La Base, grande coloc des écolos marseillais

Reportage
le 25 Sep 2021
9

Depuis février 2020, La Base est le nouveau QG d'une vingtaine de collectifs militants, en grande partie écologistes. Plusieurs causes et générations y cohabitent, à deux pas du métro Chartreux. Avec l'espoir de faire de ce lieu atypique le point de départ d'un autre modèle de société.

Située dans le 4e arrondissement, La Base Marseille découle d'un projet d'Alternatiba à l'échelle nationale.

Située dans le 4e arrondissement, La Base Marseille découle d'un projet d'Alternatiba à l'échelle nationale.

La cour de La Base se détache comme un point de lumière au fond d’un tunnel. Au bout d’une entrée sombre et peu visible depuis la rue Pierre Roche (4e), des jardinières et bancs en bois fabriqués maison habillent la terrasse de l’ancien entrepôt. Entre deux murs roses et jaune pastel flanqués de plantes en […]

Contenu réservé aux abonnés au journal

Offre découverte 1 € le premier mois puis 6,99 €/mois JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Pussaloreille Pussaloreille

    La multiplication de ce type de lieu me paraît symptomatique de la déception qu’engendre auprès des jeunes notre système démocratique : que ce soit au niveau local ou national, rien ne bouge ! La préservation des avantages d’une minorité bloque tout changement, alors que les urgences pullulent. Pauvreté, pollution, réchauffement climatique, santé… Nos enfants ne croient plus au bulletin de vote, et je comprends leur soif « d’alternatif », sous-tendue par une lucidité et un pragmatisme qui tranchent avec l’idéal candide des générations précédentes. Pendant ce temps, le populisme et le fascisme gagnent du terrain… Donc ne laissons pas tomber le vote, mais soutenons aussi ces nouvelles formes d’engagement. Après tout, ce sont eux qui vivront dans le monde que nous leur laissons. Et accessoirement, vous noterez la complicité entre parisiens et marseillais dans cette démarche : on est loin de la caricature des rivalités de stade !

    Signaler
    • MarsKaa MarsKaa

      Je n’ai pas l’impression que les jeunes soient majoritaires dans ces structures…
      on dirait bien que les plus de 50 ans soient encore là, et majoritaires, militants de toujours, passés par différentes structures, ou impliqués sur le tard.

      Signaler
  2. TINO TINO

    Notre système démocratique est sclérosé car le personnel politique national n’a plus qu’une vision comptable de la société en obéissant à des injonctions venant d’ailleurs ( économie néolibérale donc moins d’Etat, europe ). Ne nous reste plus, pour nous en sortir pas trop mal, que la lutte sociale et ces associations telle que la BASE.

    Signaler
  3. Latécoère Latécoère

    Dans ces « collectifs militants » on se dispute donc pour savoir s’il y aura de la viande à la cantine, on se demande si on doit payer son jus bio en Euro ou en Roue, et on fait des beaux organigrammes en couleurs avec plein de flèches.
    Cela pourrait être simplement drôle, mais quand on connait l’urgence sociale dans la ville c’est juste indécent et désespérant. On se plaint (à raison) du fait que les politiques Marseillais soient « hors-sol ». Mauvaise nouvelle, ils ne sont pas les seuls.

    Signaler
    • Avicenne Avicenne

      Je dirais qu’ils jouent «  aux billes «  et/ ou «  à la dînette « , «  tu paie en roue ou en € «  ? !.
      Ils sont les soixante-huitards d’hier, et on sait comment ils ont fini . Ha ! cette magnifique écriture inclusive qui demeure le marqueur des mieux lotis culturellement et / ou socialement, qu’importe le vin pourvu qu’il y ait l’ivresse .

      Signaler
    • Citoyen-ne-s-de-marseille.fr Citoyen-ne-s-de-marseille.fr

      L’article est très réducteur. Tous les collectifs militants sont reconnaissants de l’existence de La Base rien que dans la possibilité d’avoir un lieu assez facilement pour organiser des réunions ou des manifestations. Ce lieu est lieu d’échanges, de repères necessaire à l’expression militante. La tournure de l’article est quelque peu dérangeante.

      Signaler
    • Richard Mouren Richard Mouren

      Latécoère et Avicenne, votre altitude de vol et votre aura de thaumaturge vous aveuglent. Ce lieu est quand même plus productif pour la création de tissu social que les cercles de boulomanes qui fleurissent à Marseille, souvent financièrement aidés par les mairies de quartier. Partagez avec tous le nom des organisations dans lesquelles s’exerce votre militantisme car on sent l’expérience dans vos propos.

      Signaler
  4. mrmiolito mrmiolito

    L’opposition au pass sanitaire me paraît un sujet très éloigné des préoccupations écologistes… Celles-ci incluent (sauf erreur) la solidarité avec les plus faibles. Et donc le refus de leur mise en danger.

    Signaler
  5. Latécoère Latécoère

    @RicardMouren
    Pas de malentendu. Contrairement à Avicenne je reste fidèle aux idéaux de 68 et j’aime beaucoup l’écriture inclusive. Ce que je reproche à ces « collectifs militants » (mais vous avez probablement raison, qui suis-je pour leur faire des reproches) c’est leur uniformité sociale et leur manque d’impact. Je pense, contrairement à vous, qu’il y a plus de mixité sociale chez les boulistes. Et ne me dites pas que leur organigramme de fonctionnement “holacratique” ne vous a pas fait marrer. Tout comme la légende de photo : « Louise et Amarine en pleine préparation de la Vélorution, dans la matériauthèque »

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire