fait passer par les voies des Ports de Marseille ,puis par Martigues (pour lui faire perdre encore 15mn )
    2013 ; SNCF Voyages tente de se défaire définitivement de ces trains non rentables pour les faire financer par les Régions. Tractations. Le sujet est semble-t-il repoussé pour 2014. Inauguration du raccord d’ Ales pour éviter des manoeuvres au triage de Nïmes. Mais le CEVENOL , s’il est supprimé en 2014 , ne bénéficiera pas de ce gain de temps : c’est vraiment insensé.

    RESULTAT

    Soit au Qatari tombe amoureux de la ligne et donne 100 Millions d’euros à RFF pour la réexploiter à 100 km/H avec du matériel Pendulaire sans ruptue de charges le MARSEILLE à PARIS.

    Soit on verra dans 1 ou 2 ans des petites trames TER Bombardier qui se tortillent à 40 km:h d’Ales à Langogne pour rapatrier 5 séniors en retour de randonnée + un vélo.

    Mr PEMY est un malin : il connait l’abandon de la ligne . Il connait le pathos de la population sur ce thème. Il joue l’Historien paternaliste mais il a déjà dézingué le sillon de 1979 , le vrai pour les maquiller en 3 TERS avec rupture de charges et des correspondances fragiles.

    lA SEULE SOLUTION

    Signaler
  2. Anonyme Anonyme

    Bien résumé !

    Signaler
  3. savon de Marseille savon de Marseille

    Fin de mon courrier d’ hier :

    LA SEULE SOLUTION de mon point de vue , est en 4 phases :

    1 – Compléter le plan Auvergne en trouvant des Entreprises et des Directeurs d’Opérations dégourdis qui savent travailler sans fermeture complète de ligne. La clientèle s’est détournée par fatigue.
    C’est dur de trouver une telle entreprise ,c’est une denrée rare en France.

    2 – Les 3 Régions concernées : PACA- LANGUEDOC et AUVERGNE étant incapables de mutualiser une action innovante logistique pour optimiser les temps de parcours (chacun travaille dans son coin), il faut garder ces sillons dans le portefeuille de SNCF Voyages.

    Pour info : il n’y a AUCUNE fiche train complète qui reprend toutes les gares concernant cette relation spécifique. Le périmètre de ce train dépasse du champ de communication des Conseils Régionaux C’est rôle de la SNCF de PROMOUVOIR le CEVENOL. On attend un plan de communication.

    3 – Remonter en vitesse d’exploitation au delà d’ ALES, avec des taux conformes aux normes de 1979, afin de redresser le graphique de circulation.

    4.Rouvrir une Unité de Production maintenance dans la zone sensible , section ou il y a 100 ouvrages d’art et ou les rochers et les ouvrages en terre sont un sujet de préoccupation.

    5. Trouver du matériel PENDULAIRE sur le marché international pour tracer un train “DRAPEAU” apte à offrir du MARSEILLE-CLERMONT en 3H25 , simplement pour afficher les vrais résultats du plan Auvergne qui a déjà coûté plusieurs millions d’ EUROS à cette région, c’est une question de dignité.

    Sur les points “4 et 5”, Guillaume PEPY a suffisamment de relations pour s’en occuper “personnellement”. On va vigiler.

    La ligne est sauvée , il faut maintenant la parer d’une norme d’exploitation acceptable pour les voyageurs du Centre, c’est à dire une relation à vitesse NORMALE ,avec un service REGULIER.

    Signaler
  4. savon de Marseille savon de Marseille

    Guillaume PEPY dit dans cette vidéo que le CEVENOL ne peut pas circuler sans rupture de charge entre CLERMONT et MARSEILLE parce qu’il y a des travaux RFF à Nimes.

    Donc le soir – d’après Mr PEPY – ,entre 18H00 et 18H30 on ne peut pas circuler entre NIMES et TARASCON en 2013 pour causes de travaux. Impressionnant.
    http://www.youtube.com/watch?v=_uuAq7pxpxQ

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire