La cellule riposte de Sylvie Andrieux

À la une
le 6 Mar 2013
20
Sylvie Andrieux lors de son procès au tribunal correctionnel de Marseille, en avril 2013.
Sylvie Andrieux lors de son procès au tribunal correctionnel de Marseille, en avril 2013.

Sylvie Andrieux lors de son procès au tribunal correctionnel de Marseille, en avril 2013.

"Stop aux rumeurs ! Pour dire la vérité ! Pour rétablir l’honneur de mon épouse." Ce cri du coeur est signé Jean-Paul Bouisse, mari de Sylvie Andrieux, dont le procès pour détournement de fonds publics se déroule actuellement. Il s'étale en tête du site comprendrelaffairesylvieandrieux.fr mis en ligne il y a quelques jours.

Les textes sont sans coquille, accompagnés de grandes photos avec une charte graphique soignée : l'ensemble est d'autant plus pro qu'il est signé par une agence web marseillaise. De là à dire qu'il s'agit d'un des outils imaginés par les spin doctors judiciaires de l'élue, sur le mode du mari outragé… "Ça ne fait pas partie de la stratégie, c'est spontané, juste une volonté de Jean-Paul Bouisse ne pas laisser dire n'importe quoi sur sa femme. Faire un site internet aujourd'hui ce n'est pas rocket science [comprenez « c'est pas sorcier »]", assure Christophe Reille, l'un de ces communicants de crise.

Son boulot à lui, "c'est de répondre aux journalistes qui s'intéressent au sujet et que l'information ne soit pas transformée et que de fil en aiguille par répétition, cela devienne une vérité. Ou quand sur France 2 le présentateur dit qu'elle est renvoyée pour escroquerie, c'est de les appeler pour leur dire que c'est pour détournement de fonds publics et que ce n'est pas exactement pareil".

Argumentaire rodé

Si l'on peut faire crédit à Jean-Paul Bouisse de vouloir mettre la main à la pâte à son niveau, le site est clairement alimenté d'éléments de langage forgés par son équipe de défense. "Il y a quand même des gens qui ont un peu travaillé sur le dossier, Sylvie a des avocats autour d'elle", lâche Christophe Reille.

Un exemple, tiré d'un des arguments des onglets "La vérité" et "Stop aux rumeurs" : "Pas d’accusation pour escroquerie mais renvoyée devant le tribunal pour détournement de fonds, qui reste à prouver." Ça vous rappelle un coup de fil à France 2 ? C'est aussi ce que Sylvie Andrieux martelait mot pour mot dans ses interviews au Parisien et à La Provence :

L’enquête du juge d’instruction a mis en évidence que je n’avais jamais commis une escroquerie ou tentative d’escroquerie.

Même idée distillée face à notre caméra par un de ses avocats, Gérard Bismuth : "On admet d'un côté que des escroqueries ont été commises, on ne poursuit pas madame Andrieux pour complicité d'escroquerie et néanmoins on va la poursuivre comme auteur principal d'un détournement de fonds publics, c'est complètement illogique".

Logique de répétition

En fait, du point de vue strictement juridique, le juge d'instruction a considéré que l'une des qualifications couvrait déjà l'autre : "Leur matérialité est en tout point identique à celle des faits retenus au titre du détournement de fonds publics". Mais pour Andrieux et ses défenseurs en tout cas, la répétition permet de faire passer le message qu'elle n'est pas une escroc. "Il y a un principe, c'est que la répétition crée la vérité", nous glissait Christophe Reille. Mais lui parlait du qualificatif de "parrain" largement repris par les médias, mais qui vient d'"un seul type", qui plus est un prévenu.

Sur le site de Jean-Paul Bouisse, d'autres arguments touchent à des question encore ouvertes, comme sur le fait qu'elle connaisse ou pas les acteurs pseudo-associatifs du dossier, le rôle annexe ou prédominant de son attachée parlementaire Rolland Balalas, la responsabilité de Michel Vauzelle constituée par la signature finale qu'il appose à chaque délibération… Autant d'arguments qui servent bien la stratégie de Christophe Reille. Même pas : "Le site n'a pas vocation à être diffusé. Maintenant je suppose que grâce à vous, tout le monde va le savoir". C'est vrai que jusqu'à présent, hormis les efforts fournis sur Twitter par Rimbus pour signaler son existence, il était quasiment impossible de tomber dessus via un moteur de recherche.

"Rien à voir avec la défense du procès"

Dans sa netscouade, Sylvie Andrieux peut aussi compter sur ce blogueur, dont vous avez peut-être lu les interventions sur notre forum. Toujours sur Twitter, il n'hésite pas à pousser loin la logique de la 5e vérité de Jean-Paul Bouisse ("Ma femme a été trompée et trahie par l’un de ses collaborateurs (Monsieur Balalas Rolland)") :

 

Un coup assez bas et peu étayé pour l'ancien attaché parlementaire, victime d'une attaque après sa mise en examen, et qui ne peut pour cette raison assister au procès. Qu'en pense la garde noire d'Andrieux ? La cloison semble étanche avec les avocats de la députée. "On ne maîtrise pas le site [de Jean-Paul Bouisse], la défense du procès n'a rien à voir avec ça", confirme Me Di Marino. Comme disait Christophe Reille à Ouest-France en 2008, à côté du procès judiciaire, il y a le "procès médiatique". Peut-être le plus important pour une élue si elle ne veut pas abandonner tout espoir de rebondir lors des municipales de 2014.

Cet article vous est offert par Marsactu

À vous de nous aider !

Vous seul garantissez notre indépendance

JE FAIS UN DON

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. puouic puouic puouic puouic

    en tout cas, on comprend aisément, vu les avocats qu’elle a choisi, vu l’agence de com, que Sylvie ANDRIEUX a BEAUCOUP de moyens! Mais, cela , on le savait!

    Signaler
  2. Cani Cani

    je suis allé sur le site site : comprendrelaffairesylvieandrieux.fr
    une chose m’a considérablement choqué !!!
    Le Mari et c’est tout à son honneur souhaite “laver” son épouse
    OUI MAIS …. avez vous regardé l’adresse postale :
    Permanence Parlementaire – Place A Durand – 13014
    Ceci n’a rien à voir avec le mari, c’est l’utilisation d’une permanence politique qui doit être plus ou moins financée par la cagnotte de député !!!

    Signaler
  3. muiron muiron

    Encore un article bien informé de Marsactu qui apporte une plus-value au regard des autres organes de presse.

    Signaler
  4. Virons_les_tous Virons_les_tous

    Nous savons tous que les candidats en campagne aident les associations et flattent les communautés dans les quartiers. Je doute que la mère Andrieux se soit fait avoir à l’insu de son plein gré. Elle va lâcher tout le monde pour s’en sortir. Ce que je souhaite, c’est que cet argent soit remboursé intégralement et que les peines soient exemplaires.

    Signaler
  5. jean13 jean13

    pourquoi n’y a-t-il pas de mentions légales sur le site de l’époux andrieux? “CONDITIONS GÉNÉRALES : En cours de rédaction !”
    pas très légal ça, tout comme l’adresse de contact “permanence Parlementaire”….. encore bravo

    Signaler
  6. Anonyme Anonyme

    C’est vrai qu’une femme sale,ça se voit pas,je plains le mari.

    Signaler
  7. Anonyme Anonyme

    Fille du patron de la Socoma entreprise coopérative ouvrière de bien piètre réputation, dont JNGuérini vient de se faire nommer vice-président, copine comme cochon avec Jibrayel, avec Balalas, avec Alexandre Guérini, qui recommande chaudement jusqu’à 700000 euros de subventions bidons à des associations bidons à de vrais truands de ses quartiers… Et avec ça 3 avocats et une “cellule” de communication… là j’ai envie de vomir

    Signaler
  8. savon de Marseille savon de Marseille

    Un article par jour sur S. ANDRIEUX.
    Il y a que çà à Marseille en ce moment ?

    Signaler
  9. Rimbus Rimbus

    Ah ok, c’est de bonne guerre…
    J’ai le droit d’avoir un avis… personnel, qui n’implique pas la “netscouade”. Je ne suis téléguidé par personne. Benamar a expliqué tout à l’heure qu’il passait des enveloppes de cash à Balalas… Moi quand il y a un crime, je cherche toujours le mobile. Dans le cas présent, je donne un fait scientifique, que peu de gens connaissent. A chacun dans tirer ses conclusions.

    Signaler
  10. Jean Kéhayan Jean Kéhayan

    Il faudrait se taire et voir venir. Mais ce serait être complice. Sylvie est la fille d’Antoine, le socialiste defferriste qui fêtait ses milliards en rackettant les taxis et les pauvres bougres qui se voyaient attribuer des HLM. Arrêtons les impostures et les défenses larmoyantes avec des communicants douteux. L’honneur serait de démissionner jusqu’à ce que la justice fasse son oeuvre. Le Club de la presse attend une subvention qui n’est même pas le millième des fonds détournés pour des escrocs colleurs d’affiche. Notre projet c’est de rendre hommage à Camus le journaliste méditerranéen et c’est à un million de kilomètres lumière de ceux qui par leur présence et leur manque de dignité abiment la démocratie. Arrêtez. Allez vous réfugier dans votre maison dorée du Plan d’Aups et laissez les citoyens intègres faire leur travail au service de la société et du vrai débat d’idées.

    Signaler
  11. Jean Kéhayan Jean Kéhayan

    Il faudrait se taire et voir venir. Mais ce serait être complice. Sylvie est la fille d’Antoine, le socialiste defferriste qui fêtait ses milliards en rackettant les taxis et les pauvres bougres qui se voyaient attribuer des HLM. Arrêtons les impostures et les défenses larmoyantes avec des communicants douteux. L’honneur serait de démissionner jusqu’à ce que la justice fasse son oeuvre. Le Club de la presse attend une subvention qui n’est même pas le millième des fonds détournés pour des escrocs colleurs d’affiche. Notre projet c’est de rendre hommage à Camus le journaliste méditerranéen et c’est à un million de kilomètres lumière de ceux qui par leur présence et leur manque de dignité abiment la démocratie. Arrêtez. Allez vous réfugier dans votre maison dorée du Plan d’Aups et laissez les citoyens intègres faire leur travail au service de la société et du vrai débat d’idées.

    Signaler
  12. Anonyme Anonyme

    Andrieux – Balalas, un tandem inséparable lors des élections dans les 13-14…les jeunes gens honnêtes avec de vrais projets associatifs ne pouvaient pas accéder aux passerelles clientélistes car pas assez racoleurs de voies et peu enclins à jouer les molosses dans la zone…leur choix politique de bas niveau a un coût…que la justice se fasse entendre. que ces pseudos politicards disparaissent. Marseille, c’est la CPPN de la politique, n’attendons pas que Paris nous éduque…

    Signaler
  13. chou chou

    Designer un homme incapable de se defendre c est pas joli joli.

    Signaler
  14. Mars Mars

    Les subventions détournées émargeaient sur les lignes politiques de la ville, et lorsqu’on connait ces quartiers, on ne peut qu’être choqué par le peu de cas qu’en ont fait les élus en charge de ces questions. C’est du cynisme à l’état pur. Par ailleurs, il faut savoir que certains fonctionnaires du Conseil Général n’ont pas voulu valider les dossiers ces dossiers incriminés. Ils l’ont payé cher, très cher. La fonction publique territoriale est aujourd’hui encore totalement soumise au bon vouloir des élus et de leurs magouilles. Soit ils coopèrent et en tirent les bénéfices en terme d’avancement, soit ils résistent et le rouleau compresseur du pouvoir politique les écrasent. Ayons une pensée pour ces derniers.

    Signaler
  15. Anonyme Anonyme

    C est quand même génial.

    Signaler
  16. Arapède Arapède

    Le mari
    Tiens donc
    Monsieur propre, chevalier blanc. Le même dont la société est en procédure de sauvegarde et donc dans la difficulté à payer ses fournisseurs.

    http://www.societe.com/societe/constructions-metalliques-h-bouisse-et-cie-582620464.html

    Pourtant, il semble avoir bénéficié de belles années avec des entrées privilégiées sur certains marchés. Le rapport de la Chambre régionale des comptes sur le SDIS13 va sortir bientôt. Soyons attentifs.

    Mais difficile de parler de probité car quand il monte au mât de cocagne, on peut voir que le chevalier blanc a les fesses pas si propres.

    Signaler
  17. fanaco fanaco

    Un chauffeur de taxi milliardaire , cela existe ? et si oui quelle est la recette………..

    Signaler
  18. SANTAMANZA SANTAMANZA

    Encore une histoire PS à la marseillaise…LAMENTABLE

    Signaler
  19. pmo pmo

    Si la Gente Dame ANDRIEUX est une oie blanche dans cette affaire emblématique des mœurs politiciennes,elle n’aurait pas eu besoin d’une cellule de communication de cet acabit !!!! C’est l’arbre qui cache la forêt des magouilles !!!! Il est vrai aussi qu’elle a été a bonne école et a bénéficié d’un environnement familial privilégié….Miserere !!!!

    Signaler
  20. M34 M34

    En tout cas si les personnes concernées comparaéissent libre devant le tribunal elles ne peuvent qu’être très nettement influencées par le contenu du site de Monsieur

    dont l’adresse postale est une permanence politique !!!
    Confusion des genres !!!

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire