Journées d'été avec Karim Zéribi et Sébastien Barles

À la une
le 23 Août 2013
19
Journées d'été avec Karim Zéribi et Sébastien Barles
Journées d'été avec Karim Zéribi et Sébastien Barles

Journées d'été avec Karim Zéribi et Sébastien Barles

"Et merci à Karim Zéribi, leader naturel des écologistes pour les municipales à Marseille". Venu de François-Michel Lambert, seul député Europe Ecologie-Les Verts du département, ce soutien affiché à la tribune pour l'ouverture des journées d'été du parti a ravi l'intéressé. Le ton est donné : derrière les têtes d'affiches du gouvernement et la question du "changement de cap", se joue à Marseille la dernière ligne droite avant la désignation de la tête de liste dans la ville, début septembre. "Je m'en moque que ça lui fasse plaisir, c'est la réalité, commente le député. Je travaille pour l'intérêt collectif de mon parti et il passe par Karim Zéribi."

Sébastien Barles a peu goûté la sortie du parlementaire mais comme souvent, il préfère s'en sortir en lui adressant une petite pique : "Il me doit tout", lâche-t-il en prenant des accents de parrain italien. "Moi j'ai tous les historiques avec moi", reprend, soudain plus sérieux, le conseiller municipal. Depuis des mois, il tente de convaincre qu'une alternative s'offre aux écologistes locaux. "Je ne crois pas que Karim soit en mesure de fédérer. Je ne crois pas l'être non plus. C'est pour cela que j'ai parlé d'une candidature bio-dégradable". Lui, son rêve c'est qu'un Pape Diouf se lance dans l'arène pour incarner la gauche du PS.

Dans la grande cour de la fac Saint-Charles, chacun s'est ménagé une place. À moins que ce ne soit une question de statut. Député européen et fort de ses 21% aux législatives, qu'il ne manque jamais de rappeler, Zeribi multiplie les passages à la tribune. En ouverture, il est sur l'estrade aux côtés de Pascal Durand. Celui qui est aussi un habitué des grandes gueules de RMC s'esquive ensuite pour un saut à France 3, où il est l'invité du journal de 12h. Retour illico aux JDE pour atelier sur l'eau et quelques échanges – notamment sur les transports, poste de président de la RTM oblige. Une fonction qui le rappelle rapidement à ses obligations l'après-midi. Le vendredi est lui aussi passé à alterner entre les multiples sollicitations médiatiques sur place et des rendez-vous à l'extérieur, avant d'animer un des débats de ces journées d'été.

Élu local, Barles joue le militant modèle avec son tour de cou rouge, celui réservé aux bénévoles. Il sert proches et moins proches à la buvette. Ses passages derrière le comptoir sont toutefois rapides. Militant vert depuis plus de vingt ans, Barles passe l'essentiel de son temps en discussions à bâtons rompus, avec des militants anonymes comme avec l'élu lyonnais Philippe Meirieu. Sur une des tables disposées à l'ombre, il refait ainsi le monde avec Agnès, une militante de Paris XXe, "la plus grosse section" du parti. Aujourd'hui retraitée, elle a vu débarquer "le jeune Sébastien qui devait avoir une vingtaine d'années. Je crois que ce qui le caractérisait le plus, c'était son enthousiasme et son sens du collectif".

Arrivé seulement en 2010 dans le parti, Zéribi reçoit à son agréable surprise de nombreuses félicitations pour son discours du jeudi matin. "Beaucoup de gens me glissent « on ne me disait pas ça de vous ». J'ai déjà eu des invitations pour aller à Agen, Perpignan etc.", se réjouit-il quelques heures plus tard. Confirmation le vendredi avec la tête de liste nantaise aux municipales, qui l'ajouterait bien au programme d'un événement sur les quartiers populaires mi-septembre. Dans les allées, celui que l'on présente encore parfois comme une pièce rapportée semble avoir déjà quelques amis dans la maison, d'Esther Benbassa à Stéphane Gatignon. "C'est hallucinant le nombre de personnes qui me parlent de toi là-bas", lui lance une connaissance du Nord.

"C'est un écolo, Zéribi ?"

"C'est un écolo, Zéribi ?", grimacent toutefois certains militants en aparté. Opportuniste ajouteront les mauvaises langues. Avec une réputation sulfureuse encore illustrée lors de la campagne contre Henri Jibrayel dans le 15/16, achèveront d'autres. Tout cela, Karim Zéribi n'y a pas été confronté directement en notre présence. Mais ses prises de position récentes semblent esquisser des gages de "verdissement". "Je ne suis pas tombé dans ce parti par hasard non plus", répond-il d'abord. Mais il reconnaît des évolutions, sur les transports "depuis que je suis président de la RTM", sur l'eau "après le retour en régie de Paris". Des proches de Barles comme les élus locaux Pierre Sémériva ou Michèle Rubirola, eux, ne cachent pas leur scepticisme. "Zeribi ? Ne parlez pas des sujets qui fâchent", balaie l'une. "Il devient écolo", ricane l'autre.

La dernière en date, habilement affirmée dans le tourbillon médiatique de mardi, épouse une des position emblématiques du mouvement : la dépénalisation du cannabis. La présidente du groupe au conseil municipal Michèle Poncet-Ramade, l'une de ses principales soutiens chez les "historiques", n'y est pas étrangère. "En tant que médecin Michèle a fait avancer ma réflexion, mais il y a surtout les exemples à l'étranger qui m'ont inspiré." Autre appui dans cette envie de convaincre, Christian Reynaud "lui donne un coup de main dans le 15/16. Je bénéficie encore d'une reconnaissance pour mon combat contre l'incinérateur", explique le conseiller communautaire.

Fallait pas l'inviter

Jeudi, dans la même veine médiatique, des militants emmenés par Julien Bayou et les Jeunes écologistes ont envoyé une "carte postale au ministre de l'Intérieur" pour réclamer là encore la dépénalisation. Sébastien Barles, fin communicant et toujours très disponible pour les médias, a passé sa matinée du jeudi à "rameuter les troupes", assis sur sa chaise en retrait de la buvette, inondant de SMS journalistes et sympathisants. Quelques minutes avant le départ, il interpelle d'un "eh Stéphane, tu viens avec nous" Gatignon, le maire de Sevran qu'il ne connaît pas encore personnellement. Banco. L'ancien du PC qui a depuis longtemps fait sien le combat pour libérer Marie-Jeanne se présentera lui aussi sur le parvis de la gare. Pas de trace en revanche de Karim Zeribi. Pas invité.

Cela ressemble à une nouvelle mise à l'écart pour l'eurodéputé. Mercredi, en amont de ces journées d'été, la conférence de presse inaugurale avait fait place à l'autre parlementaire européenne écolo du sud-est, Michèle Rivasi, sans convier Lambert ou Zeribi. "Il ne faut rien y voir", avait tenté de rassurer Pascal Durand. Mais dans ce contexte tendu, tout signe s'interprète. Surtout quand le discours officiel consiste à se replier derrière les statuts du mouvement qui laissent toute décision à l'échelon local. Ainsi, Jean-Vincent Placé, plutôt estampillé soutien de l'élu des quartiers Nord, croisé par Barles dans les allées verdoyantes de la fac, se fait soudain taiseux.

Le patron des sénateurs écolos n'est pourtant pas avare de déclarations sur le contexte marseillais. Un écho dans l'Express lui prêtait une préférence pour la socialiste Samia Ghali mais un soir à la buvette du palais du Luxembourg, il a lâché : "Si j'étais Marseillais, je voterais Gaudin". De choix entre ses "deux amis" écolos, il n'en exprimera pas : "Si j'étais Marseillais, je voterais pour la liste écologiste", tranche-t-il plus sérieux. "Ça m'aiderait que le national se mouille mais on est dans un contexte de pré-congrès à EELV. Personne ne veut se prendre de risques et Karim avec ses 150 cartes, c'est une réserve de voix, comme le Languedoc ou Gatignon", regrette Barles, proche de Cécile Duflot.

"Pour un sursaut démocratique"

Zéribi assume le fait d'avoir des soutiens. Il veut faire de ses nouvelles adhésions un symbole de sa capacité d'entraînement. Le mouvement compte désormais 400 adhérents à Marseille, affirme-t-on à EE-LV. Reste donc pour pour les partisans d'une large ouverture à contourner l'obstacle. Tout d'abord, en tentant d'obtenir de la commission nationale des conflits un report du 7 au 28 septembre de l'assemblée générale. En essayant surtout de créer "une dynamique" autour d'un appel baptisé "pour un sursaut démocratique" qu'ils annoncent signés par de nombreuses personnalités estampillées société civile dont Pape Diouf. Ils y insistent sur trois points fondateurs : réduire les fractures de la ville, opposer au clientélisme politique une nouvelle gouvernance, et mettre en oeuvre une politique écologique responsable.

Dans ces chicayas entre candidats déclarés, chacun reproche à l'autre d'avoir ouvert les hostilités. Une chose est sûre : sous les platanes de Saint-Charles, dans la bouche de tous, une seule et même question est revenue en boucle : "Comment vous allez faire ? Il va bien falloir que vous vous entendiez !" L'ancien complice Jean-Luc Bennahmias, aujourd'hui député européen Modem, s'en amuse auprès de son ami Barles : "Tu sais ce qu'on me demande ? De faire la paix entre vous. Mais j'y arriverai pas". "Qui te demande ça ? C'est Pascal Durand ?", reprend Barles. Un sourire sert de réponse. "Moi, c'est plus simple, je pars avec le PS dès le premier tour", conclut goguenard conclut l'ancien ténor du parti vert aujourd'hui conseiller communautaire Modem.

Cet article vous est offert par Marsactu
Marsactu est un journal local d'investigation indépendant. Nous n'avons pas de propriétaire milliardaire, pas de publicité ni subvention des collectivités locales. Ce sont nos abonné.e.s qui nous financent.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. savon de Marseille savon de Marseille

    En gros ,… on va dire : 3,5 % aux Municipales à MARSEILLE. Et c’est déjà très optimiste.

    Signaler
  2. SARAZIN13 SARAZIN13

    BIENVENUE CHEZ LES “BOBO” COMPLETEMENT DECONECTES DES PROBLEMES DES MARSEILLAIS VIVANT DANS LES QUARTIERS SUD ET NORD DE MARSEILLE.
    MESDAMES MESSIEURS LES VERT LE FRONT NATIONAL SE PREPARE A DEVORER NOTRE BELLE PHOCEE……………..

    Signaler
  3. electeurdu7eme electeurdu7eme

    Cecile Cantat a dit que ca devait bouger!!!
    Alors ca bouge?
    si ils font 3% c’est un max, les pastèques.

    Signaler
  4. Jdeharme Jdeharme

    Mr zeribi un remplaçant sur le banc de touche à toujours espoir de jouer un petit bout du match mais qu il rentre en cours de match ou pas il n est rien d autre qu un remplaçant et l entraîneur tout comme les supporters savent pourquoi il n est pas titulaire du poste des la feuille de match

    Signaler
  5. Delphine Delphine

    Zéribi l’intrigueur et l’opportuniste comme tête de liste vert ? C’est une blague ou quoi ?
    Le parti vert tomberait bien bas…

    Signaler
  6. ALAIN PERSIA ALAIN PERSIA

    ZERIBI fait tout pour obtenir l’investiture afin de négocier au prix fort avec la ou le candidat vainqueur de la primaire.
    ZERIBI est une girouette qui a rejoint EEV par pur opportunisme . Il est député européen grâce aux voix des électeurs PS et à la nomination de V.PEILLON comme ministre.
    ZERIBI doit toute sa carrière politique à JN.GUERINI auquel il est resté très lié.
    Compte tenu du contexte marseillais oû cette fois la gauche peut gagner Marseille avec des modérés , on comprend quelle est la mission qui a été donnée à ZERIBI par ses amis PS : barrer la route à S.BARLES qui , lui, est un vrai écologiste et homme de gauche .
    Quant aux adhérents on connait la méthode ZERIBI : recruter opportunément des vérificateurs et chauffeurs à la RTM en CDD en leur promettant une embauche en CDI mais s’ils prennent la carte EEV!!!!

    Signaler
  7. Ricou 24. Ricou 24.

    Ce parti politique est une ENORNE escroquerie intellectuelle et l un des résultats politiques de la 5 eme république.
    3 % au mieux nationalement,300 adhérents au mieux par département et un pouvoir de nuisance sur dimentionné,des lois et des décrets qui freinent bêtement l industrie comme susucre.

    Ricou 24.

    Signaler
  8. PC PC

    3 articles simultanés sur les Verts et Taubira, 14 commentaires,15 avec le mien.
    A l’image de leur poids politique.
    Insignifiant.

    Signaler
  9. Ricou 24. Ricou 24.

    Cher anonyme,
    Toi tu ne veux plus rien,pas d usine,pas de route,pas de travaux.
    Mais tu manifestes en Quechua,tes sandales et ton tee shirt sont fabriquées loin de ton pays,là ou personne ne respecte la nature ou l on brûle les déchets à l air libre,là ou l on exploite des enfants de dix,là ou les femmes travaillent dans des ateliers comme des poules en batterie………pour que ton pouvoir d achat ne baisse pas trop!
    Je passe sur tes 4 voitures par famille,tes kiwi â table,tes meuble Ikéa,ton portable( et ses antennes sur les toits).
    Basta des khmer verts.

    Ricou 24.

    Signaler
  10. TrameBleue TrameBleue

    Comment peut-on ainsi comparer un vrai écologiste (certes un peu trop accommodant avec le capitalisme croissanciste et les réformes désynchronisées du temps de l’écocide)comme Sébastien Barles et un arriviste opportuniste, communautariste et clientèliste comme Karim Zeribi ?

    Signaler
  11. Anonymuse Anonymuse

    Zéribi est arrivé aux journées d’été des verts en grosse merco, très écolo ce Zéribi

    Signaler
  12. Ricou 24. Ricou 24.

    Électeur du 8 eme,vous me dites que vous avez concience ………que vous nous faites partager vos craintes,que vous savez que vos Tv ( deux ou trois par foyer),que vos portables( et leurs antennes relais), vos voitures et vos voyages polluent……….pour finir par quoi comme raisonnement et methodes.?……RIEN.
    Si vous voulez vivre différemment ( et pouquoi pas mais ) il faut accepter les conséquences que cela impose en terme de confort ,d emplois,de proximités et il faut convaincre les idiots et gagner les élections.
    Je trouve que la compromission avec les verts n est qu une mascarade politique et les faits le démontrerons dès demain matin dans les grandes surfaces,les embouteillages et en décharges.
    Pourquoi? Parce qu un vert est très souvent “un enfant gâté “qui ne veut réellement rien perdre de son quotidien une fois le slogan terminé.
    Commencez par lire les étiquettes”made “de vos fringues et dites stop à l esclavage moderne qui vous habille et qui participe aux grandes pollutions( transports,traitement des déchets ,pollution des fleuves).
    Cela me fait pensez au syndicaliste qui manifeste pour garder ouverte son usine et qui le fait dans des chaussures fabriquées en Chine……..

    Ricou 24.

    Signaler
  13. militant écolo militant écolo

    Je trouve bien rassurant de pouvoir lire ici toute cette haine, ces dénigrements et diffamations au sujet de Karim. Il doit être hyper important pour que certains ressentent le besoin de le salir à ce point-là.

    Signaler
  14. Pedro Pedro

    Mais ma parole, ce forum est un déversoir de haine. Rien de bon, tous pourri ! Zéribi est un arriviste sans morale, Barles est un bobo déconnecté des réalités. Et puis tant qu’on y est : Marseille est un coupe-gorge, les Roms sont des voleurs de poules … Oh, c’est pas un peu fini ces commentaires de poivrots de comptoirs. Clichés sur clichés, accusations sans l’ombre d’une preuve, vive l’anonymat. Vous vomissez les verts ? alors ne lisez pas l’article !

    Signaler
  15. cani cani

    les “candidats verts” ne pensent qu’à trouver une place sur la liste du second tour !!

    l’écologie est bien loin de tout parti politique elle s’impose à tous et à nous

    Signaler
  16. gorkipark gorkipark

    zéribi ouvre le dialogue avec tout ceux qui se réclament de la démocratie et du progrés social.il doit se présenter comme le centre de ralliement,de tout ceux que la société moderne maltraite ou a qui elle ne donne pas son dû. le rassemblement, et même s’il n’etait que cela il serait pleinement justifié.car en fin de compte, c’est par la conquête du pouvoir politique ou par la préssion exercée sur lui par une masse consciente et volontaire,que pourra changer ce qui doit changer.

    Signaler
  17. gorkipark gorkipark

    zéribi ouvre le dialogue avec tout ceux qui se réclame de la démocratie et du progrés social.il doit se présenter comme le centre de ralliement,de tout ceux que la société moderne maltraite ou a qui elle ne donne pas son dû.le rassemblement,et même s’il n’était que cela,il serait pleinement justifié.car en fin de compte,c’est par la conquête du pouvoir politique ou par la préssion exercée sur lui par une masse consciente et volontaire,que pourra changer ce qui doit changer.

    Signaler
  18. Collectif Cyclistes EnragéEs Collectif Cyclistes EnragéEs

    Quand un élu vert à Marseille ou à la CU-MPM aura réussi à faire faire UN METRE de piste cyclable correcte à Marseille, on pourra peut-être commencer à se dire qu’ils servent à quelque chose. Pour l’instant c’est loin d’être évident. Mais Barles s’en fout, il fait du scooter…

    Signaler
  19. ilestpas beaumonmerlan ilestpas beaumonmerlan

    Karim ZERIBI lui, n’est pas un merlan mais un faisan.
    Il aura tout fait et son contraire ; sa carrière n’est pas encore terminée et elle s’annonce brillante !
    Du foot à Chevènement il se parachute à Avignon où il est conseiller municipal sur le contingent du Mouvement Républicain. Un détail personne n’entendra parler de lui de 2001 à 2008 : Il ne siège pas car il n’a pas le temps d’aller à Avignon.
    A la fin de ce mandat il veut descendre vers le sud et se fait pistonner par Marie-Josée Roig (maire d’Avignon) auprès de Claude Bertrand (directeur de cabinet de Gaudin).
    Chance pour l’équipe de Gaudin un pirate détourne notre faisan et le transforme en guériniste pur sucre (casaque Alexandre), c’est sans doute cette « association » qu’il appelle « société civile ».
    Son transfert lui rapportera : il sera 3ème, sur la liste des européennes du PS. Toujours « société civile » ! Compte tenu du faible score de sa liste il ne sera pas élu mais le deviendra grâce à la désignation de Vincent Peillon comme ministre.
    Pas dégouté il va siéger chez les Verts.
    Aux municipales de 2008 dans le 13/14 il sera le numéro 2 de Sylvie Andrieux, là encore c’est un emploi fictif, un élu bidon, personne ne le verra en conseil d’arrondissement. Il ne siège pas car il préfère le 15/16 et la circonscription qu’il y guigne.
    Une des preuves que ce parti devient comme les autres c’est que pour de l’argent (ses cotisations et ses moyens matériels : assistants parlementaires etc..) et une voix de plus il se met une épingle à linge sur le naturalise notre faisan.
    Comme les singes de la tradition asiatique les Verts se bouchent les yeux, le nez et les oreilles pour ne pas savoir que dans la procédure pénale contre Alexandre, ZERIBI apparait des dizaines de fois dans les écoutes avec son patron utilisant un ton et des vocables qui ne trompent pas ceux qui ne veulent pas l’être.
    Karim doit en effet à la « famille » d’être devenu président de la RTM ce qui lui permet d’être présent dans la Provence chaque fois qu’il le souhaite. Mais il faut joindre l’utile à l’agréable. Pour être plus sur d’être présent dans la Provence il obtient pour ce quotidien des publicités périodiques de son employeur ICF.
    ICF c’est un organisme HLM qui dépend de la SNCF où il a été muté pour cause de moralité de « cheminot » (il s’est débarrassé de Josiane Beau directrice générale de la RTM et haut cadre de la SNCF). Vous connaissez beaucoup d’organismes de HLM qui ont besoin de payer de la publicité pour être pleins ?
    « Notre » Karim s’est d’ailleurs à cette occasion fourré le doigt dans l’œil. Tous ses efforts seront récompensés par la nomination de Pierre Reboud. Depuis des dizaines de mois il n’est pas sur qu’ils se soient dit plus que bonjour et au revoir, tout juste.
    « Notre » Karim président du conseil d’administration de la RTM a cru qu’il en était aussi le PDG (vocable dans lequel il y a directeur). Il pensait être un président comme Jean-Noël Guerini à l’Opac dans le temps : recrutements, marchés, recrutement marchés and so on.
    Aussi il s’est rabattu sur la pub sur sa personne et les positions fantaisistes.
    N’est-ce pas un président « pitre », celui qui vote contre le tram dans la rue de Rome, contre le plan de déplacements urbains de MPM et reste président de la RTM ? Un président qui cherche toutes les occasions pour diminuer les recettes de la RTM et multiplier la gratuités de toutes les catégories ?
    Aux dernières élections législatives il a gagné le gros lot. Candidat vert contre le sortant socialiste Jibrayel dans le 15 /16 il devient le candidat officiel de Samia Gahli (maire du 15/16) et de Rebia Benarioua (conseiller général socialiste) ce qui lui permet de faire le meilleur score de France des verts et de s’en gargariser comme dans Molière.
    La preuve que les Verts le sont encore (verts) en matière de faisans c’est qu’ils le laissent annoncer qu’il sera candidat dans le 13/14 où personne ne l’a jamais vu, ce qui lui permettrait de ne pas affronter ses sponsors du 15/16.
    Il suffira de subordonner sa candidature comme tête de liste des verts à Marseille à ce qu’il aille se présenter dans le 15/16 où il a fait le meilleur score des Verts pour le voir fuir !
    KZ (Z comme Zorro) se voit en maire de Marseille, en député européen vert en 2015. Cette danseuse cumularde n’a pas fini de surprendre le public. Pauvres Verts mais surtout pauvre Marseille d’attirer de tels faisans.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire