Le calvaire quotidien des locataires d’un immeuble des Flamants squatté à 90%

Reportage
le 30 Avr 2021
6

L'essentiel des 145 appartements du "tripode" des Flamants (14e) sont squattés. Les conditions de vie des derniers locataires, appelés à être relogés, se sont dégradées au fil des mois. Deal, prostitution et insalubrité génèrent des tensions qu'ils n'arrivent plus à supporter.

Le décor tient de la routine dans les petites cités marseillaises : deux entrées, deux barrages de chariots et de poubelles, deux chaises, deux jeunes choufs. Mais les ultimes locataires réunis au pied du dernier “tripode” des Flamants (14e arrondissement) ont fini par ne plus voir les vigies mutiques et la ronde des clients. Ce […]

Contenu réservé aux abonnés au journal

Offre découverte 1 € le premier mois puis 6,99 €/mois JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. axelv axelv

    Marseille…

    Signaler
  2. nathdemars nathdemars

    Marseille !

    Signaler
  3. Dark Vador Dark Vador

    Il n’y a pas que Marseille dans cette situation, hélas j’ai envie de dire, ce serait circonscrit à une seule ville… Misère, précarité, chômage, immigration illégale, etc etc, la litanie sans fin des causes s’amoncellent. 160 squats sur 120 logements, il est sûr que Royer-Perreaut nantis de tant casquettes va trouver la solution. Je me demande d’ailleurs si elles existent les solutions…

    Signaler
  4. Aurelie Aurelie

    Incroyable…comment est ce possible…

    Signaler
  5. PromeneurIndigné PromeneurIndigné

    C’est possible car en 25 ans Gaudin et sa bande ont gaspillé l’argent des contribuables marseillais dans des réalisations inutiles: patinoire ,grand stade ,tramway doublonnant avec le métro ,Il a en outre hypothéqué l’avenir en accueillant les JO maritimes

    Signaler
  6. Andre Andre

    Le cocktail est complet:
    Défaillance insupportable des pouvours publics, qui abandonnent des quartiers dans le dédale de procédures administratives et comptables incompréhensibles, comportements inqualifiables des squatteurs, trafics de toutes sortes … Tant qu’il n’y aura pas de crime, on fermera les yeux sur les trafics, on parlera “d’incivilités “, les bonnes âmes mettront en cause la générosité de ceux qui osent se plaindre quand on ne les accusera pas de “racisme”. Cette situation ne touche pas des nantis mais des personnes qui sont les plus modestes, captives de ces non-lieux abandonnés des pouvoirs publics.
    Ce n’est malheureusement pas que marseillais bien que je soupçonne la municipalité précédente d’avoir traîné les pieds pour apporter sa quote part à l’ANRU.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire