Homophobie : laissez parler les petits papiers

À la une
Zalera
3 Oct 2014 14

Comment savons-nous que nous sommes bisexuels ? Comment fait-on pour ne plus être homophobe ? Est-ce que les homosexuels ont le droit de vote ? Et dans les couples homosexuels, qui fait la vaisselle ? Des questions comme celles-ci, il y en a des tas. Amassées au fil des interventions de l'association SOS Homophobie dans les 526 collèges et lycées depuis quatre ans. Écrites sur des "petits papiers", présentés à partir du lundi 6 octobre au sein du bar associatif la Jetée, située au sein du cinéma les Variétés.

"C'était trop dommage de se résoudre à les jeter", raconte Romain Donda, chargé des relations presse de l'association et intervenant. Les militants ont donc entamé un long travail de tri de plusieurs milliers de petits papiers récoltés. Au final, il en reste 200, affichés sur de grands panneaux, directement collés sur les murs, ou encore encadrés et mis en scène avec du matériel scolaire comme des élastiques, une cartouche d'encre ou un compas. "On a essayé de garder le plus drôle, le plus émouvant ou même choquant parfois. C'est important de faire connaître la pensée des élèves et de montrer qu'il n'y a pas de pensée globale".

"Ils parlent d'eux"

Car, avant de devenir l'objet d'une exposition, ces petits papiers constituent avant tout un outil pédagogique pour les intervenants. "Ils permettent de libérer la parole, précise Christine Cachou, infirmière au lycée professionnel René-Caillé. "C'est une zone où les élèves peuvent s'exprimer. Ce n'est pas toujours simple. Ce sont généralement des remarques, des choses qui leur passent par la tête, parfois difficiles à entendre", écrites à la fin des interventions, sur des morceaux de papiers pour que les élèves puissent rester anonymes. "Ces interventions les marquent profondément. Ça les renvoie à ce qu'ils pensent, à des images. Peut-être que leur frère ou un ami est comme ça. Ça leur reste dans la tête". 

Certains papiers sont ensuite lus par les bénévoles de l'association qui tentent d'y répondre à chaud. "Ce sont surtout des messages d'encouragements, explique Romain Donda. Puis beaucoup d'interrogations sur les questions familiales. Il y a parfois des bêtises mais aussi des questions pertinentes", qui permettent quelques fois d'engager le débat sur ces sujets encore trop souvent tabous. "En fait, ils parlent d'eux. Mais ces questions ne sont jamais abordées dans certains établissements, reprend Romain Donda. Il y a parfois un gouffre de connaissances, ne serait-ce que sur les MST ou la contraception".

Par cette exposition, l'association veut avant tout faire connaître son travail. Elle espère ainsi pouvoir attirer de nouveaux militants pour poursuivre cette mission. Chaque année, l'association intervient dans près de 150 classes et les demandes des établissements scolaires ne font que progresser.

Exposition à découvrir au bar la Jetée, cinéma Les Variétés jusqu'au 19 octobre, entrée libre.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

1 € LE 1ER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.


Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire