La métropole Aix-Marseille-Provence penche à droite

À la une
Julien Vinzent
9 avril 2014 21

Marseille reste à droite. Aix aussi. Aubagne bascule, tout comme Salon, Châteauneuf-les-Martigues ou Cuges-les-Pins… Non content d'offrir une large majorité à Jean-Claude Gaudin, la vague bleue est aussi métropolitaine. Après quelques calculs casse-tête, voici la configuration de la future assemblée, où siègeront 239 élus à partir du 1er janvier 2016 :

En apparence, la lecture est simple : la droite disposera d'une marge de manœuvre plutôt confortable avec 135 sièges quand la majorité est à 120. Mais le jeu politique sera tout autre qu'une opposition droite/gauche, avec les 20 représentants marseillais du FN en embuscade. Le premier courant pourrait être en fait celui, très majoritaire, des élus qui se sont opposés à la mise en place de l'institution.

Ainsi, on imagine mal les 14 représentants de la droite aixoise autour d'une Maryse Joissains vent debout contre la métropole voter main dans la main avec les troupes de Jean-Claude Gaudin qui a favorisé le passage de la loi au Sénat. Du moins pas sans un accord politique solide sur les postes comme le fonctionnement. À MPM, Jean-Claude Gaudin a montré qu'il savait tordre une institution pour la rendre acceptable par tous, mais il aura face à lui autant de maires que d'élus marseillais, soucieux de préserver leurs prérogatives locales. En ce sens, il ne fait aucun doute que la répartition des sièges par commune offre une autre clé de lecture, complémentaire des étiquettes politiques.

De ce point de vue, le conseil métropolitain sera coupé en trois. Il y aura d'abord l'immense majorité des communes (83 sur 93), qui ne seront représentées que par un élu, leur maire. Viendra ensuite un club plus fermé de neuf villes "moyennes", totalisant 49 sièges ; puis Marseille, loin devant avec 107 sièges.

La configuration politique sera certainement un mélange des deux graphiques. Un "groupe des maires" – pour ne pas dire des anti-métropoles – pourrait par exemple émerger sur le modèle de celui des "indépendants" construit par Plan-de-Cuques et Marignane à la communauté urbaine de Marseille. S'il faudra forcément élire un président, on peut penser que celui-ci ne pourra pas se contenter de ce vote inaugural pour gouverner pendant 6 ans.

Cette répartition des sièges risque en tout cas d'alimenter le procès en gigantisme et en iniquité de la métropole. Dans une communauté urbaine ou d'agglomération, chaque commune se voit dotée de sièges proportionnellement à sa population. Mais comme l'application stricte de cette règle exclut les plus petites communes, la loi prévoit de leur distribuer un siège, au repêchage.

À la communauté urbaine de Marseille, cela donne une répartition plutôt équilibrée : seuls Ceyreste et Le Rove n'ont qu'un seul siège. Au Grand Lyon, la situation tend déjà vers une coupure entre les 15 communes dotées de plus d'un siège et les 43 uniquement représentées par leur maire. Mais la métropole Aix-Marseille-Provence, avec ses 1 830 000 habitants et ses 93 communes, accentue à l'extrême cet aspect. On l'a dit, 83 villes et villages n'auront qu'un seul siège.

Ce qui amène un autre effet pervers : la représentation proportionnelle est lissée. Pour obtenir plus d'un siège, le ticket d'entrée est fixé à 25 265 habitants, population de Miramas. En-dessous, tout le monde est logé à la même enseigne. Autrement dit, Gardanne, 20 473 habitants, disposeront d'autant de représentants que Cassis (7700 habitants) ou même Saint-Antonin-sur-Bayon (131). Concrètement, un habitant de cette dernière bourgade pèse autant que 150 Gardannais. Mais on n'a pas compté les chèvres.

21
commentaires

Commentaires

Abonnez-vous pour voir les commentaires.

  1. Tresorier

    Que la Metropole Marseille Provence bascule a gauche ou a droite, peu m’importe. Il faut qu’elle penche enfin du bon cote !!!!! Il faut des realisations en termes de transports en commun, d’espaces naturels, de protection de l’environnement,….. Nous avons trop de retard a rattraper du a l’inaction, a l’incompetence, au clientelisme des EPCI a la con actuels.

    Signaler
  2. Anonyme

    La mutualisation,la globalisation,et la métropole c est la prime au plus nul,au plus fainéant au moins courageux.
    Je provoque,je schématise et je suis excessif mais l idée de cette métropole et pour moi le pouvoir aux fonctionnaires,aux dir camb,aux syndicats.
    C est des emplois stériles,coûteux pour le contribuable,ou il faut être 4 pour faire le taf de 1.( rtt,congés,formation,délégation,maladie,pause café,dépression etc….).
    La proximité,la réactivité,le contact,la responsabilité,la colère,l amour,l entraide,l écoute,ne supportent pas le gigantisme.

    Signaler
  3. Electeur du 8e

    Saint-Antonin sur Bayon, 131 habitants ! Quand, dans ce pays, aura-t-on le courage de supprimer les 27 000 communes de moins de 1000 habitants ?

    De quels moyens, financiers et humains, disposent-elles pour répondre aux besoins collectifs de leurs habitants ? Dérisoires, ces moyens les conduisent à solliciter en permanence des financements extérieurs, par exemple les concours du conseil général. Leur absence d’autonomie financière n’est pas un gage de démocratie, bien au contraire : elle les met en état de sujétion, parfois clientéliste, par rapport aux institutions qui tiennent les cordons de la bourse (et aux « grands élus » qui les dirigent). Suivez mon regard…

    Signaler
  4. Tresorier

    Pourquoi chaque commune devrait elle etre representee par un elu ?
    Sinon, pourquoi faut il donner une voix pour chaque elu ? Apres tout, en Suisse, il y a des cantons et des demi cantons ?
    Enfin, pourquoi ne pas dire que chaque elu a un nombre de voix egale au nombre d’habitants de la commune divise par le nombre de ses representants ?

    Signaler
  5. Anonyme

    Mais dans notre organisation sociétale ce n est pas les communes ou le département qui disfonctionnent.
    Il y aurait des choses à dire,mais globalement ça marche.
    Nous gaspillons des sommes importantes dans l assistance,l assouvissement,les compensations,nous sommes tellement conciliants avec des tas de pratiques,de comportements,avec le système bancaire par exemple, qu il a bien d autres moyens de financer le budget de la nation.
    Politiques de Transport,santé,éducation,environnement,économie sont soumises quant à elles à des choix ,des orientations et courages nationaux,je dirais même Élyséens.Aux préfets ensuite à suivre les applications sur le terrain et le respect des lois.

    Signaler
  6. Paryn

    La métro est un bon concept. C’est l’application de la politique au sens le plus subjectif, voire péjoratif du terme qui va poser problème. Autre réflexion perso : il y a une bonne dizaine d’années le schéma de la RUM (Région Urbaine Marseillaise) qui était plus étendue (par ex jusqu’à Rians) et plus peuplée, m’avait parue intéréssante, si quelqu’un à des infos à ce sujet, je suis preneur

    Signaler
  7. zaqsa2000

    La FRANCE dispose environ de 36000 communes!!!! Si chacune devait être représentée par un maire soit une voix……c’est impossible !!!!il faut donc réformer en profondeur C.Q.F.D.

    Signaler
  8. MG

    Les marseillais sont gonflés de stigmatiser le « retard du a l’inaction, a l’incompetence, au clientelisme des EPCI a la con actuels. » !! C’est quand même Marseille qui détient les records absolus dans ces catégories !… Quand à cette « métropole », elle signe la mort de la démocratie de proximité, et va attribuer tous les pouvoirs au tandem Gaudin-Guérini ! Merci à Flamby 1er d’avoir transformé la Provence en EMPIRE COLONIAL MARSEILLAIS !!!

    Signaler
  9. MG

    « La proximité,la réactivité,le contact,la responsabilité,la colère,l amour,l entraide,l écoute,ne supportent pas le gigantisme. »

    Merci au bon sens d’un « Anonyme »…

    Signaler
  10. N.S.A.

    «  »zaqsa2000, 16 avril 2014 à 10:50 min:La FRANCE dispose environ de 36000 communes!!!! Si chacune devait être représentée par un maire soit une voix……c’est impossible !!!!il faut donc réformer en profondeur C.Q.F.D. » »
    c’est possible, et c’est le but de la réforme.

    Signaler
  11. amateur éclairé

    il manque à cet article un « détail ». Combien d’habitants un élu communautaire marseillais représente-t-il ?

    Signaler
  12. Anonyme

    Encore quelques euros qui vont partir en fumée pour alimenter les cagnottes de tout ces élus qui ne vont pas manquer de s’attribuer quelques primes de représentation, à suivre…

    Signaler
  13. Anonyme

    Bonjour,
    Au regard des dernières populations municipales connues, le Conseil d’Aix-Marseille Métropole compterait 240 élus, dont 108 issus de la ville de Marseille.

    Signaler
  14. N.S.A.

    «  »Trésorier, 16 avril 2014 à 17:58 min: Tu veux qu’une commune de 130 hab soit autant représentée qu’une de 865 000 hab ???
    La démocratie, c’est 1 électeur(rice) = 1 voix. » »
    ça c’est dans le cerveau des élus.il y a des petites communes avec de grandes surfaces cultivées, avec des élevages, pour nourrir les 865000 habitants: on partage le territoire, et les 130 habitants doivent être représenter.Bien sur il faut innover.

    Signaler
  15. Anonyme

    Après la métropole et ses investigations,je suggère de raser les villages,que la seule échelle soit la ville et l avantage de la concentration.
    Un village de 131 hab,il faut l d’éclairer,le nettoyer,collecter ses ordures et ses minots pour les accompagner à la ville au lycée,assurer les secours ,tout çà sera vite trop cher vu d un bureau technocratique installé dans une tour d Euromediterranee.
    La métropole c est aussi à terme la fin des « petits élus « ,des sans étiquette,des non inscrits et l avènement du bi partisme.

    Signaler
  16. Tresorier

    Frederic, quand on voit tous les elus et ex elus inculpes et condamnes que tu as soutenus (Tonon, Granie, Aicardi, Fontaine, Joissains, Guerini,…) au nom de ta haine des marseillais, ca laisse reveur sur tes notions de probite. Quand on connait ton metier, ca laisse aussi pantois…..

    Signaler
  17. leravidemilo

    gigantisme de l’institution,de services, de l’étendue de ses compétences,de l’échelle de ses jeux internes d’alliances politiciennes (meilleur vecteur pour l’exportation des meurs et mauvaises manières du defferisme,alors que sa seule limite historique était géograhique…),renforcement des clientélismes locaux en contre clientélismes défensifs (et donc légitimés),distorsion des représentativités,délégitimation conséquente de l’institution pour les populations et désertion renforcée des urnes,blocages et négociations de bouts de chandelles,crédibilité renforcée du tous pourris,baronnies et prises de pouvoir… un véritable crash pour la démocratie est au programme! 49% des élus pour Marseille et la majorité absolue pour son EPCI,championne toute catégorie des dysfonctionnements,gabégies,pas fini-parti,combines,népotismes,mauvaises gestions,clientélismes…Les félicitations et bons points au cancre de la classe,pas champion mais hors concours. Il faut arrêter ça d’urgence,s’il en est encore temps,décréter l’état d’urgence démocratique,refaire la loi aprés une large concertation démocratique et contre les Ayrault,Valls et Carlotti et autres tenants du désastres,n’agissant qu’en aveugles pour leurs intérêts politiciens fantasmés (ils ont maintenant perdu leurs barronnies rêvées du gross paris, de Lyon,de Dijon…) Guerini (ou son spectre) sont promis à un grand avenir. Cet authentique nuisible et fossoyeur de la démocratie est devenu le diable de chacun,allié,ami ou adversaire,permettant d’expliquer le moindre obstacle,d’accuser l’autre d’aller au sabbat,de jouer l’inquisiteur à bon prix. Plus généralement,libre à nous tous de bien vouloir croire,que ces élus à qui nous accordons une telle estime,vont pouvoir tenir dans ce pataquès que sera cette métropole,quelque chose qui ressemblerait plus à un dialogue que le langage de sourds et d’invective qu’elle vous fait tenir déjà à son propos!

    Signaler
  18. Marseil

    L’intérêt de la création de nouvelles structures, des communautés de communes aux métropoles en passant par les communautés urbaines, et sala suppression des autres échelons d’administration coûteux en pertes de temps et d’efficacité dans les décisions et directement par leurs effectifs pléthoriques.
    Pour que le métropole fonctionnne, il faut dissoudre les communes et autres microstructures qui y figurent. Pour assurer un accès des citoyens, des bureau de proximité de l’administration de la métropole devraient convenir.

    Signaler
  19. jvinzent

    Bonjour à tous et en particulier à MG et Trésorier. Pour la clarté et la tenue des débats, merci d’éviter l’invective personnelle ou de s’étendre excessivement sur l’identité de tel ou tel commentateur. Merci.

    Signaler
  20. Guanfei

    Si elle pouvait basculer dans le fossé… Métropole, tu parles, tout es au service de Marseille, qui a la majorité des sièges et qui fera la loi. C’est pas une métropole, c’est une annexion des communes à Marseille. Et contre l’avis de tous.

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire