Grève des éboueurs : la métropole ne s’estime pas visée et réquisitionne des agents

Actualité
le 6 Fév 2020
11

Après deux semaines de grève des éboueurs la métropole annonce des réquisitions d'agents. La collectivité refuse de prendre en compte les revendications locales des grévistes. Elle y voit un mouvement national, mais aussi une manœuvre politique pour nuire à la candidate LR Martine Vassal.

Photo : Emilio Guzman.

Photo : Emilio Guzman.

Après deux semaines de grève et alors que les poubelles s’entassent dans certains quartiers de Marseille, la métropole a annoncé ce mercredi soir recourir à des réquisitions d’agents dès ce jeudi. Par communiqué, elle dit se trouver « dans l’obligation d’avoir recours à la procédure de réquisition, car l’examen du texte de loi [sur les retraites, ndlr] n’est prévu qu’au mois de mars. Il n’aurait pas été responsable de laisser perdurer une situation pouvant poser rapidement de graves problèmes d’hygiène et de salubrité publiques ».

Un peu plus tôt dans la journée de mercredi, la collectivité donnait une conférence de presse pour faire passer un message : les revendications portées par « une poignée d’agents » ne seraient pas de son ressort. « Nous n’avons pas le pouvoir de régler le problème de la réforme des retraites. C’est scandaleux que ce soient les Marseillais qui le subissent. Cela n’a rien a voir avec le fonctionnement de la métropole », a martelé Jean Montagnac, président LR du conseil de territoire Marseille-Provence.

Depuis le 22 janvier, une quarantaine d’agents, selon la métropole, des services de ramassage des poubelles ont arrêté de travailler et bloqué certains centres de dépôts. La CGT et la FSU, qui soutiennent le mouvement ne communiquent pas sur le nombre de grévistes. « Je n’ai pas le chiffre mais ça doit être suffisamment significatif pour que la métropole mette tout cela en œuvre, les huissiers, la police, les entreprises privées, la réquisition », pose Patrice Kantardjian pour la CGT. Une manière de pointer le paradoxe d’une mesure qui vise à réquisitionner « une poignée d’agents ».

Quant aux motifs du mouvement, ils se basent en effet sur la contestation nationale de la réforme du système de retraite voulue par le gouvernement. Mais ils comprennent aussi des revendications purement locales. Dans un communiqué, la CGT les rappelle : la suppression des « jours soldat » (un repos supplémentaire accordé pour les agents qui n’ont pas été malade durant l’année), des « jours volants » (pour ceux qui ne prennent pas tous leurs congés l’été), mais aussi la disparité des primes et conditions de travail sur le territoire de la métropole en fonction des communes. Des revendications que les responsables métropolitains disent ne pas connaître.

« Parce que c’est la campagne, on n’a pas le droit de faire la grève ? »

« Au bout de deux semaines, il serait temps qu’ils le donnent, le cahier des revendications ! », se plaint Roland Mouren, élu délégué à la propreté et aux déchets. Le tract qui circule ? « Pas vu », exprime en substance Jean Montagnac d’un haussement d’épaule. De la mauvaise foi, rétorquent les grévistes. « Nous avons déposé un préavis de grève le 22 novembre puis en janvier avec des revendications locales », se défend Patrice Kantardjian, de la CGT, interrogé par Marsactu après la conférence de presse. Mais le vice-président de la métropole estime que les revendications qui ont mené à ce mouvement ne sont en fait qu’un prétexte à une stratégie plus politique. « Il est difficile de croire qu’il n’y a pas dans cette grève d’arrière-pensée politique », a-t-il ajouté. Ou en d’autres termes, une volonté de nuire à la présidente de la métropole et candidate LR à la mairie de Marseille Martine Vassal.

Depuis lundi, plusieurs candidats à la mairie de Marseille se sont saisis de la situation pour critiquer ce qu’ils présentent comme le résultat d’une inaction de la présidente, occupée à faire campagne. Un débat auquel le cégétiste, qui a pourtant siégé au Printemps Marseillais pour y représenter son syndicat, tient à rester étranger : « Le mouvement concerne toute la métropole et pas que Marseille ! Parce que c’est la campagne municipale on n’a pas le droit de faire grève pour ne pas nuire à Martine Vassal ? Ce n’est pas plutôt eux qui nous instrumentalisent là ? Honnêtement, on s’en tamponne de la campagne de Vassal, on veut juste ne pas mourir au travail. »

Pour appuyer son argumentaire, le vice-président de la métropole invite à se pencher sur les arrondissements touchés (1er, 4e, 6e, 7e, 9e, 11e, 13e et 12e). Des arrondissements tenus, sauf le 13e, par des maires de secteurs LR. « Forcément les gens vont se dire ‘que fait le maire?’ et se retourner vers leur candidate. » En réalité, il s’agit précisément des secteurs de la ville gérés en direct par les services de la métropole et non par des entreprises privées, comme dans le reste de Marseille.

« Qu’ils aillent bloquer Matignon »

Outre les revendications locales, les grévistes attendent aussi un soutien de leur collectivité pour leur revendications nationales. « Nous attendons de Martine Vassal qu’elle respecte les grévistes. Elle a un devoir d’ouverture et d’écoute pour relayer au niveau national nos revendications », pousse Serge Tavano de la FSU13. « Depuis le dépôt des préavis et le début de la grève, notre administration n’a pas daigné nous recevoir !, poursuit la CGT ce mercredi par voie de communiqué. La voir aujourd’hui trouver du temps pour s’adresser aux journalistes est une nouvelle preuve du mépris avec lequel elle traite les agents de la collecte. »

« La métropole peut aussi amortir socialement ce que fait la gouvernement en terme de pénibilité. Avec une rémunération supplémentaire ? Il faudrait pouvoir en discuter », conclut Serge Tavano. Mais la métropole, qui se dit pourtant prête à dialoguer, est loin de cette optique. « Ils feraient mieux de bloquer à Matignon ! », s’agace Jean Montagnac.

L’action en justice des syndicats dénonçant le recours à des entreprises privées pour pallier les effets de la grève a été rejetée par le tribunal administratif et les dépôts qui étaient bloqués sont, depuis une semaine et après une intervention de la force publique, ouverts à nouveau. « Mais nous devons rattraper un retard de 3000 tonnes », précise Fabrice Bardisa, directeur de pôle propreté et valorisation des déchets d’Aix-Marseille-Provence. Les réquisitions d’agents qui interviendront dès demain devraient participer à parvenir à cet objectif. En temps de campagne, faire la grève est autorisé, mais plus compliqué.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Brallaisse Brallaisse

    Nombrilisme effarant de la Martine, faut aller consulter

    Signaler
  2. Félix WEYGAND Félix WEYGAND

    Moi je pense que ce beau temps persistant alors qu’en février on doit geler, c’est fait pour nuire à Martine Jaïr Vassal : la peur du réchauffement climatique va jeter ses électeurs dans les bras d’EELV…

    Signaler
  3. Jacques89 Jacques89

    « C’est scandaleux que ce soient les Marseillais qui le subissent ». Il faut que les marseillais se disent que ceux qui auront à subir les effets de la réforme qui s’annonce par voie d’ordonnance seront beaucoup plus nombreux que les habitants de la cité phocéenne. Si Martine Vassal veut faire avancer les choses il faut qu’elle s’adresse à « son copain Barbeàtrous » pour qu’il arrête de se prendre pour le centre du monde en voulant faire mieux que son Mentor qu’il serait , dans le cas présent, plus adapté de nommer « Mentaure » du nom d’une célèbre décharge.

    Signaler
  4. juH juH

    Pour la CGT, ce n’est probablement pas Patrick Kantardjian mais Patrice Kantarjian

    Signaler
    • Violette Artaud Violette Artaud

      Oups, c’est corrigé ! Merci pour votre attention.

      Signaler
  5. Jean Peuplus Jean Peuplus

    Juste une petite question, le Jean Montagnac qui porte la position scandalisée de la métropole sur les réels motifs politiques de cette grève est bien le maire de Carry-le-Rouet?
    Celui qui pour l’intérêt des citoyens dénonce avec véhémence une situation pouvant rapidement poser de graves problèmes?
    Il s’agit bien de celui dont la commune a fait l’objet d’une majoration par l’Etat de 250% des pénalités au titre de la loi SRU concernant les 25% de logements sociaux (même si récemment, il a signé un accord pour la construction d’une cinquantaine de logements, il est encore loin du compte)?
    Il s’agit bien de celui qui la main sur le cœur est intervenu dans tous les medias pour bien préciser qu’il n’avait pas été informé de la réquisition du centre de vacances pour les rapatriés de Chine. Qu’à l’instar de la population, il avait appris ces arrivées dans la presse. ?

    Signaler
  6. Brallaisse Brallaisse

    La propreté et Marseille . Ce matin je suis passé par les Olives où une équipe , qui nettoyait les trottoirs , ou plutôt lavait, non le terme n’est pas exact, qui mouillait ,non soyons plus précis ,qui humidifiait avec 2 camions les voies piétonnes à un rythme soutenu. Comment voulez vous à l’allure où le « travail » est fait que cela soit propre? . J’ai la même en couleur à la Belle de Mai chaque matin où effectivement les agents sont physiquement présents , mais les trottoirs sont là aussi humidifiés. Sur le fond , le problème des retraites et de la pénibilité sont de vraies problématiques , mais il faudrait aussi que le boulot soit aussi à peu près fait . Désolé , mais une rue ne peut être nettoyée en 5 minutes.

    Signaler
  7. gastor13 gastor13

    Il y a une chose que je voudrais comprendre. Martine et sa team ne cessent de clamer que ces grévistes sont une infime proportion des agents (d’après elle 1%), des CGTistes qui lui en veulent) et cela bloque tout ? Que font les 99% restants ? Ils collent des affiches ? Ou alors ils sont tous à FO et ne sont là que par complaisance, et pas pour travailler ? Ou alors Martine et sa clique mentent ? Ils avancent aussi les blocages de site, dans ce cas les réquisitions ne changeront rien, c’était un débloquage par les FDO qu’il fallait demander.. A force de vouloir jouer du pipo tous azimuts Martine commence à perdre son souffle (et le peu de crédibilité qu’elle pensait avoir)!!

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Non ils mouillent 💦💦💦

      Signaler
  8. Un électeur du 9 ème Un électeur du 9 ème

    «Mieux vaut des poubelles dans nos rues que nos retraites à la poubelle».

    Signaler
  9. suzanne rotoloni suzanne rotoloni

    « mieux vaut des poubelles dans nos rues que nos retraites …..
    Tout à fait OK. Je pense que nous devrions par mesure de salubrité mettre nos poubelles dans au moins 2 sacs pour moi j’ai un jardin et je les garde

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire