La métropole freine le tramway aubagnais

Actualité
le 29 Nov 2012
13

L’affaire est grave : la salle des mariages de la mairie d’Aubagne est pleine à craquer. Le maire Daniel Fontaine et la présidente du pays d’Aubagne et de l’étoile, Magali Giovannangeli, ont convoqué la presse. Les élus, citoyens et techniciens garnissent les rangs, remontés comme des coucous. Il y a de la révélation dans l’air. Daniel Fontaine ménage le suspense, chauffe la salle, il va être question de la « bataille » de la métropole et du « droit à l’existence » des Aubagnais. Or, dans « cette bataille« , les deux élus dénoncent deux nouveaux coups dont leurs institutions seraient victimes. Avec, dans leur viseur, la préfecture diligentée par le gouvernement.

Le gouvernement « a l’oeil » sur le tram

La première salve conserve le futur tramway entre Aubagne et la Penne-sur-Huveaune dont la déclaration d’utilité publique – sur laquelle le préfet doit statuer depuis début 2012 – « est remontée jusqu’au bureau du ministre des transports ». Une information confirmée au ministère où l’on parle « d’un arbitrage par les experts de l’administration centrale concernant notamment l’interconnexion avec Marseille. Un dossier sur lequel le gouvernement a particulièrement l’oeil ».

« Aujourd’hui, un ministre des transports de gauche se pose des questions sur ce tramway alors même qu’un ministre des transports de droite a validé un financement de 13,7 millions d’euros pour ce même tramway, s’emporte Magali Giovannangeli. Il ne s’agit pas d’une question de transports mais de la volonté politique de poser problème au pays d’Aubagne ». Et le maire renchérit : « Nous n’allons pas concéder la liberté d’Aubagne contre un tram ». Les deux élus ont décidé de demander audience directement au premier ministre Jean-Marc Ayrault « puisqu’il est là pour gérer les questions politiques ».

La décharge d’Alex Guérini fermée ?

Deuxième mine : la décharge du Mentaure. Là encore, le pays d’Aubagne attendait une réponse de la part des autorités préfectorales. Les déchets des communes sont enfouies dans cette décharge de La Ciotat dont l’autorisation arrive à terme à la fin 2012. Une décharge rendue célèbre par le fait qu’elle est exploitée par une société d’Alexandre Guérini dont les conditions douteuses de l’extension ont coûté son poste au précédent président de l’agglo d’Aubagne, Alain Belviso.

L’agglo a demandé aux autorités préfectorales que celle-ci soit prorogée jusqu’en 2014. « Nous avons déposé notre dossier en février 2011 et depuis nous attendons », raconte Daniel Fontaine. La réponse a fini par tomber il y a quelques jours. Dixit Fontaine citant le secrétaire général de la Préfecture : « la décharge du Mentaure est pleine. Vous avez deux possibilités : soit continuer à enfouir au Mentaure en toute illégalité et à vos risques et périls. Soit trouver un autre site de stockage dans les trois mois qui viennent ».

« Nous sommes dans une profonde colère », ont martelé les deux élus avant d’annoncer leur programme des prochains jours. « Nous allons boycotter les deux prochaines réunions proposées par la Préfecture (sur la métropole, ndlr), prévient la présidente du Pays d’Aubagne. Et, le 21 décembre, date de la venue de de Marylise Lebranchu, nous  appelons à un grand rassemblement devant la Préfecture avec les services publics, les syndicats, les citoyens et même les paysans« . Concernant ces deux mines qu’on lui attribue la préfecture se borne à ne faire « aucun commentaire concernant des propos qui n’engagent que le maire d’Aubagne ». La conférence métropolitaine organisée par le préfet Théry risque d’être une vraie sauterie.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Anonyme Anonyme

    Comme c’est jouissif !

    Signaler
  2. pipoboy pipoboy

    trop bon

    Signaler
  3. Anonyme Anonyme

    ce tramway une vraie histoire de fous, il y a un vrai besoin de connexion avec Marseille vu la charge de l’autoroute tous les matins et tous les soirs, et ces gens là endettent plusieurs communes pour des années pour un chantier qui fera joli sur la carte postale… Quand à la décharge du Mentaure de Guérini, ils ont le culot et l’indécence d’en redemander !!!

    Signaler
  4. Electeur du 8e Electeur du 8e

    « La liberté d’Aubagne » : tout de suite les grands mots. Mais que ces gens-là aient au moins la décence d’aller jusqu’au bout de leurs idées : qu’ils laissent les emplois de Marseille aux habitants de la CUMPM, et demandent aux habitants du Pays d’Aubagne de se débrouiller chez eux (avec les sociétés d’Alexandre Guérini !). On verra si « l’indépendance » revendiquée vis-à-vis des affreux Marseillais est plus qu’une fiction politicienne et démagogique.

    Signaler
  5. gnafron de marseille gnafron de marseille

    ils ne sont pas prés de faire circuler ce tramway pour une autre raison.
    Qui le fera rouler ? Aucune procédure de DSP n’a été lancée. A moins que ce soit en régie puisqu’à Aubagne ils sont, parait-il, partisans des régies.
    Ce ne serait pas des fois pour le « donner » à Véolia par voie d’avenant sans mise en concurrence ?

    Signaler
  6. Turlutte Turlutte

    Les 30 millions promis par la droite au tram d’Aubagne seront bien mieux utilise par la Metropole

    Signaler
  7. esternome esternome

    Que de spécialistes du transport parmi les commentateurs! Pour une fois qu’il exsite un projet apte à se projeter dans l’avenir, la liaison avec Marseille étant envisagée TRES sérieusement au sein même des documents prospectifs de la CUM, il se trouve toujours sur le net des imbéciles qui pensent que l’anonymatleur donne le droit de évelopper n’importe quelle insanité. Sur le dossier métropolitain, ouvert à cause de la situation de Marseille, à quand un retour sur 17 de gestion de l’inénarrable Jean-Claude Gaudin? Si Marseille était un tant soit peu attractive, il n’y aurait pas une telle opposition d’autant d’habitants qu’en compte la cité phocéenne à ce projet.

    Signaler
  8. puig puig

    C’est vrai que c’est bien facile de mettre dans un doc « prospectif » que l’on « envisage » une intermodalité avec le tram de Marseille. ça n’engage à rien, et ça ne trompe que les gogos.
    Mais envisager dès le départ une ligne unique sous la houlette d’une même Autorité organisatrice de transport, ça n’aurait pas été plus simple, non ?

    Signaler
  9. ericmazargues ericmazargues

    Les choses étaient claires depuis le début, il suffisait d’écouter Marylise Lebranchu : « l’État ne s’engagera pas dans une phase nouvelle de contractualisation sur les grands projets s’il n’y a pas une vraie gouvernance du développement économique. Ce n’est pas de la pression, c’est du donnant-donnant. C’est du gagnant-gagnant. »

    Après, il faut savoir assumer ses positions intenables.

    Signaler
  10. papy papy

    la provence ne parle pas des déchets dans son papier de ce jour.
    étiez vous à la même conférence de presse monsieur Gilles?

    Ou la provence boite t elle sur le sujet de la dite décharge?Bizarre et à suivre dans les prochains jours et semaines.
    Comment vont préparer l’opinion.

    Pour le reste heureusement qu il y a encore des hommes et des femmes de courage et notamment sur Aubagne.
    La politique ne peut pas se faire et se défaire uniquement de Paris et par les partis, et j’espère que ce tram puisse un jour aller jusqu’à Castellane depuis la Tourtelle(quartier Aubagnais)et être partagé par les collectivités.

    Il restera dans l’histoire que le départ aura été en 2012, de cette petite ville,qui s’endette certes, mais en investissant,en faisant travailler les entreprises et en servant l environnement.

    La critique est facile,les places en démocratie sont disponibles régulièrement,chacun a sa chance devant les électeurs.
    Les forums ne peuvent pas servir uniquement aux eunuques (ils savent comment faire,mais ne peuvent pas faire)à créer la polémique depuis leurs salle à manger.
    Slt.

    Signaler
  11. boulegan boulegan

    donc si je comprends bien si le pays d’aubagne ne peux plus enfouir ses dechets dans sa déchargeau Mentaure ( je rappelle que cette décharge n’appartient pas à A.Guerine) il va falloir enfouir ailleurs à des prix exhorbiatnts …. et hop la hausse de la taxe d’enlevement. Avec la décision du préfet c’est les grands groupes qui se frottent les mains et vont récuperer 50000Tonnes ( veolia à septemes, sita aux pennes, ou urbaser avec l’incinérateur)

    Signaler
  12. Anonyme Anonyme

    faire du petit pour conserver l’electaurat le pauvre GARCIN a bien eu raison de quitter le bureau à cause de persornes qui non que la conviction de leurs émoluments.

    Signaler
  13. Marius Marius

    La confusion qui règne à Aubagne (PC) comme à Aix (UMP), n’est que la triste conséquence du choix aberrant fait il y a 46 ans.

    En effet, il y a 46 ans, quand les grandes villes de France se dotaient d’une Communauté urbaine, formule qui mutualise les moyens et crée un pot commun permettant les grands chantiers qui profitent à tous les habitants, Gaston Defferre commit l’immense erreur de refuser, pour des motifs de politique locale.

    Faisant ainsi de Marseille la seule grande ville de France dépourvue de Communauté urbaine.

    MPM présidée par Caselli n’est qu’une création récente qui ne constitue qu’un morceau très incomplet de Communauté urbaine (et peu efficace).

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire